Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 09:35

 

Année 1744

 

Juillet / Décembre

Juillet : mariages : 2 ; décès : 1 ; naissances : 2.

Août : décès : 1 (- d’un an) ; mariage : 1 ; décès : 2 ; naissance : 4.

Septembre : mariage : 1 ; naissance : 3 ; décès (- d’un an) : 1.

Octobre : naissances : 4 ; décès (- d’un mois) : 2 ; décès : 1 ; mariage : 1.

Novembre : naissances : 4 ; décès : 1 ; décès (- d’un an) : 1 ; décès : 1.

Décembre : décès : 4 ; décès (- d’un an) : 1 ; naissances : 5.

 

Familles retenues

Naissance : Rénée Rousseau (parents : Joseph Rousseau, hoste, et Jeanne Le Court). 14/07/1744.

Mariage : Jean Rogue et Perrine Manceau (file de Jean Manceau et de Renée Le Ray). 20/07/1744.

Décès : Louise Douillet (parents : René Douillet, laboureur, et Renée Frohl). 08/08/1744.

Naissance : Marie Courteille (parents : Joseph Courteille et ?). 05/10/1744.

Naissance : Pierre Ernault (parents : Guillaume Ernault et Marguerite Péan). 22/10/1744.

Naissance : Pierre Heuveline (parents : Pierre Heuveline, armurier, et Marie Pourquiel). 18/11/1744.

Décès : Perrine Courteille, veuve de Jean Le Court. 14/12/1744.

Naissance : François Gautier (parents : François Gautier, laboureur et Jeanne Liger). 19/12/1744.

 

Métiers

Hoste (hôtelier) ; potier d’étain ; marchand de draps ; meunier ; menuisier ;

Maître René Fleury, contrôleur, époux de Jeanne Galesne, la Renardière.

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 11:58
Gorron en cartes postales…

 

Datation : avant 1923.

 

159. GORRON (Mayenne) – Place des Halles et l’Eglise.

Le timbre Pasteur 10 c vert a été mis en service en 1923. La photo est donc antérieure à cette date. L’éditeur est Chantepie. On distingue bien la fontaine Wallace avec son socle circulaire, son accès tracé dans le terre-plein prolongeant le trottoir droit du Boulevard Faverie. La taille des marronniers, l’aménagement des trottoirs du boulevard semblent bien correspondre à cette époque. L’aménagement des trottoirs et la plantation des arbres ont eu lieu au début du 20e siècle.

A noter ce qui semble être un tas de bois sur le terre-plein ainsi que la pompe difficilement visible sans agrandissement, contre le mur de la maison du docteur Bouessée, en bas de l’actuelle rue du Bignon.

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 11:55

 

Rue de Bretagne

 

Famille Cerisier

Conclusions

La famille Cerisier, rue de Bretagne, est originaire de Carelles, pour le père (François cerisier) et de Lévaré pour la mère (Jeanne Rondeau). Elle habite rue de Bretagne pendant au moins 40 ans depuis vraisemblablement le début des années 1840. Elle exerce le métier d’aubergistes, cabaretiers au moins jusqu’en 1886. Des nombreux enfants de cette famille on ne retrouve qu’Auguste Cerisier, mécanicien, pensionnaire à l’hôtel Belloir sur le recensement de 1891 rue de Bretagne. Puis cette lignée quitte la rue de Bretagne.

Une autre lignée de Cerisier arrive, rue de Bretagne : Augustine Cerisier mariée à Vital Gandais (corroyeur à la tannerie). Elle habitera la rue pendant au moins 10 ans. Augustine st veuve en 1906.

Augustine est originaire de Gorron (24 octobre 1875). Ses parents, François Cerisier et Honorine Foucher, se sont mariés le 30 décembre 1872 à Gorron. Ses grands-parents sont François Cerisier et Jeanne Rondeau.

Donc, malgré l’interruption de la présence de la famille Cerisier, rue de Bretagne, il s’agit de la même lignée : François Cerisier/Jeanne Rondeau ; François Cerisier/Honorine Foucher ; Augustine Cerisier/Vital Gandais, présente en 1846 et en 1911.

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 11:51

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

Famille Milard

 

Rappel : en 1936, cinq fils Milard de Vital Milard et Marie Charles habitent Gorron. Dans le recensement de 1962, nous essaierons de retrouver les descendants de ces cinq fils.

 

Suzanne Milard, fille d’Eugène, mariée à Louis Bizeul, menuisier ébéniste, rue du Maine.

Eugène Milard, fils de François Milard et de Vitaline Lepoureau, vraisemblablement le père de Suzanne, marié à Maria Gourdet, Place du Champ de foire.

 

Conclusion

 

La famille Milard que nous avons suivie est arrivée à Gorron dans les années 1780. Nous retrouvons une descendante directe de cette lignée jusque dans les années 2010. Soit une présence de plus de 220 ans dans la ville. Nous notons les métiers de laboureur, fileuse, charpentier, marchande de mercerie, tambour de ville, journalière, menuisier, cordonnier… dans cette lignée. Les lieux d’habitation à partir du 19e siècle : rue des Sarrazins, rue Magenta, rue du Coq, rue du Pré, rue Jean-Jacques Garnier, rue du Maine, Place du Champ-de-Foire…

La lignée la plus longue : Jean Milard/Marie Leboulanger ; François Milard/Anne Rouillard ; François Milard/Florence Meslin ; François Milard/Vitaline Lepoureau ; Eugène Milard/Maria Gourdet ; Suzanne Milard/Louis Bizeul.

Illustration : l'arrière de la maison de Louis Milard, rue des Sarrazins avec le sous-sol où se trouvait l'atelier.

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 11:49

 

Saint-Aubin-Fosse-Louvain

 

Economie en 1900

Agriculture.

Céréales (par ordre d’importance) : méteil, sarrazin, avoine, orge, froment, seigle.

Autres cultures : prés naturels, pommes de terre, prairies artificielles, fourrages annuels, carottes fourragères, Betteraves fourragères.

Plantes textiles : chanvre, lin.

Culture fruitière : poires, pommes à cidre, châtaignes.

Elevage : bovins, chevaux, porcs, ovins.

Et, comme dans chaque commune : apiculture.

Industries.

Carrières (de diorite), ateliers de sabotiers, métiers à tisser.

Nous verrons, la semaine prochaine, les différents métiers présents sur les listes de recensement de 1846 et de 1906.

 

Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 11:44

 

Année 1744

 

Janvier/juin

Janvier : naissances : 3 ; Décès : 5 ; mariages : 2 ; décès (- d’un an) : 1.

Février : mariages : 8 ; décès : 3 ; naissance : 4 ; décès (- d’un an) : 2.

Mars : décès : 2 ; naissances : 13 ; décès : 1 ; décès (- d’un an) : 1.

Avril : décès (- d’un an) : 3 ; décès : 3 ; naissances : 4 : mariages : 2.

Mai : naissances : 3 ; décès : 2 ; décès (- d’un an) : 1.

Juin : mariage : 1 ; naissances : 3 ; décès (- d’un an) : 3 ; décès : 3.

Familles retenues

Naissance : Jean Auger (Oger) (parents : André Auger et Louise Courteille). 13/01/1744.

Décès : François Lecourt (15 mois). 16/01/1744.

Mariage : Jeanne Lambert (parents : Pierre Lambert et Jeanne Rimbaut) et René Bertrais. 18/01/1744.

Décès : Renée Briman, épouse Jean Godeau, La Pommerais. 05/02/1744.

Mariage : Charles Ernaul (fils de Louis Ernault et de Françoise Lhuissier) et Françoise Briman (fille de Jean Briman et de Claude Heuveline). 10/02/1744.

Mariage : Pierre Gallienne (fils de Pierre Gallienne et Marie Seigneur) et Marguerite Durand (fille de Pierre Durand et Marguerite Gerault). 10/02/1744.

Naissance : Marie Le Court (parents : Jean le Court et Jeanne Thurcas, laboureurs). 14/02/1744. Décédée le 27/02/1744

Mariage : Pierre Douillet (fils de François Douillet et d’Anna Nolière) et Louise Le Monnier (fille de Jean Le Monnier et de Louise Le Métayer). 27/04/1744.

Décès : Jeanne Le Court (fille de Jean Le Court et Jeanne Thurcas ?). 26/05/1744.

Décès : Marie Meslin (fille de Guillaume Meslin et de Marie Richard). 24/06/1744.

Métiers

Cordonnier ; tailleur d’habits ; marchand de draps ; meunier ; charpentier ; brouettier.

Jean-Baptiste Despierre : notaire ; Jean Boullard : huissier royal ; René Ménagé : garçon chirurgien.

 

Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 12:24
Gorron en cartes postales…

 

Datation

 

Rue Corbeau-Paris (rue Magenta)

 

250. – GORRON. – Rue du Champ-de-Foire

Le cachet de la poste indique 1911. Elle est signée Le Guillochet. Cette photo a donc bien été prise dans les années 1900. On ne voit pas d’automobile. Le crottin au milieu de la chaussée confirme la présence de voitures hippomobiles.

On peut repérer trois commerces : Rossignol-Thuault, Rossignol Café Epicerie (les deux maisons à l’angle de la rue de Normandie), Tabac (de l’autre côté de la rue Magenta). Sur le recensement de 1911, ils peuvent correspondre à :

  • Paul Rossignol (quincailler), son épouse Berthe Thuault et leur fils, Roland.
  • Eugène Trians (buraliste), son épouse Léontine (débitante) et leur fille Ernestine.
  • Aimable Rossignol (sans profession), son épouse Maria Castel et leur fille Maria (épicière).
Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 12:22

 

Rue de Bretagne

 

Famille Cerisier

En 1906, Augustine Cerisier recensée rue de Bretagne ne semble pas avoir de lien de parenté avec la famille Cerisier/Rondeau que nous avons suivie la semaine dernière. Elle est veuve de Vital Gandais, journalière chez Belloir, et vit avec ses enfants : Vital (né en 1896), Marie (née en 1899) et Marcel (né en 1903).

En 1901, Augustine Cerisier est recensée avec son époux Vital Gandais (domestique à la tannerie Gendron) avec leurs enfants : Vital et Marie

En 1896, le couple n’habite pas encore la rue de Bretagne. Ils se sont mariés le 10/11/1894 à Gorron. Les parents d’Augustine sont : François Cerisier, corroyeur, et Honorine Foucher.

On retrouve Augustine Cerisier/Gandais, rue de Bretagne jusqu’en 1911 où elle est recensée avec Marie (Maria) et Marcel. Mais, en 1921, il n’y a plus ni Cerisier ni Gandais, rue de Bretagne.

Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 12:19

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

Famille Milard

 

Recensement de 1936 : on retrouve les enfants Milard.

 

Vital Milard (menuisier), son épouse Marie, rue du Pré.

 

Eugène Milard (cimentier, employé Gaggione), Maria/Marie (femme de ménage), son épouse, et leur fille Suzanne (culottière/filotière), rue Corbeau-Paris (anciennement rue Magenta).

 

Louis Milard (patron menuisier), Germaine, son épouse et leurs enfants : Roger (menuisier, employé Milard), Sylvain, Simone, Lucien, Geneviève, Henriette, Marie-Louise, rue des Sarrazins.

 

Constant Milard (journalier), Marie-Louise, son épouse, la Brimandière.

 

Clément, (fils de Vital et Marie, cordonnier), son épouse Madeleine et leur fille Hélène (née en 1929), rue Jean-Jacques Garnier.

 

Illustration : emplacement de la maison Louis Milard, rue des Sarrazins.

Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 12:17

 

Saint-Aubin-Fosse-Louvain

 

Evolution de la population

166 feux en 1696 (750 habitants environ). 140 feux en 1732 (650 habitants environ). 1 168 habitants en 1803. 989 habitants en 1831. 805 habitants en 1903.

La population baisse légèrement dans la première partie du 18e siècle. Elle amorce ensuite une remontée jusqu’à la moitié du 19e siècle pour diminuer ensuite jusqu’au début du 20e siècle. Ce dernier mouvement classique que l’on retrouve dans toutes les communes du canton.

Enseignement

Un enseignement mixte était autrefois donné par des religieuses.

Le premier enseignement pour les garçons était donné au hameau de la grande Beltière. Une école a été ensuite construite par la commune dans le bourg en 1869 avec des enseignants laïques.

L’enseignement pour les filles a été dispensé par des religieuses (religieuses d’Evron pour les filles depuis 1822) jusqu’en 1888 dans un local racheté par la commune en 1887.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche