Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2024 6 24 /02 /février /2024 11:22

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

La bataille de Mortain

L’avancée des Alliés sur le territoire français n’est pas toujours facile. Les Allemands tentent même une contre-offensive aux alentours de Mortain. Les combats sont violents. Gorron est alors retenue comme ville hôpital. Des croix rouges sont peintes sur la mairie et le groupe scolaire rue de Normandie.

Morts et blessés se multiplient. Les Allemands installent un cimetière près de la ville sur la route de Couesmes. Si les avions passent souvent au-dessus de la ville, il n’y a pas de bombardements massifs. Quelques tanks circulent dans les rues. Quelques camions ont pu être mitraillés. Quatre bombes sont tombées dans un champ tuant un taureau. Mais, globalement, la ville est épargnée.

Des réfugiés normands qui fuient les combats s’arrêtent à Gorron. On installe un centre d’accueil qui, bientôt, hébergera plus de 1000 personnes.

Partager cet article
Repost0
16 février 2024 5 16 /02 /février /2024 11:43

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

Le débarquement (suite)

Après avoir pris pied sur les plages normandes (difficilement, notamment à Omaha Beach), les Alliés avaient pour ambition de s’enfoncer rapidement sur le territoire français. Pour cela, ils ont bombardé intensément les villes et les installations militaires fragilisant ainsi les défenses allemandes.

Malheureusement, ces bombardements, pas toujours bien ciblés, ont occasionné des destructions et des morts civils importants. Ce fut le cas, notamment, de la ville de Mayenne. Dans la nuit du 8 au 9 juin 1944, vers 1h 30 du matin la ville fut pratiquement rasée et 350 personnes y ont perdu la vie. Tout cela en douze minutes.

Parmi ces victimes, on releva deux jeunes gorronnais : Lucien Mauduit et Albert Leblanc. Ces bombardements ont parfois entaché la réputation des Alliés. « Sauveurs de la France » mais aussi bourreaux de certains Français. 

Dans le roman, le bombardement de Mayenne servira d’excuse à certaines délations de résistants par des pétainistes radicaux.

Partager cet article
Repost0
8 février 2024 4 08 /02 /février /2024 12:21

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

L’antisémitisme

La haine du juif est très ancienne et on la retrouve dans de nombreux pays. Elle est particulièrement vivace en Allemagne où les actes antisémites se multiplient avec l’arrivée des Nazis au pouvoir. Le but est l’isolement et l’abrogation des droits politiques, juridiques et civils.

En France, l’antisémitisme est aussi présent. La défaite et l’occupation ne l’ont en rien diminué. En zone occupée, les Nazis appliquaient les mêmes mesures qu’en Allemagne. En zone libre, l’Etat français suivit la politique antisémite des Allemands et participa à leur persécution arrestation, déportation…).

Les Nazis poussèrent leur logique, de regroupement dans des camps de concentration jusqu’à l’extermination systématiques des Juifs. A l’époque, cette atrocité était dissimulée. Cela n’enlève rien à la responsabilité de la police française qui participait aux rafles et à la déportation.

Des Français ont tenté d’aider des familles juives à fuir. D’autre les ont dénoncées. Dans le roman, le personnage principal aidera au sauvetage d’un enfant juif.

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2024 4 01 /02 /février /2024 10:37

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

Préparation du débarquement en Normandie

Dès décembre 1943, Américains et Britanniques commencent à préparer le débarquement. Accumulation de matériels militaires, entraînement des troupes, choix du lieu… Pendant des mois, secrètement, se met en place un formidable plan d’attaque.

Le renseignement militaire joue un rôle important dans cette préparation. L’Allemagne a mis en place une gigantesque défense des côtes françaises sur l’Atlantique et la Manche. Blockhaus, minage des plages… Sur place, les mouvements de résistances participent à ce renseignement en liaison avec les forces alliées en Angleterre.

En Mayenne, des groupes de résistants dont nous avons déjà parlé deviennent de plus en plus actifs. A Ernée, par exemple, en liaison avec le mouvement « Libération Nord » de Laval, dès février 1944, un groupe s’organise en prévision de ce débarquement. Son objectif est le renseignement mais aussi le sabotage des voies de communication (routes, voies ferrées…), du réseau téléphonique…

En juin 1944, le groupe se rapproche de résistants de Fougères. Les résistants paieront un très cher tribut à la Libération de la France. Plusieurs d’entre eux seront arrêtés, torturés et emprisonnés. Cinq hommes sont fusillés le 23 juin 1944.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2024 5 26 /01 /janvier /2024 11:40

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

Bouilleurs de cru

Fabriquer de l’alcool à partir de fruits fermentés puis distillés est connu depuis des temps immémoriaux. Dans notre région, la distillation de pommes aboutissant à la « goutte » était une habitude dans la plupart des fermes. Progressivement, on a tenté de contrôler la production et la vente de cet alcool. Qui dit contrôle dit tentative de contournement avec la recherche de bénéfice illégal.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le contrôle du ravitaillement a entrainé des activités clandestines illégales, « le marché noir ». Tout naturellement, la fabrication et la vente de « goutte » s’est développée dans ce cadre.

Sur le blog nous avons déjà fait état d’un article de « Ouest-Eclair » de mars 1944 dans lequel il est fait état de l’arrestation d’une carriole dans laquelle un alambic était dissimulé sous des sacs. Le conducteur de la carriole prétendait ne pas connaître le propriétaire de l’alambic. Ce genre d’alambic circulait de fermes en fermes et permettait de fabriquer de la goutte clandestinement pendant la nuit.

Cette pratique permettra à notre héros de compenser la perte des tickets d’alimentation lors de sa clandestinité.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2024 6 20 /01 /janvier /2024 12:36

Journal de bord…

 

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

La transfusion sanguine

Incorporer du sang étranger chez un individu afin de la soigner est une pratique très ancienne. Heureusement exceptionnelle car elle entraînait souvent le décès du patient.

Pendant la Première Guerre mondiale, et on comprend facilement pourquoi, des progrès importants ont été fait en la matière. On commence à prendre en compte les groupes sanguins.

Un médecin gorronnais qui a fait ses classes sur le front deviendra une figure gorronnaise incontournable. Le docteur Daniel dans la clinique située 14, rue de Normandie, a pratiqué une petite chirurgie grâce à sa formation à la médecine de guerre.

Je me saisis de cette figure pour une scène décrivant une transfusion sanguine faite à domicile sur un des enfants du couple au centre du roman.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2024 5 12 /01 /janvier /2024 11:47

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

Les faits de résistance se développent

Après les premières arrestations et exécutions, quelques résistants prennent la relève, parfois en lien avec les Français de Grande-Bretagne. Il s’agit alors de fournir des informations sur les activités militaires des Allemands. De nouveaux groupes se structurent sur le département (Château-Gontier, Laval…).

La mise en place du Service du Travail Obligatoire en Allemagne entraîne des actes de désobéissance. Les hommes refusant ce travail entrent dans la clandestinité. Ce qui permet de développer la résistance.

L’approche du débarquement renforce le mouvement qui reste malgré tout très minoritaire.  Les résistants s’orienteront vers la lutte armée et les attentats contre le matériel militaire allemands. Et, malgré la répression, des foyers se constituent (Lignères-la-Doucelle, Renazé, Saint-Mars-Désert, la Baroche-Gondouin, Ernée…).

Après le débarquement, les résistants jouent un rôle actif dans la lutte contre l’armée allemande. Ils en paient le prix, par exemple, à Fougerolles-du-Plessis.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2024 2 02 /01 /janvier /2024 10:58

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

Premiers mouvements de résistance à Mayenne

 

Si beaucoup de Français sont, dans un premier temps, soulagés par l’armistice et l’arrêt des combats, de petits groupes se forment pour manifester leur hostilité à l’occupant. Cela peut passer par des tracts ou des inscriptions hostiles aux Allemands.

Ces petits groupes se structurent pour des actions plus ciblées comme l’aide aux soldats temporairement prisonniers en France avant d’être envoyés en Allemagne : fabrication de faux papiers, aide matérielle aux évasions… C’est ainsi que des mairies peuvent être « visitées » pour obtenir des papiers officiels, voire des tickets de rationnement.

A Mayenne, deux groupes ont officiés et certains de leurs membres ont été arrêtés, déportés, voire fusillés : « Les flèches noires » qui, après dénonciation a été démantelé dès novembre 1941, le groupe « franco-anglais » qui est actif jusqu’à la Libération en 1944.

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2023 5 29 /12 /décembre /2023 09:39

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

Service du travail obligatoire

 

Pendant l’année 1942, l’Allemagne commence à connaître des revers militaires. Elle a du mal à soutenir seule ses efforts de guerre. Des prisonniers de guerre sont tenus de travailler pour l’économie allemande. Mais cela ne suffit pas. Elle cherche alors à faire venir sur son territoire des hommes pour assurer ces tâches.

Devant la réticence des Français, on invente ce qu’on appelle « la relève » : pour trois ouvriers volontaires au travail en Allemagne, on libérait un prisonnier. Là encore le système n’eut pas le rendement escompté. Les Allemands passèrent alors à la contrainte.

On réquisitionne les futurs travailleurs qui sont emmenés de force en Allemagne. Ces mesures très impopulaires ont déclenché des refus de partir. Les réfractaires devenaient alors illégaux et pouvaient à tous moments être arrêtés. Certains d’entre eux sont entrés dans les maquis pour combattre armes à la main les occupants.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2023 4 21 /12 /décembre /2023 11:43

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

Les rationnements

La guerre puis l’occupation allemande désorganisent l’économie de la France. La pénurie s’installe, notamment dans le domaine de l’alimentation. Dès septembre 1940, le pain, le fromage, les matières grasses, la viande sont rationnés. Pour assurer une répartition équitable des aliments disponibles, chacun dispose de tickets pour permettre les achats. Plus tard, ce système de rationnement s’étendra à d’autres denrées et à des achats autres qu’alimentaires.

Les quantités autorisées à l’achat varie en fonction de l’âge et/ou de l’activité des adultes. Huit catégories : par exemple les J3 (les enfants de 13 à 2 ans) ou T (adultes de 21 ans à 70 ans se livrant à des travaux pénibles nécessitant une grande dépense musculaire). Les cartes de tickets sont distribuées par les mairies.

En dehors de ce marché officiel, des achats parallèles, clandestins, s’installent. Un système de troc permettant d’améliorer l’ordinaire des familles mais aussi des achats et des ventes de grande ampleur appelé le marché noir qui a permis à certains, peu scrupuleux, de se constituer de petites fortunes.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche