Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:13

La renaissance d’Aloïse

 

La mort de Pierre et de Kalina, l’incendie de la tour et de l’atelier, réduisirent à néant la prospérité de la Thiercelinais. Le domaine redevint une simple ferme que Paul essayait d’entretenir du mieux qu’il pouvait. Sa femme, Perrine, l’aidait se son mieux pendant que sa mère, Aloïse, vivait, recluse dans sa chambre.

Heureusement, Perrine eut rapidement des enfants qui égayèrent le domaine. Henri, un garçon plein de vie plutôt espiègle. Mathurin et Anne, des jumeaux, ensuite. La petite fille n’aurait pas dû vivre si la compétence de la nouvelle sage-femme et les soins de sa grand-mère, Aloïse, sortie enfin de sa réclusion, ne lui avaient permis.

La famille Gilard, retrouvée, renoua avec son histoire grâce aux archives laissées par les ancêtres. Elle se lança dans une activité nouvelle, l’apiculture, qui, doucement, lui permit à nouveau d’installer un étal sur le marché hebdomadaire.

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:13

 

L’aventure de Pierre.

 

Après l’épisode de la chasse au loup dans le taillis, un conflit éclate entre François et son fils Pierre. Celui-ci décide alors de quitter la Thiercelinais et de s’embarquer vers les Antilles. Il découvre la traite négrière, le travail dans les plantations, notamment dans celles de cacaoyers.

Après trois années passées dans les îles, Pierre revient à la Thiercelianis avec une compagne amérindienne. Les différentes activités se sont développées dans le domaine, en particulier dans la fabrication et le commerce des toiles.

Pierre y ajoutera la fabrication du chocolat, une denrée nouvelle réservée aux familles les plus aisées mais que le couple, Pierre et Kalina, vendra à bon marché sur la paroisse. La jeune amérindienne développera aussi la vente de plantes médicinales.

Jusqu’au jour où une épidémie restreinte d’une forme de peste frappera la ville et ses environs. Les pouvoirs supposés de Kalina entraînèrent un nouveau drame qui frappera durement les Gilard.

Repost 0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 09:13

La passion du marquis de la Griffardière

 

Passionné de chasse, un marquis des environs de Mayenne se spécialisa dans la chasse aux loups. Quand il repérait une horde, son objectif était de l’exterminer, sauf la femelle pleine. Son plaisir étant de traquer les bêtes, il fallait bien préserver l’espèce.

Il jeta son dévolu sur la horde du Heq, dans la forêt de Mayenne. C’est de cette horde qu’étaient issues les femelles aux yeux jaunes venant mettre bas dans le taillis près de la ferme de la Thiercelinais. Cette fois, contrairement à ce qui se passait habituellement, un louvard suivi sa mère jusqu’au taillis.

Il devint l’obsession du marquis. Il le pourchassa de la forêt de Mayenne à Gorron. Il plaça alors dans le taillis plusieurs piège dont un, de son invention, qui se refermait sur la patte de l’animal. Il arrivait alors que le loup se rongea la patte pour pouvoir s’échapper.

Quand Pierre trouva la bête, à bout de forces, allongée près du piège avec la patte dans les mâchoires de fer, il l’emmena à la ferme pour lui donner des soins…

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 09:26

 

La mort de Zénaïde et d’Edmond

 

Après la perte du bébé d’Aloïse, Zénaïde et Edmond vécurent comme des reclus. Le confinement, le désespoir de la femme, le dérèglement de l’homme, créèrent un climat délétère dans la tour. Mais Zénaïde, après une mélancolie profonde finit par s’habituer.

Elle avait oublié la menace qui pesait sur eux. Si Aloïse avait accepté de garder Edmond à la Thiercelinais, ce ne pouvait être que jusqu’à une prévisible grossesse. Ce qui ne saurait tarder tant la vigueur de François était grande.

Zénaïde avait déjà pensé à abréger sa vie et celle de son protégé. Mais, si l’acte était bien programmé, sa réalisation semblait vouloir s’éloigner. C’est pourquoi l’annonce de la grossesse d’Aloïse fut, pour elle, comme un coup de tonnerre dans un ciel, certes pas tout à fait serein, mais malgré tout assez bien dégagé.

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 11:36

 

La relégation de Zénaïde et Edmond

 

Aloïse, enceinte, obtint de François qu’Edmond et Zénaïde habitassent dans la seconde tour. Elle ne voulait plus voir son beau-frère infirme prétextant que cette vue risquait de créer un handicap chez son propre fœtus.

Zénaïde essayait de sortir Edmond qui devenait très exigeant, relégué dans la tour. Elle s’arrangeait pour éviter Aloïse. Pour cela, elle écoutait le bruit du métier à tisser, supposant que la maîtresse de la Thiercelinais était au travail quand elle l’entendait. Malgré ces précautions, le drame arriva.

Zénaïde ne savait pas qu’un deuxième métier à tisser devait être livré à la ferme et qu’Aloïse avait appris à une de ses fileuses à faire fonctionner l’ancien métier. La rencontre interdite eut lieu dans l’allée de châtaigniers et elle tourna au drame. A partir de ce jour, les sorties avec Edmond furent impossibles.

Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 12:01

 

Aloïse

 

La petite-fille de Perrine Gilard, devient, en se mariant avec François, la maîtresse de la maison à la Thiercelinais. Basile s’est réfugié dans une des tours et a laissé la direction du domaine à son fils. Zénaïde a été reléguée au rang de domestique par la nouvelle madame Gilard.

Cette situation perturbe l’équilibre de la ferme. D’autant plus qu’Aloïse supporte de moins en moins bien la présence de son beau-frère infirme. Elle se heurte à Zénaïde qui protège Edmond et tente de faire appel à François.

Hortense est partie au couvent de Patience à Laval où elle commence une nouvelle vie de religieuse cloîtrée. L’ambiance à la Thiercelinais s’annonce bien terne quand une nouvelle activité se met en place : deux fileuses employées comme journalières et la tentative de tissage sur un métier qui, après des années passées dans une cave de la ville, a du mal à remplir son office.

Repost 0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 16:08

La vocation d’Hortense

 

Alors que François réussit à persuader son père d’ajouter aux constructions du domaine deux vastes bâtiments destinés aux activités s’ajoutant à l’agriculture classique du moment, sa sœur, Hortense, se tourne résolument vers la religion.

Elle est encouragée dans ce sens par un des vicaires de Gorron qui lui fait connaître l’histoire de Sainte Claire d’Assise. Cette fille d’une noble famille italienne, a tout quitté pour suivre Saint François d’Assise et fonder par la suite l’ordre de Pauvres Dames (Clarisses). La vie pieuse et romanesque de Claire fascine la jeune fille.

Malgré les réticences de la famille Gilard et de Zénaïde elle-même, Hortense décide d’entrer au couvent de Patience à Laval, dans l’ordre, précisément, des clarisses urbanistes. Le départ d’Hortense et l’arrivée de la petite-cousine d’Edmond marqueront un tournant dans la vie de la Thiercelinais.

Illustration : Sainte Claire

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:39

 

Les nouvelles constructions

 

Les nouvelles constructions entreprises à la Thiercelinais occupèrent la famille pendant de nombreux mois. Il fallut faire appel à un maître maçon de la ville qui se chargea avec ses compagnons de surélever la maison d’habitation, de prolonger les murailles de deux tourelles qui arrivaient jusqu’à l’allée de châtaigniers.

La présence des tailleurs de pierre bouleversa la vie du domaine. Zénaïde faillit succomber à la tentation. Mais son attachement au petit Edmond, malheureusement handicapé, fut le plus fort. Elle renonça à tout projet personnel et s’installa définitivement dans la famille Gilard.

Alors que l’aînée des enfants, Hortense, se tournait de plus en plus vers la religion au point d’envisager de prendre le voile de religieuse, François s’affirmait comme le futur maître du domaine. Son père, Basile, s’arrangeait de cette affirmation, préférant ses écrits, ses dessins, et l’histoire de la famille.

La vie était plutôt tranquille à la ferme, chacun ayant trouvé sa place dans une réelle harmonie. Jusqu’au jour où la petit- fille de Perrine, petite-cousine donc de François, lui fit comprendre qu’elle avait des sentiments pour lui.

 

Repost 0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 09:46

Une nouvelle ère

 

La chaise d’accouchement revint une nouvelle fois à la Thiercelinais. Sidonie ne survivra pas à cette dernière naissance, minée par son addiction. Sa disparition ouvre une nouvelle ère à la ferme. La jeune domestique, Zénaïde, désormais à demeure, va jouer un rôle central.

Les trois enfants : Hortense, née en 1601, François, en 1603 et Edmond en 1605, seront pris en charge par la domestique qui occupera une place incontournable dans la famille. Elle jouera le rôle de mère. Mais, au-delà de ce rôle et de l’attachement des enfants, elle relancera chez Basile, un moment abattu par la mort de sa femme, l’intérêt pour l’histoire de la famille.

Grâce à Zénaïde, la mémoire de la lignée des Gilard reprit sa place à la Thiercelinais. On retrouva les sorties annuelles à la pierre levée, les innovations en termes d’artisanat et de ventes au marché et, surtout, des projets de constructions et d’agrandissement du domaine. C’est ainsi que François se spécialisera dans le tannage des peaux : les premiers balbutiements d’une activité qui essaimera chez les Gilard au cours des siècles.

Repost 0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 11:53

 

Les problèmes de Sidonie…

 

La remise en état de l’alambic, la production et la vente d’alcool, relancèrent les activités commerciales de la ferme. Basile, avec l’aide du vieux journalier, retrouvait l’énergie et les projets qu’ils connaissaient du temps de Toussaint. Il eut aussi l’heureuse surprise de voir sa femme se rapprocher de lui et reprendre une vie de couple normale.

Malheureusement, la sortie de Sidonie de la profonde mélancolie déclenchée par la mort de Toussaint, n’avait rien de naturelle. Elle était liée à la consommation de l’alcool désormais fabriqué à la ferme. Très vite, La femme devint dépendante de cette consommation.

Chacun s’en accommodait jusqu’au jour où Sidonie tomba enceinte. Les grossesses, à l’époque, étaient souvent compliquées. Les accouchements dangereux. Avec, en plus, une santé dégradée par l’alcool, le drame était prévisible.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche