Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2022 1 17 /10 /octobre /2022 10:29

Note de lecture

« Nêne » (Ernest Pérochon)

 

J’ai découvert Ernest Pérochon en cherchant des textes sur l’instituteur du début du 20e siècle. J’ai appris alors qu’il avait obtenu le prix Goncourt en 1920. J’ai donc acheté le livre. Je l’ai regretté pendant une bonne partie de la lecture. Un style daté. Des personnages caricaturaux. L‘héroïne, domestique chez un cultivateur veuf avec deux enfants. Toutes les qualités et un amour pour le petit garçon et la petite fille, prête à tout sacrifice. Une rivale, belle mais méchante, manipulatrice, qui va épouser le cultivateur.

Quand je pensais à ce qu’avait pu faire Zola avec « La terre », je trouvais « Nêne » insignifiant. Heureusement, la seconde partie, et surtout la fin, sauve un peu l’ensemble. Tout cela a mal vieilli. Pérochon était un auteur à succès à son époque. Je comprends pourquoi il a été oublié.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 12:43

Note de lecture

 

« Je suis une fille sans histoire » (Alice Zéniter)

C’est après une interview dans une émission historique, que je me suis intéressé à l’œuvre de cette autrice. Depuis, je lis l’ensemble de ses romans. Dans ce petit livre autobiographique, on comprend en partie d’où viennent ses talents d’écrivaine. Des études littéraires poussées qui expliquent la virtuosité et la densité de son écriture. La diversité de ses centres d’intérêt qui permet de produire des romans souvent très différents. Des idées politiques, au sens large du terme, avancées, féministes, anti racistes… Et, avec cela, beaucoup d’humour, d’auto-dérision. Un personnage attachant. Un talent indiscutable. Ce genre d’autrice qui donne envie de suivre  régulièrement ses productions.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 11:54

Note de lecture

« L’homme sans ombre » (Joyce Carol Oates)

 

Un sujet qui me convenait parfaitement. Une scientifique qui a consacré toute sa vie à ses recherches en neuro sciences et un sujet unique, lourdement amnésique depuis l’âge de 37 ans. De la psychologie expérimentale avec construction et passation de tests permettant de mieux comprendre les mécanismes mis en œuvre dans la mémoire.

Il fallait tout le talent de cet autrice pour captiver le lecteur et faire oublier quelques répétitions. Il faut dire qu’à côté de l’aspect scientifique (la spécificité de la mémoire déclarative) elle nous parle  du milieu de la recherche avec ses jalousies, ses mesquineries, ses abus…  Mais aussi et surtout de l’attachement amoureux de la scientifique pour son sujet d’étude. Ce sujet qui, à la suite d’une infection à l’âge adulte, a une mémoire immédiate qui ne dépasse pas 70 secondes alors que des souvenirs plus anciens viennent souvent le hanter. Impressionnant…

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2022 1 05 /09 /septembre /2022 17:28

Dans cette rubrique, je donne mon avis sur des lectures, sur des événements gorronnais (comme les décisions du conseil municipal, par exemple). Sans prétention, juste un avis personnel…

 

Note de lecture

« Comme un empire dans un empire » (Alice Zéniter)

 

Cela fait déjà quelque temps que je m’intéresse à cette écrivaine au talent indéniable. Le thème de ce roman me séduisait particulièrement : la rencontre entre un attaché parlementaire désabusé et d’une hackeuse perturbée. Mais j’ai été un peu déçu.

Le monde de la jeune femme m’est totalement étranger. J’ai eu du mal à suivre le côté technique de son univers. Celui du jeune homme me convenait mieux. Et j’aurais aimé qu’il occupât une place plus importante. De la même façon, j’espérais que le rencontre des deux personnages fût plus longuement traitée.

C’est sans doute cette frustration qui m’a rendu, par moments, la lecture du roman un peu difficile. Impressionné par la densité du texte, il m’est arrivé de fatiguer au long de la lecture.

Partager cet article
Repost0
31 août 2022 3 31 /08 /août /2022 11:01

Dans cette rubrique, je donne mon avis sur des lectures, sur des événements gorronnais (comme les décisions du conseil municipal, par exemple). Sans prétention, juste un avis personnel…

 

Note de lecture

« L’instituteur au début du XXe siècle » (Ernest Perrochon)

 

Auteur bien oublié qui a obtenu le prix Goncourt en 1920 pour son roman Nène. La lecture de cet ouvrage était motivée par mon propre projet d’écriture dans la série des romans historiques centrés sur Gorron.

Ancien instituteur au début du XXe siècle, l’auteur connait bien ce milieu enseignant qui occupait une grande place dans la société, notamment celle des campagne. Le statut de l’instituteur, malgré la modestie de sa situation financière, était reconnu et respecté. Et cela a duré jusque dans les années 1960, même si ce statut n’a cessé de se dégrader.

Le style de Perrochon peut paraître un peu désuet. Mais l’auteur est très habile à dresser différents portraits de ces instituteurs pas toujours à la hauteur des principes qu’ils inculquaient aux enfants. Notamment dans leurs rapports avec leur propre hiérarchie et les notables des villages…

Partager cet article
Repost0
21 août 2022 7 21 /08 /août /2022 11:04

Dans cette rubrique, je donne mon avis sur des lectures, sur des événements gorronnais (comme les décisions du conseil municipal, par exemple). Sans prétention, juste un avis personnel…

 

Note de lecture

« Du feu de Dieu » (Daniel Hébrard)

 

La vie d’un Cévenol de son enfance, avec trois générations, à sa retraite d’employé de de la SNCF. Tiraillé entre les racines plongeant dans le protestantisme rigoureux de ses aïeux, les Camisards persécutés, et l’émancipation bruyante de son père, il a développé une colère profonde contre la société, voire l’humanité entière.

Un discours radical mais une ambivalence qui l’empêche de vivre. Tout cela agité par des épisodes comme la guerre d’Algérie qui n’ont fait que renforcer son ressentiment contre la terre entière. Il ne s’en libérera qu’en détruisant le mas familial pour partir avec les bergers dans la montagnes.

Le style de l’écriture est rude, parfois grossier. Heurté, pouvant devenir fatiguant. On se laisse cependant porter par ce flot. Tout en ayant le sentiment qu’Hébrard en fait un peu trop et, trop ambitieux sans doute, maîtrise mal son sujet. Le dernier chapitre, cependant, montre tout son talent d’écrivain.

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 13:04

Dans cette rubrique, je donne mon avis sur des lectures, sur des événements gorronnais (comme les décisions du conseil municipal, par exemple). Sans prétention, juste un avis personnel…

 

Note de lecture

« Juste avant l’oubli » (Alice Zéniter)

 

Plusieurs thèmes se croisent dans ce roman à la construction virtuose. La fin d’une histoire d’amour qui remet une relation de sept ans en cause. Une réflexion sur la littérature et le milieu universitaire  qui gravite autour. Tout cela dans un récit très agréable à lire. Même si la nuit, la tristesse, la dépression sont toujours présentes. Tout ce qui peut permettre de réussir un beau roman.

Un ilot sur lequel un auteur renommé, peu agréable au demeurant, a décidé de vivre seul, vraisemblablement dépressif. Sa dépression a entraîné de nombreuses hypothèses plus ou moins délirantes. Son œuvre est le sujet d’études de nombreux intellectuels. Ceux-ci se réunissent régulièrement dans des colloques sur l’ilot.

Alice Zéniter a beaucoup de talent, c’est indéniable. Sa palette est large : romans, scénarios, pièce de théâtre… Comédienne aussi. C’est le genre d’auteur dont on a envie d’explorer toute l’œuvre.

Partager cet article
Repost0
2 août 2022 2 02 /08 /août /2022 15:56

Dans cette rubrique, je donne mon avis sur des lectures, sur des événements gorronnais (comme les décisions du conseil municipal, par exemple). Sans prétention, juste un réaction personnelle…

 

Note de lecture

« Rouge c’est la vie » (Thierry Jonquet)

 

Un excellent auteur de romans noirs et policiers. Cette fois, il raconte son histoire et celle de sa femme avant leur rencontre. Leurs années de militantisme, fin 1960, début 1970. Militants tous les deux. Lui chez les trotskistes, elle dans la jeunesse juive et son passage dans les kibboutz israéliens. On plonge dans l’utopie de cette époque, l’aspiration à la Révolution, au changement radical de la société capitaliste aux relents colonialistes. Il y a quelque chose de touchant dans cette naïveté, ce souci de la pureté. Surtout pour un lecteur comme moi qui était jeune à l’époque. On les accompagne aussi dans leurs désillusions, au moment où le réel impose ses contraintes. Sans oublier pour autant les trahisons de certains… Une bonne lecture même si les intermèdes dans l’immense machine de monsieur Hazard m’ont paru un peu artificiel.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2022 7 17 /07 /juillet /2022 09:39

« Guerre et Paix » (Léon Tolstoï)

Quand on aborde un roman fleuve d’une telle ampleur, on appréhende un peu. C’est comme pour Proust. Beaucoup disent l’avoir lu, voire l’avoir relu. Ce qui n’est pas toujours sûr. Personnellement, j’ai été surpris. A aucun moment je n’ai dû faire un effort pour me replonger dans cette histoire jusqu’à la fin des deux mille pages. Tout juste émettrai-je quelques réserves sur l’épilogue. Lorsque Tolstoï analyse le moteur de l’histoire. Cette analyse m’a paru laborieuse, répétitive. Et surtout en décalage avec la fluidité, l’aisance, le contrôle qui peuvent être déployés tout au long du roman. Ce qui permet de mieux comprendre la place de cet immense écrivain dans la littérature internationale.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2022 7 10 /07 /juillet /2022 09:31

« Libre comme une déesse grecque » (Laure de Chantal)

L’autrice revisite les mythologies grecques antiques à la lumière du féminisme. Les déesses, et plus généralement les figures féminines dans ces mythologies, sont loin d’être réduites à la beauté fragile, à la mère des dieux légèrement obsédés sexuels qui les forcent. De Gaïa « fille de personne, mère de tout » jusqu’à Aphrodite « déesse de l’amour et de la beauté », vingt-huit chapitres courts érudits et pleins d’humour.

Une lecture très agréable qui nous permet de découvrir « des créatives, des guerrières, des savantes, des battantes, celles qui disent oui, celles qui disent non, des reines ». Une diversité, une richesse, qui replacent l’homme à sa juste mesure, bien souvent médiocre malgré la force, l’héroïsme, la recherche effrénée de la puissance. Un ouvrage très utile et plaisant.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche