Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 12:06

 

« Manie et dépression » (Pr Marc-louis Bourgeois)

 

Un psychiatre clairement positionné du côté de la médecine classique, adepte des médicaments, avec une place accordée à la psychothérapie mais plutôt d’orientation cognitivo-comportementale que psychanalytique. La partie concernant l’historique de la maladie (de la psychose maniaco-dépressive au « spectre bi-polaire »), les malades célèbres et la description des troubles, est passionnante. Puis cela devient un peu répétitif et l’exposé sur les traitements médicamenteux un peu technique.

La démarche de l’auteur s’inscrit dans le schéma scientifique classique : recherche de la cause des troubles, recherche de remèdes efficaces agissant sur ces causes, avec comme postulat que la cause première est d’origine organique, physiologique, voire génétique. L’auteur n’ignore pas, pour autant, la dimension psychique (il est aussi docteur en psychologie) mais la considère comme secondaire.

Ce positionnement est acceptable à la condition de dépasser les dogmatismes. Les lieux de soins devraient réunir une équipe de soignants représentant des approches diverses, associés dans un seul objectif : trouver les solutions les plus efficaces pour réduire la souffrance des malades avec pour seuls critères les résultats objectifs des moyens utilisés.

Partager cet article
Repost0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 11:38

 

« Journal d’un vampire en pyjama » (Mathias Malzieu)

 

D’un sujet dramatique, cet auteur a su tirer un récit suffisamment léger et crédible pour séduire le lecteur. Atteint d’une aphasie médullaire sévère, il raconte l’épisode de la découverte de cette très grave maladie du sang à la greffe de moelle osseuse qui a permis de le sauver.

Chanteur, compositeur, poète, Mathias Malzieu aime jouer avec les mots. Parfois un peu trop à mon goût. La présence de « Dame Oclès », qui ne le quitte pas quand ça va mal, m’a paru un peu lourde. Par contre, sous couvert de légèreté, il peut aborder la compétence, le dévouement des soignants, la souffrance et la fidélité des très proches, la déception, parfois, en ce qui concerne ceux qu’il considérait comme des amis… Autant de mécanismes fréquents et douloureux dans l’entourage des malades.

Je ne connais pas le groupe Dyonisos, je doute que je puisse en devenir un fan, mais la personnalité de son chanteur, qui s’affirme aussi comme bon écrivain, m’a plutôt favorablement marqué. 

Partager cet article
Repost0
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 11:40

 

Maison de santé pluridisciplinaire :=

 

Nous avons parlé, à plusieurs reprises, des hésitations, des désaccords, du retard dans la prise de décision concernant l’implantation de la maison de santé à Gorron.

« Municipalité, communauté de communes et professionnels de santé ont enfin trouvé un accord pour l’emplacement de la future maison de santé pluridisciplinaire (MSP). Elle se situera à l’angle des rues Charles de Gaulle et Alain Gerbault sur le terrain d’évolution qui jouxte l’école élémentaire publique ».

Il semblerait que la destruction du local de l’Amicale Laïque ait été l’élément décisif pour mettre les différents partenaires d’accord. On peut se réjouir de voir, enfin, le projet se réaliser. L’emplacement de la salle servira à des places de parkings.

Le seul bémol dans cette affaire c’est que la décision ait été prise avant même la réunion prévue par l’Amicale Laïque pour en discuter. Cela n’aurait sans doute rien changé mais la précipitation pour annoncer la nouvelle de la part de la municipalité a été, pour le moins, regrettable.

PS : Pierre Rochcongar, dont nous avons parlé il y a 15 jours, est bien né à Gorron et a fréquenté l’école publique en maternelle et au CP. On a donc affaire à une mémoire sélective de ma part.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 12:13

 

Note de lecture

 

« Abraham et fils » (Martin Winckler)

 

Depuis « La maladie de Sachs », j’ai lu, avec plaisir, plusieurs livres de cet auteur. Médecin, ses histoires se situent, le plus souvent, dans le domaine médical. L’écriture varie mais le résultat a toujours été à la hauteur de mes espérances. Cette fois, j’ai été perturbé par la forme et par le fond du roman.

Tout d’abord, j’ai regretté que l’auteur cède à la mode actuelle des souvenirs d’enfance et de la relation au père. Ensuite, la construction elle-même m’a dérangé. Winckler nous avertit dans le préambule : « les histoires sont un peu en désordre ». Il aurait pu rajouter qu’il y avait plusieurs narrateurs. En soi, ce n’est pas un problème. A la condition qu’à la fin du livre le lecteur ait pu construire lui-même un ensemble cohérent. Pour cela, il aurait fallu un équilibre entre les divers narrateurs. Ce qui ne me paraît pas être le cas.

Je ne prendrai qu’un seul exemple : l’aventure des personnes cachées dans la maison (qui peut être, elle-même, la narratrice) déséquilibre l’ensemble.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 11:47

Point de vue

 

Mémoire et histoire

 

Dans le dernier Gorron infos, une nécrologie d’un Gorronnais dont on a donné le nom à la « salle verte » du complexe sportif, précise que ce Gorronnais est né à Gorron en septembre 1947. Il s’agit d’un professeur de médecine, médecin de l’équipe de France de football pendant un temps : Pierre Rochcongar.

Il se trouve que je suis allé à l’école avec Pierre. On nous voit sur la photo de classe ci-jointe (Pierre est à gauche). Les deux plus jeunes de la classe de Monsieur Lallart car nous avions fait le CE1 et le CE2 en une seule année. Dans ma mémoire, j’ai toujours pensé que Pierre était arrivé à l’école en CE1. Je n’en ai aucun souvenir au CP ni en maternelle. A moins qu’il n’ait fréquenté l’école privée avant, je ne vois pas la raison de cet oubli. Dans une nécrologie parue sur Internet, il est précisé que Pierre est né à Rennes (et non à Gorron). Ce qui expliquerait mes trous de mémoire.

Quoi qu’il en soit, le parcours de Pierre Rochcongar mérite bien la distinction qui lui est faite. Mais nous pouvons voir dans cette anecdote la difficulté d’avoir recours à la mémoire des gens quand on veut faire une étude historique. Ici, il y aurait tout intérêt à vérifier sur les registres d’état civil si Pierre est bien né à Gorron.

Point de vue...
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 15:18

 

La lettre du blog…

Le blog entame sa sixième année. Ouvert en novembre 2011, on comptabilisait 104 visites dans le mois. En novembre 2016, il y en avait 640. La progression régulière m’encourage à poursuivre les recherches sur l’histoire de Gorron. Je n’imaginais pas en 2011 qu’il pouvait y avoir autant de choses à trouver. En réalité, les sources sont inépuisables.

Les sujets traités peuvent revenir plusieurs fois (les illustrations aussi) mais, à chaque fois, une information supplémentaire ou un angle d’analyse différent permettent d’avancer. J’ai engagé, cette année, un travail sur les anciennes familles gorronnaises : celles qui ont résidé dans la ville le plus longtemps. Ce travail devrait permettre de revisiter des pistes déjà explorées en faisant vivre les membres de ces familles : résidence, profession, parcours de vie…

Dans le cadre de la rubrique contact, j’ai déjà pu recueillir des photos, des informations généalogiques complémentaires concernant certaines familles. Si vous possédez ce genre de photos anciennes, n’hésitez pas à me contacter, nous pourrons faire revivre ces Gorronnais disparus qui ont participé à l’histoire de la ville.

Cette année 2017, l’exposition traditionnelle qui est un des fruits du travail sur le blog traitera de la Révolution. En 2018, les premières familles retenues dans la recherche seront présentées avec un ensemble de cartes postales anciennes. Si vous connaissez l’existence de films et vidéos anciens (avant l’an 2000), contactez-moi. Cela nous permettra d’enrichir les projections qui accompagnent ces expositions.

Et, pour terminer, je vous rappelle les différentes publications (voir rubrique « mes publications ») qui sont toujours disponibles chez moi ou dans les points de vente locaux. Sans nostalgie, surtout pas dans l’esprit du « c’était mieux avant », il me paraît important de préserver une mémoire qui souvent s’en va avec les anciens disparus.

 

Meilleurs vœux pour l’année 2017

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 10:30

 

Les panneaux photovoltaïques à la grangeInvestir dans le développement durable

 

Les dotations venant de l’Etat en direction des collectivités locales sont à la baisse. Il leur faut donc faire des choix parfois difficiles. La ville de Gorron semble avoir choisi de limiter les dépenses en investissant dans le développement durable :

  • Installations de panneaux photovoltaïques (ferme de la grille, la Grange, le cinéma, l’espace culturel).
  • Création d’une chaufferie à bois déchiqueté pour le chauffage de la gendarmerie, du collège, l’école élémentaire publique, la piscine, le bureau de poste, la salle omnisports.
  • Réduction des consommations d’eau dans les bâtiments de la commune.
  • Réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires.
  • Réduction de la dépense pour l’éclairage (choix des lampes, extinctions la nuit…).

S’il m’arrive dans cette rubrique d’émettre quelques réserves sur certains choix faits par l’équipe municipale, je ne peux que me réjouir des mesures évoquées plus haut. Il aurait été intéressant d’avoir des précisions sur la rentabilité de la chaufferie à bois, sur la production électrique des panneaux photovoltaïques.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 16:01

 

Conseil municipal du 03/11/2016

 

Frais scolaires 2015 – participation des communes

« Les communes n’ayant pas d’école publique doivent participer aux frais de fonctionnement des écoles publiques de la commune dans lesquelles les enfants sont scolarisés. »

Le système paraît assez juste. Puisqu’il s’agit de frais de fonctionnement, le principe est-il aussi appliqué pour les écoles privées en ce qui concerne les élèves d’autres communes fréquentant les écoles privées de Gorron ?

Bilan parc des loisirs

« La plus forte augmentation porte sur le parcours en hauteur ». Il est question d’abattre des arbres (qui auraient des problèmes) et de les remplacer par des pylônes.

Aménager un parcours en hauteur dans le Taillis de la Mort, pourquoi pas ? Supprimer de vieux arbres pour que ce parcours soit plus fonctionnel, ça se discute. Mais envisager maintenant d’y implanter des pylônes, ça commence à faire beaucoup.

Gorron se présente comme une ville « ayant fait le choix d’une politique de développement durable », ce qui est une bonne initiative (nous en reparlerons la semaine prochaine) mais je continue à m’interroger sur la gestion des arbustes, arbres, espaces verts et la frénésie d’abattages divers. Lorsque j’ai parlé au maire des marronniers du boulevard Faverie, il n’a pas écarté la possibilité de les couper (une plaisanterie, j’espère).

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 16:54

 

Note de lecture

 

« Montaigne ou la conscience heureuse » (Marcel Conche)

 

La philosophie de Montaigne me séduit. Je m’y retrouve le plus souvent. C’est pourquoi j’ai tenté plusieurs fois de lire les « Essais ». J’ai toujours abandonné avant la fin. Les difficultés de déchiffrement gâchaient le plaisir de la lecture. J’ai essayé la « traduction » en français moderne. Mais, là encore, l’effort était trop important. J’envie ceux qui trouvent dans ces difficultés un plaisir supplémentaire.

On peut aussi goûter les idées de Montaigne quand elles sont présentées par des spécialistes. L’ouvrage de Marcel Conche comporte deux parties. La première centrée sur la sagesse de Montaigne dans une analyse fine et passionnante de l’auteur. La seconde, une série de textes de Montaigne illustrant le propos. Comme d’habitude, beaucoup de plaisir pour la première et de frustration pour la seconde.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 11:42

 

Note de lecture

 

« En attendant Bojangles » (Olivier Bourdeaut)

Prix Télérama/France Culture, succès de librairie. J’ai lu avec plaisir ce court roman. Le thème : une famille limite pathologique, une mère franchement bipolaire. Tout cela vu par l’enfant de la famille. De l’humour, une écriture agréable. L’auteur mérite bien son succès. Mais on peut cependant s’interroger sur les modes littéraires. Actuellement, les souvenirs familiaux sont à la mode. On ne compte plus les « personnalités médiatiques » qui révèlent des épisodes familiaux sortant de l’ordinaire. Cela va des autobiographies les plus plates (souvent écrites par des professionnels autres que l’auteur lui-même) à un véritable travail d’écrivain comme celui d’ Olivier Bourdeaut. On l’a comparé à Boris Vian. Difficile pour moi de juger, je n’ai jamais été attiré par cet écrivain. Quant à l’avenir de l’auteur de ce premier roman, l’engouement médiatique peut parfois se transformer en silence hostile. Tout aussi rapidement.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche