Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 11:25

Note de lecture

« Chavirer » (Lola Lafon)

 

Le thème du roman s’inscrit dans l’actualité : les agressions sexuelles sur enfants. L’histoire d’un réseau de prédateurs dont l’activité a duré de nombreuses années. L’intérêt du récit, c’est d’éviter le schéma classique : agresseurs diaboliques et victimes innocentes violentées. L’analyse de l’auteure est plus subtile. Elle démonte les mécanismes qui peuvent attirer les victimes et entraîner leur silence après les faits dans lequel la culpabilité est fortement présente.
Une série de chapitres très courts comme autant de pièces d’un puzzle. Quelque chose à voir avec l’impressionnisme qui déstructure le récit mais qui, habilement, amène le lecteur à reconstruire le tableau final. Du grand art, indubitablement.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2021 7 18 /04 /avril /2021 11:16

« Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs » (Mathias Enard)

Dans une première partie, le journal d’un thésard ethnologue exilé sur le terrain dans la campagne des Deux Sèvres. Humour, auto-dérision, personnages pittoresques… Un réel plaisir de lecture. Puis, un changement de narrateur et surtout un thème récurrent : la réincarnation qui rend le texte foisonnant (trop) et plutôt brouillon. Avec, ensuite, le fameux banquet dans un style rabelaisien (trop). Malgré un retour (à la fin) au journal, trop, c’est trop.

Mathias Enard est un virtuose, un écrivain époustouflant, mais il finit par dérouter son lecteur, envahi, bousculé, et, pour finir, fatigué par ce talent ici trop débridé. Tout du moins pour moi qui aime cet auteur.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 11:19

Note de lecture

« La laïcité, une exception menacée – regards croisés sur un principe républicain » (sous la direction de Jean-François Chalot)

 

Défendre ce principe à l’heure actuelle n’est pas évident. On est confronté à deux écueils opposés :

  • Les laïques de la dernière heure particulièrement virulents quand il s’agit de musulmans (de préférence arabes) et qu’on n’entendait pas beaucoup (ou dans l’autre sens) quand il était question de catholiques.
  • Les défenseurs sans réserve des islamistes radicaux sous prétexte qu’ils seraient systématiquement discriminés (ce qui est souvent le cas).

Un voie étroite bien décrite dans cet ouvrage. Au-delà des analyses historiques et juridiques (avec des notions comme celle de caractère propre des établissements privés confessionnels), une réflexion sur des cas concrets très intéressante. Par exemple, le port du voile par les mères accompagnant des sorties scolaires. La position de Jean-François Chalot illustre bien la nécessité d’une honnêteté intellectuelle en la matière. L’enseignant doit rester maître du choix des parents accompagnateurs. Dans ce cadre, il peut apprécier, parmi d’autres critères, le port du voile : à titre personnel, je pense qu’il doit pouvoir juger du caractère de ce port et écarter toute provocation ou prosélytisme, sans interdiction systématique. Par contre, dans une activité scolaire ouverte aux parents, les mères voilées doivent pouvoir y participer.

Un exemple parmi d’autres traités par les onze contributeurs à ces « regards croisés ».

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 11:47

Un retour en arrière ?

Le 20e siècle a vu, à Gorron, comme dans beaucoup de communes de l'ouest, une concurrence souvent tendue entre les associations confessionnelles et les associations laïques. Si cette concurrence est toujours présente au niveau des écoles confessionnelles et des écoles publiques, les associations sportives ou culturelles se sont regroupées sous l'égide des municipalités. Cela a demandé beaucoup de temps, beaucoup de prudence mais on pouvait penser que le problème était derrière nous.

On vient d'apprendre la création d'une nouvelle association : l'Association Gorronnaise des Animations Festives et culturelles (AGAFC). Même s'il n'est plus question de rivalité entre privé et public dans ce cas de figure, il est tout de lême surprenant que d'autres clivages resurgissent. Il semble s'agir là des suites de la dernière campagne électorale municipale. L'opposition, dans le Gorron Infos, considère qu'il s'agit d'une initiative du maire contre le Comité des Fêtes dont la présidence et la trésorerie font partie de l'opposition. La nouvelle association s'en défend en précisant qu'elle ne veut pas prendre la place des associations existantes. Il n'empêche que cela est plutôt déplorable.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 11:27

Un retour en arrière ?

Le 20e siècle a vu, à Gorron, comme dans beaucoup de communes de l’ouest, une concurrence souvent tendue entre les associations confessionnelles et les associations laïques. Si cette concurrence est toujours présente au niveau des écoles privées confessionnelles et des écoles publiques, les associations sportives ou culturelles se sont regroupées sous l’égide des municipalités. Cela a demandé beaucoup de temps, beaucoup de prudence mais on pouvait penser que le problème était derrière nous.

On vient d’apprendre la création d’une nouvelle association : l’Association Gorronnaise des Animations Festives et Culturelles (Agafc). Même s’il n’est plus question de rivalité entre privé et public dans ce cas de figure, il est tout de même surprenant que d’autres clivages resurgissent. Il semble s’agir là des suites de la dernière campagne pour les élections municipales. L’opposition, dans le Gorron Infos, considère qu’il s’agit d’une initiative du maire contre le Comité des Fêtes dont la Présidente et la Trésorière font partie de cette opposition.  La nouvelle association s’en défend en précisant qu’elle ne veut pas prendre la place des associations culturelles existantes. Il n’empêche que tout cela est plutôt déplorable.

Illustration : la Foire Fleurie.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 11:20

Gestion du cimetière. Concession perpétuelle.

Depuis 1996, il n’existe plus de concessions perpétuelles dans les cimetières. Pour celles qui ont été installées avant cette date, elles peuvent cependant être reprises quand la tombe est abandonnée. Cette notion d’abandon peut être discutée. S’il parait justifié de reprendre une concession quand le monument funéraire est dans un état de destruction avancé, ça l’est moins quand il n’y a aucune destruction.

On entre alors dans une dimension patrimoniale. Des tombes qui caractérisent des époques, ou qui se distinguent par leur originalité, comme on a pu le voir dans la rubrique « cimetière » du blog, devraient pouvoir être conservées même si elles paraissent abandonnées. De la même façon, lorsque les familles concernées ont joué un rôle particulier au cours de l’histoire de la commune.

Celles de la famille Bougrain Dubourg déjà évoquée sur le blog devraient en faire partie. Déjà, en 1946, un des deux tombeaux existant actuellement avait été supprimé. La famille avait réagi et rappelé la concession perpétuelle. En 1963, un descendant de la famille fit réparer et nettoyer les tombes. Aujourd’hui, il semble envisagé de reprendre cette concession.

Outre l’entourage métallique assez caractéristique de la tombe, le rôle de cette famille dans la vie économique de Gorron au 19e siècle pourrait justifier le maintien de cette concession. Marchands de fils puis fabricants de toiles, ils développèrent cette industrie grâce à des machines modernes importées d’Angleterre. Propriétaires de nombreux immeubles, ils contribuèrent, entre autres, à l’ouverture de Champ de Foire et vendirent l’immeuble où s’installa la gendarmerie rue Magenta (future rue Corbeau-Paris).

Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 11:26

Conseil municipal

Je m’interrogeais, il y a 15 jours sur la phrase du compte-rendu : appel d’offres d’entreprises pour la déconstruction de la flèche du clocher de l’église.

Un article de Ouest-France apporte des précisions (que j’aurais aimé voir dans le compte-rendu du Conseil avec, éventuellement, une discussion sur cette décision). La flèche va être déconstruite pour en accueillir une nouvelle (…) elle a besoin d’être remplacée tous les vingt à trente ans (…) le but n’est pas de reconstruire tout à l’identique mais de garder l’âme du lieu (…) d’ailleurs les idées des habitants sont les bienvenues (…) la paroisse n’est pas consultée (…) il s’agit d’un bâtiment communal.

Je n’ai pas d’avis précis sur ce sujet mais il me semble qu’une discussion au sein du Conseil aurait été nécessaire : précisions sur la partie appelée la flèche, quels changements prévus (matériau, forme), comment consulter les habitants… Cette flèche a-t-elle déjà été changée comme affirmé dans l’article ?

 

Cimetière

 

Les tombes sont considérées comme abandonnées et pourraient être relevées. Dans la rubrique « Point de vue » sur le blog, je reviendrai sur cette décision qui me semble pouvoir être discutée.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 11:42

Procès-verbal du  conseil municipal du 17 décembre 2020 

J’ai déjà évoqué la forme de ces procès-verbaux. Il est louable de donner le maximum d’informations aux gorronnais. Mais j’aimerais connaître le nombre de lecteurs de ces comptes-rendus tant ces informations peuvent être indigestes. Je plains les secrétaires de séances.

Un exemple : le chapitre « Chambre Régionale de Comptes ». La moitié du chapitre est consacrée à l’historique du rapport devant être présenté au conseil. On aurait aimé plutôt lire la justification des choix de la municipalité qui sont discutés par la chambre : respect des statuts de la Communauté de communes, maîtrise des dépenses, désendettement de la commune. Or, rien là-dessus.

Je félicite les Gorronnais qui veulent suivre la gestion de la commune, il y faut un peu de courage. Le risque étant de ne retenir que les passes d’armes entre le maire et son principal opposant. Il ne faudrait pas que l’inimitié personnelle l’emporte sur un saint débat contradictoire. Les termes de « clown », de « bras d’honneur » qu’on relève dans les articles de journaux paraissent bien dérisoires D’autant plus qu’on peut constater que les avis du Conseil sont tous pris à l’unanimité.

Une phrase dans le compte-rendu que j’aurais aimé voir développée : … appel d’offres d’entreprises pour la déconstruction de la flèche du clocher de l’église. Est-il question de réduire le clocher ? Si oui, cela mériterait une discussion contradictoire[1].

 

 

[1] Un article de journal (que nous verrons la semaine prochaine) apporte des précisions que j’aurais aimé voir dans le compte-rendu.

Partager cet article
Repost0
28 février 2021 7 28 /02 /février /2021 11:32

Note de lecture

« La maîtresse de la mort » (Boris Akpinine)

 

Un roman policier avec des meurtres, des enquêtes, des rebondissements… Et pourtant le livre dépasse le genre. Par le contexte particulier : Moscou en 1900 ; un société secrète étrange dont les membres semblent adorer la mort et aspirer au suicide ; des enquêtes croisées avec journaliste infiltré, espions de la police et enquêteurs traditionnels… Mais aussi par le style et la construction du récit. Une belle langue parfois poétique avec, aussi, des expressions familières. Une cohabitation d’articles de journal, de comptes-rendus d’enquête et de narration traditionnelle. Et tout cela avec une série de personnages finement analysés psychologiquement. Un réel talent et une lecture très agréable.

Partager cet article
Repost0
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 12:16

Note de lecture

« Histoires de la nuit » (Laurent Mauvignier)

 

Dès que vous entrez dans ce roman époustouflant, vous êtes pris par la longueur des phrases très fluides, l’angoisse qui ne vous quitte plus jusqu’à la fin. Quel style, quel talent… Dans chaque chapitre, un élément vous amène à vouloir plonger dans le suivant tout en sachant qu’on va alors changer de personnage principal et qu’il va falloir attendre pour retrouver celui qu’on vient de quitter.

Mais sur 654 pages, c’est trop. Cette habileté  dans la construction, c’est encore trop. Et alors, les personnages ballotés par les circonstances vous paraissent manquer de volonté, d’initiative. Un coup de téléphone, l’utilisation d’un fusil à portée de main… Tout cela vous paraît possible. C’est d’ailleurs ce qui se passe dans un dénouement qui vous laisse épuisé après le parcours chaotique que vous a imposé l’auteur.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche