Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2024 4 15 /02 /février /2024 11:36

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

 

1948

 

Le décès de notre maire Lucien Dollé a bouleversé une partie de la population. Plutôt bien apprécié, notamment pendant la période difficile de l’occupation, sa disparition précoce a affecté la plupart des Gorronnais. Même si, à la sortie de la guerre, les élus ont pu être critiqués dans leurs rapports avec les occupants. Un nouveau maire, M. Fernand Maret, directeur d’assurances, a été élu. La succession de Lucien Dollé ne sera pas simple.

Un événement d’une autre nature a marqué la vie Gorronnaise. Notre champion de boxe Marcel Cerdan est devenu champion du monde. Beaucoup de Gorronnais ont écouté la transmission radiophonique en pleine nuit. Certains sont sortis dans la rue pour fêter cette victoire. Malheureusement, il meurt dans un accident d’avion à la fin de l’année. Une grande émotion ressentie jusque dans notre ville.

Partager cet article
Repost0
7 février 2024 3 07 /02 /février /2024 11:46

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

Premier logo de m'Amicale Laïque

1947

 

Notre ville a très tôt connu un éclairage publique et une alimentation en électricité de quelques bâtiments. Cette fois, toute la commun est électrifiée. Même si beaucoup de familles pauvres limitent l’utilisations des lampes, cette innovation change la vie.

L’Amicale laïque, comme souvent quand une association vient d’être créée, a organisé plusieurs manifestations : concert et bals qui s’accordent bien avec la fin de la guerre mais aussi un repas pour les vieillards de Gorron. Ouvert à toutes les personnes âgées, seules les familles nécessiteuses ont majoritairement profité de ce geste de solidarité.

Notre maire, Lucien Dollé a été réélu. Plutôt défenseur de la laïcité, la cure elle-même a reconnu que cet homme simple et dévoué a réussi à maintenir une certaine unité dans la population gorronnaise, ce qui n’était pas très simple pendant une guerre qui a suscité des tensions entre ceux qui soutenaient Pétain et ceux qui étaient pour de Gaulle.

Partager cet article
Repost0
2 février 2024 5 02 /02 /février /2024 11:38

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

Le curé Piard

1946

 

La guerre est bien terminée sur notre territoire mais tout n’est pourtant pas revenu à la normale sur la commune. On est encore tributaire des bons de viande, de pain et de bois. Une bonne nouvelle cependant, : le charbon, tant attendu, arrive enfin dans la ville. Le marché noir et les trafics n’ont cependant pas disparu.

Des figures nouvelles apparaissent : après le passage de l’abbé Blanc, un nouveau curé, Jean Piard, s’installe à la cure. Il sera élu président de la nouvelle association : l’union gorronnaise des combattants et prisonniers des deux guerres 1914 – 1918, 1939 – 1945. Un nouveau médecin, le Dr Berthelot remplace le Dr Hardouin.

Les fêtes et les célébrations reprennent : fête omnisports, fête de la victoire, bal de bienfaisance au profit des pauvres de la commune... Un cinéma est créé à la mairie, l’association Amicale Laïque offre aux jeunes ayant quitté l’école des activités sportives et culturelles. Avec la Jeanne d’Arc qui a poursuivi ses activités, on tente d’oublier les temps sombres de l’occupation. 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2024 4 11 /01 /janvier /2024 11:49

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

1943

 

Chacun se débrouille comme il le peut pour améliorer son quotidien. On trouve des agriculteurs qui acceptent de vendre des denrées non comptabilisées dans le rationnement. C’est interdit mais, tant qu’il n’y a pas d’abus (des prix ou des quantité trop élevés) les gendarmes français ou allemands sont relativement tolérants. Par contre, ce qu’on appelle le marché noir grâce auquel certains essaient de faire fortune est sévèrement réprimé. Un trafic d’orge et de son a été démantelé à Gorron et à Saint-Aubin Fosse-Louvain.

On s’est organisé pour soutenir les soldats prisonniers en Allemagne et leur famille. Beaucoup de Gorronnais sont absents. On essaie tout de même de ne pas fermer les artisanats dont le chef n’est pas revenu de la guerre. D’anciens apprentis réussissent à maintenir l’activité en attendant le retour des prisonniers.

La vie n’est pas facile. Mais la ville essaie tout de même, grâce notamment à notre maire M. Dollé, de rester active. La piscine est officiellement ouverte et un club nautique est créé. Le cinéma Jeanne d’Arc, un moment suspendu, a repris ses séances.

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2024 4 04 /01 /janvier /2024 11:49

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

1942

 

Les mères et les naissances sont célébrées. La fête des mères est relancée par le régime de Vichy. A Gorron, une prime est donnée pour la première naissance de l’année. La devise « Travail Famille Patrie » illustre bien l’orientation politique de l’Etat Français. La mise en avant de la femme me convient plutôt bien mais j’aimerais que son rôle ne soit pas seulement de faire des enfants.

Il y a un côté un peu artificiel dans cette fête alors que la guerre fait rage. On commence à parler de résistance en Mayenne. Des petits groupes distribuant des tracts antiallemands, aidant des prisonniers français évadés se créent. Certains les soutiennent. Beaucoup obéissent à Pétain et il y en a même qui les dénoncent à l’occupant.

Un projet municipal m’étonne. On envisage de construire un terrain de sports pouvant servir au départ aux écoles, mais aussi une piscine. Pourquoi pas ? Il n’empêche que la situation devient de plus en plus difficile en France. La zone libre vient d’être occupée. Les Allemands, paraît-il, commencent à connaitre des défaites.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2023 3 27 /12 /décembre /2023 10:55

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

1941

 

Pour la France, la guerre semble finie. Le maréchal Pétain dirige l’Etat français. Bien sûr, l’occupation par les Allemands perturbe notre vie mais beaucoup s’y habituent malgré les privations que cela entraîne. Nous n’avons pas eu de victimes de guerre à déplorer mais des Gorronnais manquent à l’appel, prisonniers en Allemagne. Nous avons bien des prisonniers sur notre territoire, qu’on peut employer dans les fermes, mais ce sont des nord-africains qui, apparemment, ne sont pas les bienvenus chez nos vainqueurs.

Des élus municipaux sont aussi absents ce qui n’empêche pas la commune de fonctionner. On y fait même des projets : construction d’un terrain de sports, d’un groupe scolaire (réunissant les écoles : communale de filles, maternelle et communale de garçons). L’activité économique tourne au ralenti, on essaie d’indemniser comme on peut les ouvriers au chômage.

Malgré tous ces temps difficiles, les actions de bienfaisance continuent : les sociétés sportives gorronnaises vendent des bons de solidarité dont la recette est distribuée aux pauvres de la commune.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2023 3 20 /12 /décembre /2023 11:49

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

Le FCG

1940

 

Comme toutes les autres communes, Gorron est touchée par les conséquences de la guerre : les hommes chargés de familles prisonniers en Allemagne, les restrictions alimentaires, le couvre-feu, le changement d’heure, le chômage… et la présence de l’occupant. Un Gorronnais meurt au Champ d’honneur à Boussois (Eure). Des ouvrières de l’usine de chaussure voulant faire grève ont été condamnées à la prison avec sursis, tout du moins celle considérée comme la meneuse.

Mais malgré ces temps dramatiques, la vie reprend son cours. La fusion des deux clubs de football concurrents (la Jeanne d’Arc et l’Union Sportive Gorronnaise), symbole de la rivalité entre la cure et les laïques, est considéré comme un événement. Le maire M. Dollé et l’abbé Betton sont élus présidents de ce nouveau club : le Football Club Gorronnais.

Les revendications des bouilleurs de cru réapparaissent. On demande la réouverture du service de cars reliant Gorron à Laval. Un patronage paroissial ouvre pour tous les enfants de la commune : « Cœur Vaillants »… La vie continue.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2023 3 29 /11 /novembre /2023 11:36

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

1937

 

Notre nouveau maire, M. Goussin, est décédé. Il n’aura pas eu le temps de marquer son passage à la mairie. Par contre, il laissera des souvenirs aux Gorronnais attachés à la laïcité. Il avait fondé l’Union Sportive gorronnaise, contre point à la Jeanne d’Arc créée par la cure. Dans son testament, il verse des sommes importantes aux écoles laïques et au bureau de bienfaisance. Ses idées étaient proches de la gauche actuellement au pouvoir avec Léon Blum.

A Gorron, cette poussée politique à gauche ne bouleverse pas la ville. Elle a accueilli un grand festival de gymnastique qui a réuni tout le monde. Et la fraude à l’eau de vie est toujours présente, quelle que soit la politique. Trois fraudeurs avec 800 litres d’alcool ont été arrêtés.

Il n’en est pas de même au niveau national. La Cagoule, une organisation clandestine d’extrême droite, a fomenté un coup d’état. La droite en général demande que le gouvernement soutienne le dictateur Franco en Espagne qui a renversé la république. Les tensions sont importantes.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2023 4 23 /11 /novembre /2023 11:42

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

M. Goussin

1936

 

La démission de notre maire Joseph Pottier a fait beaucoup parler dans la ville. Tout a commencé par des pétitions contre l’entreposage des « boues » sur le Champ de foire. Les riverains supportaient de plus en plus mal les odeurs persistantes jusqu’à la vente de ces « boues » comme engrais aux agriculteurs. L’élection de M. Goussin, après que M. Rousseau eut refusé le poste, n’a pas été facile.

Le nouveau maire, républicain affirmé, l’arrivée d’un gouvernement de gauche, le « Front populaire », effraient certains gorronnais. Pourtant, malgré les difficultés de nos usines de chaussures, l’économie gorronnaise semble ne pas se porter si mal. Une usine de petite métallurgie s’installe, rue Jean-Jacques Garnier, un cimentier d’origine italienne réunit plusieurs artisans maçons dans une importante entreprise de maçonnerie et de travaux publics.

La mort d’un ancien soldat de la guerre de 1870 contre les Prussiens nous rappelle les conflits avec l’Allemagne dont la Grande Guerre encore toujours présente dans nos mémoires. Ce qui se passe en politique chez nos voisins allemands commence à en inquiéter plus d’un.

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2023 4 16 /11 /novembre /2023 12:38

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

Bouilleurs de cru

1935

 

La commune, comme celles des environs, s’élève contre les nouveaux règlements encadrant la production des bouilleurs de cru (fabrication d'alcools de fruits). L’augmentation des taxes, le contrôle des productions, sont rejetés par les propriétaires. Un mouvement de protestation se propage dans notre région. Une manifestation de plus de 1000 participants a lieu à Gorron. La municipalité, comme beaucoup d’autres, démissionne pour soutenir les manifestants.

Notre maire, Joseph Pottier, réélu il y a peu après les municipales favorables à la gauche, accompagne le mouvement. Par contre sa position à propos des boues (résultat des ordures ramassées sur les rues de la ville) entreposées sur le Champ de foire semble poser problème au sein du conseil municipal.

Le conseil est plus unanime pour interdire aux grands magasins de s’installer sur le marché. C’est moins évident pour la création d’un abattoir municipal. Les abattoirs privés, non fermés, donneraient un spectacle immoral aux enfants.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche