Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2022 1 21 /11 /novembre /2022 12:15

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marguerite Péan (épouse Gabriel Boullard)

Décembre 1891

 

Je ne sais pas si je mérite la confiance de ma belle-mère. Poursuivre le journal commencé depuis si longtemps par Renée Largerie est une lourde charge. Ne pas perdre la mémoire de notre famille , de celle de son berceau, m’oblige désormais. Heureusement, je me suis toujours intéressée à l’actualité de notre époque. J’espère que j’aurai la constance de Marie. Ce qui me sera difficile, c’est l’actualité gorronnaise. Pour le moment nous n’habitons pas à Gorron. Heureusement nous nous y rendons souvent.

Marie Constance a plusieurs fois évoqué l’organisation des ouvriers pour améliorer leur sort au travail. Un drame s’est passé lors du 1er mai à Fourmies. On a tiré sur des manifestants. J’ai entendu parler de dix morts. La société française semble traversée par des tensions politiques importantes. Les partisans du général Boulanger ont vu leurs espoirs s’évanouir quand ils ont appris qu’il s’était suicidé sur la tombe de sa maîtresse.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2022 1 14 /11 /novembre /2022 11:39

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

 

Décembre 1890

 

Notre fils, Gabriel, avocat, a épousé le 22 avril 1884 Marguerite Péan, une branche de ma famille résidant à Quimper. Cette jeune femme me paraît tout à fait digne de poursuivre le journal familial. Son instruction, son intelligence et sa curiosité m’ont marqué. Elle est d’accord pour remplir cette mission. Et son intérêt pour le document commencé par Renée Largerie confirme la pertinence de mon choix. Je profiterai des fêtes de Noël pour lui confier le journal. L’année 1890 sera donc la dernière en ce qui concerne cette modeste chronique. Je sens qu’il est temps de passer la main.

J’ai vu, au cours de ma vie, les ouvriers tenter de s’organiser pour exiger des conditions de travail décentes. Les propriétaires des moyens de production ont tout tenté pour les en empêcher. Mais le 1er mai, la grève générale déclenchée pour obtenir la journée de huit heures de travail, dans le cadre d’une organisation internationale, a montré la puissance de ces ouvriers. On sera bien obligé, désormais, d’en tenir compte.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2022 7 06 /11 /novembre /2022 12:28

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

Décembre 1889

 

Deux personnalités s’affrontent dans notre ville. M. Le Marchant est élu au Conseil d’arrondissement, M. le duc d’Abrantès au Conseil général. Ce dernier est maire de Gorron. Il est considéré comme réactionnaire en cette période où la gauche républicaine a gagné les législatives.

L’aventure du général Boulanger qui a, un moment, menacé la Troisième République se termine de façon tragique : il se donne la mort sur la tombe de sa maîtresse.

Mais ce qui mobilise les Français en cette année, c’est l’exposition Universelle qui se déroule à Paris de mai à octobre. On y parle beaucoup de la grande Révolution dont c’est le centenaire. J’ai eu la chance de pouvoir admirer la Tour Eiffel, construction métallique de 330 mètres de hauteur et de voir le spectacle de Buffalo Bill avec des indiens et des cow-boys venus des Etats Unis d’Amérique.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2022 4 27 /10 /octobre /2022 10:37

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

Clémenceau

 

Décembre 1888

 

Le général Boulanger est élu triomphalement à une élection législative partielle. Beaucoup souhaiteraient le voir prendre le pouvoir et diriger la France comme avaient pu le faire les empereurs Napoléon 1er et Napoléon III. Mon mari souhaite son arrivée à la tête de l’Etat. En ce qui me concerne, même si je ne m’y connais pas beaucoup en politique, je préfèrerais garder la République. Ce régime me semble plus soucieux des droits de l’Homme. Une société des droits de l’homme et du citoyen vient d’être créée, notamment par Clémenceau. Je ne suis donc pas la seule à m’inquiéter.

L’évêque Lemaréchal vient déjà d’être remplacé par Monseigneur Bourgaut. Apparemment, notre curé semble plutôt satisfait même s’il ne s’était jamais permis de faire des remarques sur son supérieur.

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2022 3 19 /10 /octobre /2022 10:45

 

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

le général Boulanger

Décembre 1887

 

La nomination d’un nouvel évêque est toujours un événement dans nos paroisses. Il s’agit de Monseigneur Lemaréchal. Les prêtres sont un peu inquiets quand arrive ce nouveau supérieur tout puissant. Par contre, en ce qui concerne M. le Marchant, qui est à nouveau conseiller d’arrondissement, il n’y a pas d’inquiétude. Chacun connait ses compétences et son dévouement. Il serait décrit par les autorités officielles comme « connaissant très bien son affaire ».

La République est mise à mal. Le Président Jules Grévy est poussé à la démission. Son gendre, Daniel Wilson, aurait demandé de l’argent pour l’obtention de médailles officielles. On parle de plus en plus du général Boulanger pour diriger la France, ce qui mettrait en danger la République.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2022 1 10 /10 /octobre /2022 16:48

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

Décembre 1886

 

Notre ville se transforme. Après la construction de la mairie et de l’église il y a une vingtaine d’années, un groupe scolaire a été réalisé rue de Normandie. On a hésité longtemps entre une rénovation de l’ancien collège, école communale de garçons, près du presbytère, et un groupe scolaire entièrement neuf. Ce deuxième projet a été retenu. Six classes, un internat pour les élèves de l’école primaire supérieure. L’enseignement à Gorron concerne 540 garçons et filles. Pour ces dernières, il est assuré au domaine de la Renardière près de l’hospice et dirigé par la supérieure de l’établissement de soins.

Un ouvrage d’Edouard Drumond : « La France juive », antisémite haineux, rencontre un grand succès. Je ne comprends pas cette haine. Tout comme l’initiative du général Boulanger qui recherche les suspects, étrangers espionnant pour l’étranger ou antimilitarisme. Cette méfiance les uns envers les autres me met mal à l’aise. La répression des grèves aussi, en particulier sur le site industriel de Decazeville

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2022 3 28 /09 /septembre /2022 10:42

 

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

 

Décembre 1885

Funérailles de Victor Hugo

Lors de la procession de la Fête Dieu, la section des sapeurs-pompiers dirigée par M. Morin avait fière allure. L’épée et la dragonne en or du lieutenant, le bonnet à poil des sapeurs, ont été très applaudis. Il faut dire que les pompiers sont beaucoup aimés pour leur dévouement. Quand le tocsin sonne, on peut les voir se précipiter vers l’incendie prêts à se sacrifier pour sauver les personnes en difficulté. La fanfare, les quatre gendarmes de la brigade à pied, ainsi que le garde-champêtre, suivaient la section. La population gorronnaise apprécie beaucoup ces manifestations. Qu’elles soient religieuses, organisées pour les comice agricole ou la Foire Fleurie.

J’attendais avec impatience l’ouvrage d’Emile Zola : Germinal. J’avais commencé à le lire en feuilleton dans le journal. Mais, cette fois, je l’ai en entier sous forme d’un livre qui est sur ma table de chevet. Un grand plaisir de lecture. Cet auteur ne remplacera pas Victor Hugo dont les funérailles nationales ont eu lieu en juin. Mais son œuvre me paraît exceptionnelle.

Pour justifier la colonisation, on parle souvent de races inférieures. Clémenceau  a rappelé que l’Allemagne nous considérait comme une race inférieures à elle après la guerre de 1870. Et qu’il faudrait éviter d’utiliser cette formule. Je suis bien d’accord avec lui. 

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2022 1 19 /09 /septembre /2022 12:15

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

 

Décembre 1884

L’élection du duc d’Abrantès maire de Gorron étonna beaucoup de monde. Celle-ci, s’étant faite à bulletin secret, les conseillers eux-mêmes paraissaient surpris. L’ancien maire, pourtant bien aimé de la population, à qui il n’y avait rien à reprocher dans sa gestion de la ville, payait sans doute les décisions prises au niveau national. Décisions présentées comme hostiles à l’Eglise. Chacun savait que le duc ne s’intéresserait pas de près aux affaires de la ville mais, lui, était proche de la cure.

La création des syndicats fut dénoncée par le duc alors que chez nous, cela ne changeait pas grand-chose pour les patrons comme pour les employés. Tout comme le rétablissement du divorce. Même si celui-ci ne pouvait se faire qu’à condition de fautes graves (adultères, sévices ou injures graves…) et non par consentement mutuel comme aux temps révolutionnaires. Il y eut tout de même quelques divorces à Gorron qui firent scandales.

Mais ce qui occupait la plus grande partie des journaux de l’époque, c’étaient les affaires coloniales. La France connut des révoltes, notamment en Chine, qu’elle dut réprimer. Rien n’avait vraiment changé à ce niveau-là.

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2022 5 09 /09 /septembre /2022 11:38

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

 

Décembre 1883

 

Procès des anarchistes

L’arrivée d’un nouveau curé doyen est toujours un événement dans la ville. Il s’agit d’Hippolyte Prodhomme. Même si l’Eglise connait quelques difficultés dans cette troisième République, notamment en matière d’enseignement, elle reste très influente dans l’ouest de la France.

Les anarchistes qui remettent en cause le droit de propriété et qui s’opposent à la patrie, la famille, la religion, font peur. Même dans les petites villes comme celles de Gorron. Soixante six d’entre eux sont condamnés à Lyon à de lourdes peines de prison. Cela ne les empêche pas de manifester dans des grandes villes comme la Capitale elle-même.

De nombreuses nouvelles nous arrivent de nos colonies. Il semblerait que certains peuples exploités par notre République se révoltent et soient écrasés par la force. Ce comportement de nos gouvernants m’a toujours dérangée.

Partager cet article
Repost0
30 août 2022 2 30 /08 /août /2022 11:33

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

 

Décembre 1882

Une polémique gronde dans la ville. Le Duc d’Abrantès, élu conseiller général, qui aimerait bien devenir maire de Gorron, est très souvent absent au Conseil général. On se demande comment il pourrait gérer la ville. Notamment dans cette période où on envisage de nouvelles constructions. L’école communale de garçons, par exemple, qui sera finalement construite rue de Normandie.

Le suffrage universel (seulement masculin et c’est bien dommage) devient la règle jusque dans les conseils municipaux où le maire est élu par les conseillers municipaux eux-mêmes élus au suffrage universel.

L’enseignement primaire sera désormais obligatoire et gratuit. Certains trouvent cela démagogique. La morale religieuse sera supprimée. Des évolutions qui ne sont guère prisées par certains Gorronnais proches de l’Eglise.

Les loups ont toujours nourri les fantasmes d’attaques contre les humains. En réalité ces attaques sont rares. On a décidé cependant d’éradiquer ces animaux sur tout le territoire.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche