Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 11:28
Le Taillis de la Mort…

Trouver sa place

Le même camp existait dans le haut du taillis. Et les deux bandes organisaient des batailles homériques. Etrangement, personne ne pénétrait dans le camp opposé. Un ensemble de règles, que j’eus beaucoup de mal à connaître, encadraient les conflits et leurs résolutions. Une coutume, en quelque sorte, qui pouvait évoluer par consensus entre les leaders des deux bandes et que tout le monde respectait. Je m’appliquais à la repérer et surtout à ne pas l’enfreindre.

Je ne pouvais prétendre au rôle de leader. Je n’en avais ni le statut ni l’étoffe. Mais je décidai de bien me faire accepter en réalisant quelques petits exploits qui semblaient plaire aux enfants importants dans le groupe. Je sus d’emblée trouver la mesure. Il fallait montrer un certain courage, une vraie détermination et, pourquoi pas, quelque imagination. Il m’arrivait parfois d’en avoir. Pas pour prétendre changer la stratégie qui régissait les expéditions contre la bande adverse mais pour proposer quelques larcins inédits. A condition, bien sûr, de rester à ma place et de ne pas prétendre empiéter sur celle de nos chefs.

Il faut savoir que l’activité des deux bandes ne se limitait pas à des jeux d’opposition, parfois un peu vifs, entre elles. Il arrivait même qu’une jonction ait lieu pour s’attaquer à un objectif appartenant à la ville, aux adultes. Il pouvait s’agir de vols de fruits ou autres légumes. Mais aussi de manœuvres nocturnes pour effrayer quelques pauvres paysans terrés dans leur masure isolée. Il s’agissait souvent de bruits, de cris, de frottements contre les murs. L’exploitation d’une superstition fort répandue à l’époque. Je finis par exceller dans l’invention des mauvais esprits et de leurs manifestations de préférence nocturnes.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 12:07
Le Taillis de la Mort…

Une nouvelle vie

A partir de ce jour, je refusai toute invitation. Mes résultats scolaires baissèrent sérieusement. Et surtout, je cachais ostensiblement toutes mes réponses en protégeant mon cahier des regards suppliants, notamment ceux du fils du receveur. Le jour où je refusai d’intégrer le groupe bénéficiant de l’enseignement particulier du maître, je le déçus un peu. Et je me demandai si j’avais fait le bon choix quand les élèves indigents ne manifestèrent aucun plaisir à mon retour parmi eux.

Mon seul projet fut alors de me faire accepter par ces enfants mal coiffés, mal habillés, qui habitaient les faubourgs de la ville. Et auxquels je ressemblais. Ce n’était pas les quelques vêtements donnés à ma mère qui pouvaient changer les choses. J’étais des leurs et je le revendiquais. Ils n’étaient guère friands des bons résultats que j’obtenais encore et des aides que je leur offrais clandestinement. Ils semblèrent mieux apprécier les grimaces que je me mis à faire dans le dos de mon maître.

Quand certains me proposèrent de faire partie de la bande d’en bas correspondant au quartier où avait toujours vécu ma famille, je sus que j’avais gagné. Et c’est triomphant que je pus entrer dans le camp du bas du Taillis de la mort.

Les enfants des familles pauvres avaient beaucoup plus de liberté que les autres. Outre qu’ils ne suivaient pas tous les cours dispensés par l’école communale, ils n’avaient pas d’horaires bien fixés. C’est à tout moment de la journée qu’ils pouvaient se retrouver dans leurs cabanes. Quelques branches arrachées, des fougères et de l’herbe séchée soigneusement tressées. Et un semblant de palissade censée protéger le camp. Je n’oublierai jamais l’odeur des tiges coupées et du bois mort. J’essaie encore, bien des années plus tard, de la retrouver dès que le soleil brûle la campagne en été.

Partager cet article
Repost0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 10:15
Le Taillis de la Mort…

Humiliation…

Mon père a passé sa vie à rafistoler un métier à tisser vétuste dans une cave très sombre. Ma mère a eu sept enfants. Quatre d’entre eux étaient morts en bas âge, vaincus par l’humidité de la cave et les exigences du père. Deux furent sauvés in extremis et placés comme domestiques dans une ferme proche. Quant à moi, quelques aptitudes particulières avaient amené le maire et le curé à exiger de mes parents le droit de fréquenter l’école communale, inscrit sur la liste des élèves indigents. Ne pas avoir à verser la contribution scolaire, plutôt que l’intérêt de leur fils, les incita à accepter les propositions faites par les personnages importants de la ville.

J’échappais enfin aux contraintes familiales qui m’obligeaient parfois à passer des heures près d’un père harassé et colérique. Une classe claire, bien chauffée l’hiver, avec les bûches dont j’étais dispensé. Et les félicitations du maître remplaçant plutôt que les cris et les coups de mon père. Mes réussites en lecture et en calcul intéressèrent certains autres élèves. Les « payants », ceux qui amenaient des bûches et qui, parfois, bénéficiaient d’un enseignement particulier.

J’étais devenu un enfant fréquentable. Les notables de la ville me souriaient. Un jour, même, on m’invita pour un goûter. Le fils du receveur des contributions directes s’était pris d’amitié pour moi. A moins qu’il n’appréciât particulièrement mes bons résultats passant de mon cahier au sien à l’insu du maître. La famille habitait une maison haute, au milieu d’un parc entouré de murs. Je fus ébloui par les tapis, les meubles cirés. Les jeux sortis par mon condisciple n’eurent pas le même effet. J’avais, par moment, le sentiment qu’il ne cherchait pas à jouer avec moi. Son souci était plutôt de ne rien oublier. Il lui fallait tout me montrer. La gêne que je commençais à ressentir s’amplifia quand arriva le goûter. La maîtresse de maison avait invité deux amies. Et on me montra comme le petit pauvre qu’on accueillait charitablement. Je ne touchai pas aux brioches et aux diverses confitures prétextant un mal de dent et m’obstinant jusqu’aux larmes.

Je ne connaissais pas encore le terme mais je sus alors ce que pouvait être l’humiliation.

Partager cet article
Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 11:33
Le Taillis de la Mort…

Rappel : à partir de ses déambulations dans le taillis, le narrateur écrit des nouvelles. La première se déroulait pendant la préhistoire. La deuxième est plus contemporaine.

Chapitre 3.

Il habitait déjà depuis quelque temps la maison du Taillis. Les journées se succédaient, lentes et sereines. Il occupait la majeure partie de son temps à la promenade et à l’écriture. Ce jour-là, les jacinthes d’un bleu presque violet tapissaient l’herbe vert foncé du sous-bois. Ces couleurs annonçaient une température idéale pour une marche lente et flâneuse. Il s’assit sur le banc, au pied du rocher qu’il connaissait depuis sa petite enfance. Un reste de croix métallique, enchâssée à son sommet, toute tordue, avait suscité bien des légendes.

Pour certains il s’agissait de commémorer l’assassinat de trois prêtres, vraisemblablement au cours de la Révolution. Pour d’autres, au contraire, c’était en ce lieu que les « Brigands » avaient fusillé un chef républicain chargé de défendre la ville. Chacun ses martyrs songea-t-il en souriant. Il regardait les restes de la croix et pensa alors qu’il n’était jamais monté au sommet du rocher. Pourquoi pas maintenant ? La végétation et le glissement du sol rendaient l’escalade beaucoup moins dangereuse qu’autrefois.

Il examina le ciment qui scellait le pied de la croix. Les années l’avaient rendu très friable. Il sortit son couteau qui ne le quittait plus depuis sa nouvelle vie et se mit à gratter. Il ne serait pas bien difficile d’élargir les fissures et il eut l’impression que la cavité remplie du ciment était beaucoup plus large que la simple fixation du métal ne le nécessitait. Il entreprit de dégager cette cavité. C’était plus dur qu’il ne le pensait. Il serait obligé de s’y reprendre à plusieurs fois.

Il attendit le midi puis, après le repas, s’installa comme tous les jours à son bureau et commença à écrire. Il lui semblait qu’il y avait nécessité à créer une nouvelle histoire. Et la magie opéra.

Partager cet article
Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 11:05
Le taillis de la mort…

La fin de Marscus…

Puis, ses parents moururent. Et le Chaman aussi. Son frère et sa sœur avaient quitté la grotte depuis longtemps déjà. Marscus crut, un moment qu’on continuerait à faire appel à lui. Après tout, beaucoup l’avaient félicité pour les courbes bleutées dont il ornait les traces du Chaman. Mais il n’osait proposer ses services. Trop fier, trop sensible, sans doute, il craignait le refus comme une résurgence du rejet de la mère, de la famille et des grottes entières. Il craignait par-dessus tout de connaître à nouveau l’isolement de la journée des grottes. Il se consacra entièrement aux traces colorées. Bientôt, il n’utilisa plus que les bleus et toutes les lignes s’arrondirent.

Les demandes des autres grottes s’espacèrent, puis se tarirent. C’est à cette époque que sa compagne repartit dans sa famille. Son frère et sa sœur lui amenaient régulièrement à manger. Il ne quittait plus sa grotte, traçant sur les parois des ronds bleutés qu’il cherchait désespérément à rendre denses et mouvants. Un jour, dans la deuxième partie de la grotte où aucun Chaman n’était plus venu, il franchit le pas. L’interdiction suprême. Il s’essaya à tracer sur la roche sombre la silhouette d’une femme. Une image déjà volée un jour, par une trouée bleutée. Et quand ses doigts, tremblant un peu, amorcèrent les sphères bleues, la douce chaleur et la tension délicieuse l’envahirent.

Depuis ce jour, il sut qu’il avait atteint ce quelque chose en lui qu’il avait toujours voulu retrouver avant sa mort. Il ne passa plus aucune journée sans se glisser dans le boyau. Il retouchait sans cesse la silhouette aux formes pleines. Rajoutant, toujours plus, de volume, de mouvement, et de douceur soyeuse. Et la mort le prit, là, dans la sphère de pierre. »

Quand il éteignit sa lampe verte, la nuit était depuis longtemps tombée. Demain il retournerait à la grotte et creuserait. Il posa son stylo sur le papier bleu. Cette silhouette bleutée travaillée éperdument par le pauvre Marscus pouvait-elle exister en dehors de sa propre imagination ? Qu’importe, il creuserait. Une chose lui semblait par contre réalité : quelqu’un venait d’entrer dans ce « Fantôme d’Autrui » qui lui semblait à jamais déserté. Un enfant fragile et myope qui a traversé son existence sans jamais dépasser ce brouillard bleuté que personne ne pouvait comprendre. Cet homme réfugié au plus profond de la terre qui, dans sa pâte bleue, avait atteint quelque chose que chacun aimerait bien retrouver avant de mourir. Et cet homme participait désormais de son propre être intime. Le stylo et le papier bleu avaient-ils quelque chose à voir avec la pâte colorée ?

Partager cet article
Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:09
Le Taillis de la Mort…

La vraie passion…

A partir de ce jour, on ne lui demanda plus de participer aux travaux journaliers de la grotte. On lui donnait à manger sans rechigner. Il lui semblait même que la famille, qui s’était agrandie d’une petite sœur, le regardait autrement. Il se consacra uniquement aux traces en essayant de faire apparaître d’autres animaux sur les parois. Bien souvent, personne ne les reconnaissait. Puis, petit à petit, il lui sembla qu’on s’intéressait à son travail quotidien. Le Chaman vint lui rendre visite avec des membres d’autres grottes. Il arriva même qu’il accompagnât le Chaman et traçât, avec lui, dans de petites salles obscures, des troupeaux entiers. On faisait appel à leur service, aussi, pour laisser des traces aux entrées même des grottes. Comme ces traces disparaissaient rapidement, l’activité était souvent renouvelée. Au bout de quelques années, il put ramener suffisamment de nourriture pour ses besoins personnels. Il lui arriva même de compléter le repas de toute la famille.

Pendant cette période, le regard des autres changea. Marscus avait l’impression d’être reconnu et apprécié. On tenta même de lui présenter une compagne. Il plongea son propre bâton dans le ventre offert. Il y eut quelques plaisirs. La femme vécut quelque temps dans la grotte familiale. Il l’observait parfois, recherchant l’émotion connue pendant la journée des grottes. Cela semblait faire plaisir à sa compagne. Et quand elle le voyait l’œil fixé sur elle, elle n’hésitait pas à s’exhiber. Et là, le charme était rompu. Il y avait donc autre chose que les rondeurs oscillantes qui, d’ailleurs, lui paraissaient beaucoup moins élastiques et soyeuses quand il les touchait. Il lui fallait voler ces images pour amorcer le plaisir de la première fois, plaisir qui s’estompait rapidement. Jamais il ne retrouva la chaleur et la tension découvertes derrière la palissade verte par la trouée bleutée.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 11:26
Le Taillis de la mort…

La naissance d’une vocation.

Marscus ne chassa jamais. Il réussissait très mal ce qu’il entreprenait pour aider la famille. La taille des pierres, la préparation des peaux, lui amenaient toujours des remarques humiliantes, même de la part de sa mère. Il ne semblait trouver sa place qu’au fond de la grotte. Là où les torches étaient impuissantes à repousser l’obscurité. Il se risqua même à se glisser dans l’étroit boyau réservé au Chaman. Plusieurs fois dans l’année, celui-ci disparaissait dans ce passage réservé. Il emmenait toujours avec lui des herbes, des boissons étranges et de ces pâtes colorées que Marscus n’avait cessé de travailler depuis la journée des grottes. La première et la dernière à laquelle il avait assisté.

Un jour, le Chaman lui demanda s’il n’était pas entré dans l’étroit passage. Il crut connaître encore reproches et rejet. Mais il fut étonné de l’intérêt porté aux traces qu’il avait laissées sur les parois du boyau. Dès qu’il le pouvait, il manipulait la pâte, isolé dans ce qu’il croyait être le plus profond de la grotte. Ce jour-là, le Chaman lui demanda de le suivre. Il découvrit qu’au bout du passage une autre salle s’arrondissait.

Il passa une journée dans cette rondeur rocheuse. Il but un étrange liquide qui, un instant, lui rappela la tension et la chaleur de la journée des grottes, jamais retrouvées. Le Chaman lui montra les traces qu’il avait lui-même laissées sur la paroi. Marscus les suivit du doigt. Et, avec stupeur, il vit émerger la silhouette d’un cheval en pleine course. Il eut droit d’ajouter quelques taches sur le dos de l’animal.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 11:31
Le Taillis de la Mort…

Une nouvelle découverte…

Il ne reconnut pas l’homme qui le traînait vers sa mère. Il entendit seulement la colère. Il reçut même plusieurs coups. Et quelque temps plus tard, il se retrouva dans un groupe d’enfants s’ébattant dans un enclos, surveillés par quelques vieilles femmes. Tous ces enfants étaient plus jeunes que lui. Et il y avait une majorité de filles. Il distingua à peine des garçons de son âge qui riaient derrière les barrières végétales. Mais il n’eut aucun doute. On se moquait de lui.

Il resta un long temps accroupi dans un coin de l’enclos. Il regardait à peine les silhouettes qui traversaient le brouillard bleuté si familier. Après avoir retrouvé un calme protecteur, il décida d’explorer l’enclos. A part quelques courses, quelques cris, les enfants étaient occupés, par petits groupes. Il distinguait mal ce qu’ils réalisaient et n’osait pas s’approcher trop près.

Il sentit alors une main qui le tirait par la manche. Pas ce geste brutal qui l’avait arraché à ce moment magique qu’il avait vécu en épiant le couple plus tôt. Mais une douce invite. Il se laissa aller. Cela faisait déjà pas mal de temps qu’il refusait cette confiance dont sa mère l’avait brutalement frustré. Il se tourna et s’approcha du visage sur lequel progressivement apparaissaient les yeux, le nez, la bouche… Une petite fille, souriante.

Quelques minutes plus tard, il plongeait les doigts dans des pâtes colorées et, comme la petite fille, laissait des traces sur de vieilles peaux craquelées. Il semblait fasciné. La couleur apparaissait, se transformait, disparaissait à sa guise. Il avait comme une sensation étrange au bout des doigts. Il s’essaya à explorer différents mouvements. Les traces lui obéissaient. Il sentit alors une chaleur connue au niveau des oreilles. Elle ne descendit pas jusqu’au ventre. Mais, quand il réussit à tracer quelques courbes maladroites il sut qu’il était sur la voie. Qu’il pouvait s’approcher du bouleversement total vécu au spectacle de la femme et de l’homme derrière la palissade. Ce fut furtif. Il tenta, toute la fin de la journée, de retrouver quelque chose d’approchant. Mais il s’épuisa en vain.

Il lui sembla que le retour à la grotte familiale était plus léger. Le père et la mère parlaient beaucoup. On lui prit même la main. Quant au frère, il semblait transformé. Il marchait, l’air important à quelques pas, derrière.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 11:50
Le Taillis de la Mort…

Premiers émois.

Une très jeune femme se dévêtait, face à lui. Il n’aurait jamais cru que la lourde poitrine de sa mère, aux tétons qui emplissaient sa bouche, pouvait se tenir chez d’autres femmes, aussi haut. Au-delà de la douceur et de la chaleur qui ne lui étaient pas inconnues, une autre dimension apparaissait. Il aurait voulu toucher, avant de les porter à sa bouche, ces rondeurs élastiques qui oscillaient doucement.

Cela commença au niveau des oreilles. Puis descendit rapidement jusqu’au ventre. Une autre chaleur. Plus agressive, jusqu’à une tension presque douloureuse. Le sang battait dans ses tempes. Son souffle s’accéléra. Et la délicieuse sensation ne fit que s’accroître pendant tout le temps des regards volés.

De grosses mains saisirent ce qu’il aurait tant aimé toucher. Puis la femme se retourna. Le regard de Marscus descendit un peu. Les demi-sphères étaient plus grosses mais tout aussi fermes et ondulantes. Il regardait, éperdument. Il sut confusément que rien d’autre ne pourrait dépasser ce qu’il ressentait à l’instant.

La femme s’allongea sur le sol. Un homme s’approchait tenant une espèce de bâton à la main, au niveau de son ventre. Et cela aussi oscillait doucement. Il s’allongea sur la jeune femme et le bâton disparut progressivement dans son ventre. Il y eut un petit cri prolongé de gémissements qui lentement se transformèrent. Il sembla à Marscus qu’un autre cri allait s’élever. Mais plus sourd, plus long que le premier. On le prit par le bras et brutalement il fut tiré en arrière.

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 11:38
Le Taillis de la Mort…

Seul…

Il commençait à sentir, dans le flou autour de lui, un malaise accentué par l’attitude de sa famille. A aucun moment, son frère ou son père n’étaient venus le voir concourir. Alors que des bras puissants soulevaient les autres garçons en riant. Quand sa mère le retint, en lui serrant trop fort le bras, alors que les épreuves de lancer et d’adresse commencèrent, il aperçut le petit boiteux, accompagné d’une de ses sœurs, qui rejoignait le groupe des concurrents.

Un bourdonnement dans les oreilles. Presque un étourdissement. Il se tourna vers sa mère qui se tenait droite près de lui, la tête levée, froide. Il comprit brutalement que, quelque part, il était, lui aussi, boiteux. Mais où se dissimulait la tare ? Elle devait être bien lourde. Sa mère, à lui, ne caressait pas ses cheveux. Son frère n’était pas venu le voir courir. Quant à son père, il y avait déjà bien longtemps qu’il n’était pas sorti du brouillard bleuté. Depuis la pêche aux truites, pensa-t-il.

Il n’ouvrit plus la bouche. Le repas du midi lui fut très pénible. Personne ne s’intéressait à lui. Il était, avec sa famille, un peu à l’écart. Il entendit sa mère parler à celle du petit boiteux. Il était question d’éviter quelque chose, d’en accepter d’autres. Il profita du brouhaha de fin de repas pour s’éloigner. Très vite, il se retrouva seul. Autour de lui le flou bleuté. Parfois des silhouettes émergeaient et disparaissaient très vite.

Il marchait devant lui, sans but, la tête un peu vide. Il ne cherchait personne. Il ne voulait rencontrer personne. Il buta presque sur une palissade faite de branches et de fougères croisées. Une grande tache verte dans laquelle flottaient des petits halos de lumière. Il en choisit un plus large que les autres et approcha un œil intrigué.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche