Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 11:18

Note de lecture

« Le nom de la rose » (Umberto Eco)

 

Un grand livre. Qui impressionne et passionne. L’érudition de l’auteur, mais aussi ses talents d’écrivain et le contenu du récit, sont remarquables. « Amour, cruauté, malice et séduction érotique » : la quatrième de couverture, pour une fois, est fidèle au texte. Sans compter une enquête policière.

A condition de se laisser aller, de se plonger dans un récit parfois difficile, une belle expérience de lecture. En fonction de ses connaissances, de ses aptitudes, des niveaux de lecture différents peuvent être pratiqués. Du latin, parfois déformé par des moines ignorants, un vocabulaire recherché, des références sur les guerres intestines de l’Eglise au Moyen-Age… Tout cela peut être déstabilisant. Mais il faut se laisser bercer, porté par une langue très belle, une imagination débordante. Et surtout, un humour évident. Très sain.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 11:30

Les arbres à Gorron (fin)

Je ne suis pas un défenseur radical de l’environnement. Les intérêts viraux des humains passent avant ceux des autres espèces vivantes. Il n’empêche que les premier doivent respecter les seconds. Les végétaux eux-mêmes, les arbres en particulier, méritent ce respect. Pour s’en convaincre, il suffit de lire « l’arbre monde » de Richard Powers (déjà évoqué sur le blog).

Si l’on peut comprendre qu’il faille élaguer un arbre qui peut présenter un danger, en couper un  pour un simple confort égoïste, c’est plus critiquable. Sur la promenade Saint-Laurent (ancien plan d’eau), des branches pourraient être coupées pour préserver les promeneurs. Mais couper un châtaignier de plus de cent ans parce qu’il gêne (voir la semaine dernière), c’est difficilement acceptable.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 11:40
Point de vue…

Massacre à la tronçonneuse

La semaine dernière, je parlais des arbres sur le sentier du menhir. Le lendemain, je n’en croyais pas mes yeux. Un Châtaignier que j’ai toujours connu, rue de l’Abbé Pierre, sur le chemin du taillis, a lui aussi disparu. Un arbre très vieux qui donnait encore des fruits. J’aimerai bien connaître les motivations de ceux qui ont commis la chose…

Ci-contre quelques photos. A vous de juger.

 

Point de vue…
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2022 7 02 /01 /janvier /2022 10:05
Point de vue…

En voudrait-on aux arbres à Gorron ?

En promenade sur le circuit du Menhir (la Pierre Tournante) j’ai constaté que des arbres (et pas des petits) ont été coupés. Cette coupe abîme le paysage et le chemin perd une partie de son charme au niveau des coupes (cf les photos ci-jointes). Il y a peut-être une raison pour ce petit massacre que je ne connais pas. J’espère qu’elle est plus valable que certaines déjà évoquées dans d’autres endroits. Par exemple pour créer quelques places de parking ou pour ne plus avoir à ramasser des feuilles…

Point de vue…
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 08:59

Note de lecture 

« Un roi sans divertissement » (Jean Giono)

 

Il suffit de lire ce qu’écrit Giono sur les transformations du feuillage d’un grand hêtre en automne pour être convaincu du talent de l’auteur. D’autres passages dans ce roman complexe ne font que confirmer cette conviction. Mais la structure du texte, avec notamment les changements de narrateurs (trop nombreux pour moi), peut parfois perdre le lecteur. Le travail sur la langue, les différents thèmes abordés, sont si sophistiqués qu’un lecteur moyen (comme moi) peut être dépassé.

D’autant plus qu’au départ on peut avoir l’impression d’entrer dans un roman policier avec plusieurs meurtres et la recherche de l’assassin. En réalité, on a affaire à une réflexion profonde sur l’origine du mal et le rôle de l’ennui dans cette origine. Et puisqu’il est question de divertissement, on ne peut pas dire que la lecture de ce roman en soit vraiment un.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 09:08

Note de lecture 

« Hors les murs – Accueil des familles de détenus » (Michèle Veillon-Colin)

 

Le livre est séduisant. Deux niveaux d’écriture.

Un témoignage : le récit d’une bénévole accueillant des familles de détenus. Un lieu : un local situé à proximité d’une prison. Des accueillants, bienveillants et neutres, qui voient passer beaucoup de misères et de souffrances.

Une fiction : deux femmes compagnes de détenus. Elle permet de rendre compte des difficultés rencontrées, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la prison.

Mais on peut regretter qu’aux deux niveaux d’écriture le texte soit insuffisamment développé. Les multiples thèmes, abordés dans l’ouvrage, pouvaient être plus creusés. Les personnages, réels ou fictifs, manquent un peu d’épaisseur. Le style lui-même aurait mérité d’être travaillé.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:22

Note de lecture 

« Un jour sera vide » ( Hugo Linderberg )

 

Un premier roman qui obtient le prix Inter. Ce n’est pas si fréquent. Et, en plus, un livre qui sort des modes actuelles. Certes, on y parle de famille. Un orphelin qui vit avec sa grand-mère et avec sa tante. Mais, pas de scandale, pas d’agression sexuelle ou autres haines familiales. Un enfant en vacances en bord de mer. Il croise un garçon qui deviendra un ami et sa famille (notamment la mère).

Une série de tableaux dans une langue magnifique par sa simplicité et, en même temps, sa force. Très vite, le lecteur peut devenir cet enfant. Et ses sensations, ses ambivalences, sa recherche de quelque chose qu’il ne connaît pas mais dont il sent avoir besoin, peut très fort résonner en chacun. Tout cela sans lourdeur, sans prétention, par petites touches. Un véritable petit bijou.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2021 7 05 /12 /décembre /2021 12:05

Note de lecture

« Le rocher de Süsten – Mémoires, 1942 – 1982 » (Jean-Noël Jeannenay)

 

Je connaissais l’auteur grâce à son émission historique hebdomadaire sur France Culture. Il m’apparaissait comme érudit, au langage châtié, mais, en même temps, capable d’humour et d’auto-dérision. Insistant souvent sur le rôle de l’environnement, social notamment, dans la réussite personnelle. Je n’ai pas retrouvé ces qualités (importantes pour moi) dans son ouvrage.

Son écriture m’a paru maniérée, comme s’il suçotait constamment un délicieux bonbon. Son ambition littéraire prend souvent le pas sur ses témoignages. Les portraits, pas toujours bienveillants, oublient souvent son sens de l’humour. Et, naturellement, il joue dans ses souvenirs le plus beau rôle. Quant au milieu qu’il a fréquenté, universitaire, médiatique, souvent mondain, avec des dîners réunissant les gens qui comptent, il m’a plutôt irrité.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2021 7 28 /11 /novembre /2021 11:22

Note de lecture

« Rouge dans la brume » (Gérard Mordillat)

 

Un thème, un contexte, qui devaient me plaire : des ouvriers en lutte contre la fermeture de leur usine. Un auteur de talent, éclectique. Mais un roman trop lourd, trop didactique. Trop d’histoires qui se croisent. Des clichés : les directeurs cyniques, méprisants , les capitalistes, insensibles ; les employés en lutte dignes et solidaires. Parmi ceux-ci, on croise l’anarcho-syndicaliste qui veut changer le monde, le cégétiste plus réaliste, l’individualiste rejetant toute organisation. Et surtout des figures de femmes.

Et c’est là, sans doute, dans les histoires d’amour et de sexe qui reviennent régulièrement que le roman m’a dérangé. En apparence plutôt libérées, fortes, à l’image de la DRH qui se range du côté des grévistes révoltés, on les retrouve aussi soumises à leurs désirs ambigus. Anath, par exemple, cette DRH, libre par rapport à son mari mais rongée par une fêlure ancienne. Elle peut frapper un homme mais aussi souhaiter être « prise comme une chienne » par un autre. Un roman de plage agréable mais sans doute trop ambitieux…

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2021 7 21 /11 /novembre /2021 09:16

Note de lecture

« Histoire générale de la Chouannerie » (Anne Bernet)

 

Une somme de plus de 650 pages. Couvrant toute la Chouannerie, de la Conjuration bretonne de La Rouërie en 1791 à la tentative de la duchesse du Berry en 1932. L’auteure est critique littéraire et non historienne. Et cela se voit dès le début du livre. Elle prend outrageusement partie pour les chouans, qu’ils soient nobles ou paysans.

Il faut plutôt prendre l’ouvrage comme un roman bien documenté mais de valeur littéraire discutable. Les personnages sont très nombreux et on s’y perd. Beaucoup trop caricaturaux avec des Chouans courageux, généreux et des « Patauds » fourbes et cruels. Le travail de Claire Bernet, cependant, est considérable et il permet de se plonger dans cette contre révolution présentée sous un jour favorable dans un Ouest de la France très romantique.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche