Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 12:05
Archives de Jean-Jacques Garnier…

La correspondance

Le traitement des lettres

La lecture des lettres, dans l’ordre chronologique de leur écriture, va nous permettre de voir comment Jean-Jacques Garnier à vécu la période tourmentée de la Révolution. Elles s’échelonnent, en effet, du 26 mai 1792 au 7 octobre 1804. Les événement marquants de cette période seront rappelés et mis en correspondance avec ce que l’abbé peut en dire.

Cette lecture va nous permettre aussi de mieux connaître la famille Garnier, en particulier les destinataires des lettres, ainsi que les liens qui unissaient les membres de cette famille.

Les réflexions générales de Jean-Jacques Garnier seront enfin utilisées pour affiner le portrait de ce Gorronnais exceptionnel.

On peut remarquer la qualité de la langue de Jean-Jacques Garnier. Mises à part quelques caractéristiques dues à l’époque qui ont été rectifiées (pas de majuscules, rares expressions anciennes et Gorron écrit avec un seul r…), le contenu des lettres est étonnamment moderne. L’utilisation du calendrier républicain (adopté par la Convention le 5 octobre 1793, il a été aboli le 1er janvier 1806), est parfois hésitante. La première date donnée est celle utilisée par Jean-Jacques Garnier. La seconde est la traduction d’un calendrier à l’autre. Nous verrons ainsi comment l’abbé réagit à cette nouveauté.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 11:59
Gorron en cartes postales…
Gorron en cartes postales…

163 – Gorron (Mayenne) – le haut du Pont-Hercé. Phot. Chantepie, Gorron.

La photo a été prise du côté ville. La maison « A. Moreau grains – engrais » que nous avons vue la semaine dernière n’est pas encore construite. Nous voyons bien, par contre, les petites maisons, à droite, en contrebas (qui se situent au niveau de la rivière), auxquelles on accède grâce à une passerelle, existant toujours aujourd’hui.

Sur les murs de l’hôtel de Bretagne, on distingue des affiches publicitaires : l’apéritif Dubonnet (qui apparaît dès la fin du 19e siècle), le chocolat Menier (entreprise très ancienne : la plus grande chocolaterie du monde en 1889).

La seconde carte postale semble avoir été prise sensiblement à la même époque. L’angle de prise de vue est le même.

30. Gorron – la Route et le Pont d’Hercé. J. Sorel, éditeur.

Gorron en cartes postales…
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 11:56
Un siècle d’histoire gorronnaise…

La Butte Saint-Laurent

Recensement de 1846

Les professions recensées « Butte Saint-Laurent » sont plutôt modestes : maçon (2), fileuses (9), journalier, tisserand, ouvrier maréchal, charron, ouvriers (sans précisions - 3), charpentier.

A cette date, l’hospice qui a été fondée en 1822, administrée par une commission administrative en 1824, fonctionne dans les locaux vus la semaine dernière. Les sœurs de la Chapelle au Riboul (communauté Notre-Dame d’Evron) assurent les soins et l’enseignement des filles.

Supérieure de l’hospice (Augustine Vincent), sœurs (2), postulantes (2), domestique (1), élèves (7), malades (3 – dont un homme de 96 ans).

Nous suivrons l’évolution de l’établissement au cours du 19e siècle.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 11:54
Vers l’an 2 000…

Evolution de l’activité économique

Grandes surfaces

Deux grandes surfaces sont ouvertes pendant cette période. Tout d’abord Supra VB (route d’Ambrières) qui deviendra Unico puis Super U. Et, en 1990, Inter Marché, route de Fougères. Avant ces ouvertures, des magasins d’alimentation en gérance, faisant partie de chaînes comme « Les Comptoirs Modernes, l’Economique… », existaient déjà dans la ville. Une supérette (Banco) s’était installée aussi, dans les années 1970, rue Jean-Jacques Garniers.

D’autres entreprises connaîtront des fortunes diverses : Les Isolants Français, Inox du bocage (liquidation judiciaire en février 1995), Interlots (ouvert en 1996, fermé en 1997), Swit’ Sports (dans les années 1990)…

Partager cet article
Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 12:10
Archives de Jean-Jacques Garnier…

La correspondance

Neveu

Guillaume Garnier, né le 03 février 1770 à Colombiers du Plessis de Guillaume Garnier et de Françoise Tréhet. Marié le 23 février 1802 à Barbe Reine Quentin de Hercé. Docteur en médecine. Décédé le 21 mars 1843 au hameau de la Grange à Gorron. Il a succédé à sa tante dans la maison de famille de Jean-Jacques Garnier. Après une carrière dans la médecine militaire en tant que chirurgien, il s’installe d’abord à Colombiers puis ensuite à Gorron. Il sera maire de la ville de 1811 à 1821. Son père, Guillaume Garnier, est décédé le 08 mars 1786. A cette date, il était vraisemblablement déjà veuf. René-François et Marie-Magdeleine ont signé l’acte de décès.

Partager cet article
Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 12:07
Gorron en cartes postales…
Gorron en cartes postales…

Hôtel de Bretagne, Le Guillochet, édit-phot. Gorron

Compte tenu de l’éditeur de la photo, on peut penser que celle-ci a été prise dans les années 1910. Nous voyons d’ailleurs une carriole près de la remise à gauche de la photo.

Nous retrouvons bien la structure du bâtiment sur la photo actuelle : le rez-de-chaussée a été transformé (un restaurant a été ouvert dans la partie droite, la remise a été transformée, l’appentis à gauche aussi) ; par contre, l’étage a subi peu de transformations (nous retrouvons, notamment les quatre fenêtres du corps principal de l’immeuble).

L’hôtel est alors tenu par Eugène Belloir et Marie Buin. Ils sont présents dès le recensement de 1906.

Gorron en cartes postales…
Partager cet article
Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 12:03
Un siècle d’histoire gorronnaise…

La Butte Saint-Laurent

L’Hospice (suite).

Si nous ne savons pas avec certitude comment César Ledauphin-Blinière a acquis les différentes parcelles de la Renardière qu’il a léguées à l’hospice, on peut penser qu’elles faisaient partie de la succession de Françoise du Bailleul, dernière châtelaine de Gorron, morte en 1811. Laquelle succession a été dévolue à ses cousins (de Montecler et de la Galissonnière). En effet, César Ledauphin-Blinière a acheté à ces cousins le château du Bailleul en 1817.

La famille du Bailleul avait, d’une manière certaine, des propriétés dans le secteur de la Renardière. On a déjà fait état, dans les articles sur le Ponceau, d’une maison occupée par Pierre Lhuissier, marchand, en 1715, fief de la famille du Bailleul. Jusqu’à plus amples informations, nous pouvons penser que l’immeuble actuel nommé le logis de la Renardière, pouvait faire partie de la succession des du Bailleul et avoir été acheté par César Ledauphin-Blinière.

Partager cet article
Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 12:00
Vers l’an 2 000…

Evolution de l’activité économique

TMG / TME (Technique Montage Electronique)

Crée à Gorron en 1974, TMG est menacée de fermeture dans les années 1980. Elle est remplacée par TME qui ne cesse de se développer par la suite. L’activité, exclusivement en sous-traitance, concerne deux secteurs : électronique (cablage électrique militaire et professionnel) et électromécanique (montage d’armoires électroniques pour l’automobile et l’aéronautique). En 1989, il y a 34 salariés.

En 1993, la société TME construit un atelier relais pour un bâtiment de stockage. En 1998 TME envisage d’occuper provisoirement le local Favrot.

En 1999, l’entreprise qui emploie une cinquantaine de salariés a prévu de s’agrandir. Elle est répartie alors sur trois sites : ZA route d’Ambrières, anciens ateliers municipaux et atelier relais en contrat de location vente, de 3 500 m2 sur un terrain de 15 000 m2, route de Fougères.

Partager cet article
Repost0
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 18:36
Archives de Jean-Jacques Garnier…

La correspondance

Sœur

Il s’agit de la sœur aînée de Jean-Jacques Garnier, Marie-Magdeleine, citée, elle aussi, dans la généalogie succincte. Elle est née le 29 décembre 1724. Elle s’est mariée le 18 janvier 1753 à Eloy Prodhomme, veuf, originaire de Colombiers du Plessis. Veuve, elle est revenue vivre à Gorron. Elle y est décédée le 14 nivôse an VIII (04 janvier 1800), au village de la Grange. C’est donc elle qui habitait la maison de famille de Jean-Jacques Garnier. Elle avait recueilli les enfants de son frère, Guillaume (deux garçons, deux filles) dont René François, le curé, était le tuteur (nommé en 1786).

Partager cet article
Repost0
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 18:32
Gorron en cartes postales…
Gorron en cartes postales…

Gorron (Mayenne) – Hôtel de Bretagne et Pont d’Hercé. J ( ?) Soral, édit. Rennes.

Deux cartes postales identiques dont les photos ont été prises avant 1925 (l’une d’elle est oblitérée à cette date). On peut constater que l’électricité est présente sur la « maison Gaggione ».

La maison mitoyenne dont nous a parlé Claude, qui était habitée par Alice Moreau, la cousine du maire Eugène Moreau, n’est pas encore construite.

Nous nous rapprochons de l’hôtel de Bretagne dont nous reparlerons la semaine prochaine. Ce qui nous permettra de voir le pont d’Hercé à partir d’un autre angle de vue.

Gorron en cartes postales…
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche