Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2021 7 21 /11 /novembre /2021 09:16

Note de lecture

« Histoire générale de la Chouannerie » (Anne Bernet)

 

Une somme de plus de 650 pages. Couvrant toute la Chouannerie, de la Conjuration bretonne de La Rouërie en 1791 à la tentative de la duchesse du Berry en 1932. L’auteure est critique littéraire et non historienne. Et cela se voit dès le début du livre. Elle prend outrageusement partie pour les chouans, qu’ils soient nobles ou paysans.

Il faut plutôt prendre l’ouvrage comme un roman bien documenté mais de valeur littéraire discutable. Les personnages sont très nombreux et on s’y perd. Beaucoup trop caricaturaux avec des Chouans courageux, généreux et des « Patauds » fourbes et cruels. Le travail de Claire Bernet, cependant, est considérable et il permet de se plonger dans cette contre révolution présentée sous un jour favorable dans un Ouest de la France très romantique.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2021 7 14 /11 /novembre /2021 11:26

Note de lecture

« Alex » (Pierre Lemaître)

 

Spécialiste de roman policier, l’auteur a obtenu un prix Goncourt pour un ouvrage plus classique. Ce qui confirme que le talent est bien là. Une maîtrise remarquable dans la construction du récit. Trois parties. La première avec un thème proche des films d’horreur et la présentation de trois policiers aux personnalités bien campées. La deuxième, une série de meurtres presque rituels. Le troisième, le dialogue d’un interrogatoire.

Comme souvent, au milieu de l’histoire, le narrateur semble tourner un peu en rond. Mais les rebondissements sont là pour, malgré tout, tenir le lecteur en haleine. Une bonne lecture, divertissante. Avec une réserve, toutefois. A trop vouloir creuser dans le sordide, parfois, on perd en crédibilité.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 11:20

Note de lecture

« Les Chouans » (Balzac)

 

J’ai eu envie de me replonger dans la chouannerie à partir d’un ouvrage historique dont je reparlerai. En parallèle, j’ai relu le roman de Balzac. Je ne permettrais pas d’émettre des réserves sur le génial romancier du 19e siècle. J’évoquerai plutôt mes propres faiblesses de lecteur. Mais j’ai retrouvé des moments de lassitude, voire d’irritation au cours de cette seconde lecture.

La description de la topographie de Fougères, par exemple. Connaissant un peu la ville, les longues descriptions de l’auteur m’ont plutôt embrouillé. A force de détails la représentation générale est difficile. La relation entre le chef chouan et Melle de Verneuil, avec ces revirements incessants, m’a paru bien artificielle. Certains épisodes de l’action, plutôt invraisemblables. Bilan global, une vraie déception.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 09:55

Note de lecture

« Tu aimes trop la littérature, elle te tuera – correspondance » (George Sand, Gustave Flaubert)

 

Le problème dans ce genre d’ouvrage, c’est la répétition qui peut finir par lasser le lecteur. Les manifestations d’amitié, d’admiration réciproque, les rendez-vous manqués, les regrets… A tel point qu’on peut se demander s’ils ont vraiment envie de se voir. La correspondance n’est pas un exercice littéraire mais la manifestation de liens très étroits. Mais on voit se dessiner, au fil des pages, la personnalité des deux écrivains. En désaccord sur à peu près tout, sauf, peut-être sur l’essentiel : l’amour de la littérature, l’érudition et la sensibilité de chacun.

Flaubert ne m’a pas paru le plus sympathique. Très élitiste, persuadé d’être au-dessus du commun (il fustige le suffrage universel), mais avec une lucidité et un pessimisme prononcés sur le genre humain. Sand, au contraire, qui, à la fin de sa vie, prône l’amour, la tolérance, la confiance en l’humanité, sans naïveté excessive. La « Bonne dame de Nohan » vivant au jour le jour en harmonie avec ses proches.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2021 7 24 /10 /octobre /2021 10:09

« Josée Meunier, 19, rue des Juifs » (Michèle Audin)

Un thème particulièrement séduisant : après la Commune de Paris, des clandestins sont recueillis dans un immeuble avec la complicité des locataires. Un d’entre eux part en exil avec la femme qui le cachait. C’est en Angleterre que se déroule la plus grande partie du roman construit à partir de souvenirs, de lettres… On y croise une galerie de personnages évoqués dans ces souvenirs. De la famille Marx  à quelques figures de Communards.
J’ai particulièrement apprécié de retrouver André Léo. Cette femme que j’ai découverte l’an dernier : journaliste, féministe, communarde… J’ai moins apprécié la construction du livre et le style de l’auteur. Une déstructuration voulue qui m’a paru bien artificielle.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 11:32

Note de lecture

« La semaine sanglante » (Michèle Audin)

 

Une litanie de nombres de morts ponctuée de remarques sur la fiabilité des évaluations ayant déjà été réalisées. L’auteure étant mathématicienne, je m’attendais à quelque chose de plus synthétique, de plus structuré. Tout est donné en vrac, . Quelques corps isolés et des centaines dans des fosses communes, le tout sur le même plan. Très souvent l’annonce de chiffres qui seront discutés plus loin dans le livre.

De la même façon, des sources qui ne sont pas hiérarchisées : de livres de mémoire aux archives des cimetières en passant par des articles de journaux… Tout cela pour conclure qu’on ne saura jamais combien de morts il y a réellement eu pendant la Semaine sanglante mais que l’auteure, elle, a une conviction : ils seront toujours plus nombreux qu’on a bien voulu le dire. Décevant.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 10:06

Note de lecture

 

« La débâcle » (Emile Zola)

 

Une amitié entre un caporal un peu frustre et un soldat plus instruit.  Fidèle à sa méthode, Zola réunit une documentation très importante sur la campagne militaire contre les Prussiens dans l’est de la France. On suit les deux hommes dans la débâcle des Français face à une armée autrement mieux organisée et mieux équipée. Le réalisme en termes de lieux, de mouvements de troupes, est souvent trop détaillé et peut fatiguer le lecteur.

Heureusement, certaines scènes allègent le récit. Par exemple la déchéance de Napoléon III, tant physique que morale. On retrouve les deux héros, à la fin du roman, dans la Commune de Paris, chacun dans son camp. J’ai regretté le peu de pages accordées à cet événement. Ainsi que le jugement de l’auteur, plutôt sévère contre les responsables Communards médiocres et les combattants avinés. Même si la violence des soldats de ligne n’est pas pour autant escamotée.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 08:57

Note de lecture

« Dormance » (Jean-Loup Trassard)

 

Un ouvrage remarquable d’un auteur mayennais original. Très lié à la terre, à un territoire, il montre une bonne érudition en matière de botanique, de préhistoire, de linguistique… Sans compter de réelles qualité littéraires qui donnent à ce roman une puissance et une profondeur indéniables.

L’auteur est le narrateur du récit. Il mobilise ses propres souvenirs d’homme de la terre, du côté de la rivière Ernée et, en même temps, fait vivre deux familles de Sapiens au néolithique, sur les mêmes lieux, créant un hameau et s’initiant à la culture de graines transmises par leurs aïeux. L’auteur, comme cela arrive souvent, est dépassé par ses personnages qui semblent lui transmettre des souvenirs préhistoriques. On est plongé dans ce passé très lointain.

Belle démarche. Une seule critique cependant. Le style, très travaillé, voulant sans doute se rapprocher de l’émergence des langues, met de côté les articles, les pronoms. Ce qui, parfois, paraît un peu artificiel et peut fatiguer le lecteur.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 09:56

Note de lecture

« Sapiens – une brève histoire de l’humanité » (Yval Noah Harari)

 

Un projet très ambitieux mené à bien. Un travail de vulgarisation dans lequel l’auteur a su se mettre à la bonne distance du lecteur tout en restant sérieux. Bien sûr, les spécialistes des nombreux domaines explorés peuvent être critiques. Mais, globalement, ce pavé de 500 pages a le mérite d’exister. Il ressort de l’analyse de l’auteur que Sapiens, une des branches  des hominidés, les plus intelligents, mais aussi les plus agressifs, ont colonisé toute la planète. Pour cela, ils n’ont pas hésité à anéantir, à détruire, tout ce qui allait à l’encontre de leurs intérêts.

Ils ont aussi réussi l’exploit de  s’agresser entre eux dans des conflits, des guerres, incessants. Malgré tous les progrès, toutes les inventions ayant pour but d’améliorer la vie (pour certains), leur avenir pourrait être bien sombre. Les maîtres du monde risquent de détruire ce monde dont ils dépendent.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 08:46

Note de lecture

« L’art du roman » (Milan Kundera)

 

Lors d’une Grande Librairie, François Busnel a conseillé à tout écrivain de lire ce livre avant d’écrire un roman. Si tous les écrivains suivaient ce conseil, il y aurait beaucoup moins de nouveautés à chaque rentrée littéraire. Pour Kundera, la plupart des contemporains sont dans l’imitation et non dans la véritable création, celle qui fait avancer la littérature. En dehors de Cervantès, Flaubert, Kafka, Proust, Joyce et quelques autres (lui aussi, bien sûr), il ne voit pas l’intérêt de ces auteurs.

L’Art du roman est un recueil d’écrits, de conférences. Il y a, de ce fait, quelques répétitions. Certains passages m’ont parfois paru obscurs. Notamment ceux qui se réfèrent à la musique. Plutôt que de le lire en continu, il vaut mieux picorer. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche