Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:44

 

Vieuvy

 

Il n’y a pas de vestige préhistorique sur le territoire de la commune.

Dans les archives écrites, il est fait était du lieu en 834. En 840, Saint-Aldric y fonda un établissement agricole.

On peut noter la présence d’un vieux chemin (voie romaine ?) qui devient un chemin montais (montois – vers le Mont Saint-Michel) signalé au 12e siècle.

Vieuvy aurait été une agglomération beaucoup plus importante détruite en grande partie au cours de la guerre de cent ans (14e / 15e siècles). On retrouverait dans l’église actuelle certains éléments ayant appartenu à l’ancienne église.

Le premier curé notifié dans le dictionnaire de l’Abbé Angot est Elardin de la Coupelle en 1560.

Parmi les premiers seigneurs possédant les terres de la paroisse, on peut noter Louis de la Vairie, seigneur de la Serrerie et Antoine des Vaux, seigneur de Vaudemusson en 1598. La famille des Vaux, bien connue dans le futur canton, est citée à plusieurs époques. Il est fait aussi état d’un Jacques de Vieuvy en 1243.

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:42

1743

Juillet/décembre

Juillet : naissances : 2 ; décès : 1 ; mariage : 1.

Août : naissances : 7 ; décès (- d’un an) : 1 ; décès : 8.

Septembre : décès (- d’un an) : 2 ; décès : 3.

Octobre : naissance : 1 ; décès : 2.

Novembre : naissances : 11 ; mariages : 2 ; décès : 2 : décès (- d’un an) : 1.

Décembre : naissances : 3 ; décès : 4 ; naissances : 2 : décès (- d’un an) : 1

 

Métiers

Jean-François Fleury, notaire royal, époux de Jeanne Galesne.

Julienne Derenne : sage-femme.

Tixier (tisserand ?), maréchal, meunier, tailleur.

 

Familles retenues

Décès : Julien Boittin, laboureur. 04/08/1743.

Décès : Jeanne Quentin (parents : Julien Quentin et Marie Leray). 15/08/1743

Décès : Marie Ruault (parents : François Ruault, meunier, et Ambroise Oger). 26/08/1743.

Décès : Renée Ruault (parents : idem). 19/09/1743.

Naissance : Marie Anna Le Court (parents : François Le Court, marchand de draps et Perrine Colenge (Coulange ?). 29/11/1743.

Décès : Anne Garnier (parents : Guillaume Garnier, sieur de Grappé et  Marie Magdelene Galesne). 14/12/1743.

Décès : François Ernault, laboureur à la Pommeray. 20/12/1743.

Naissance : René Ernault (parents : François Ernault et Jeanne Gérault). 23/12/1743.

Repost 0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 09:40
Gorron en cartes postales…

Gorron en cartes postales…

Datation

1911

La datation de cette carte postale est d’autant plus facile et exacte que deux éléments nous la permettent : la légende elle-même de la photo : 4 juin 1911 et le cachet de la poste : 11 septembre 1911. Dans les éphémérides de J. Lecomte et de G. Lemercier il n’est pas question de cette fête.

121 – GORRON (Mayenne) – Souvenir de la Fête du Dimanche 4 juin 1911.       Chantepie, relieur-éditeur à Gorron

Elle semble pourtant importante avec des chars pour l’un décoré de feuillage, pour l’autre transportant des fûts de vin (de cidre ?). Il y avait sans doute une cavalcade (on distingue un cheval en bas à gauche) et une partie de la population est déguisée : on peut reconnaître un toréador, des arlequins…

Une autre carte postale confirme l’importance de la fête. Elle représente la place de la Mairie avec des gymnases qui font une pyramide au premier plan et les chevaux de la cavalcade au second plan.

120 – GORRON (Mayenne) – Souvenir de la Fête du Dimanche 4 juin 1911.       Chantepie, relieur-éditeur à Gorron

 

Gorron en cartes postales…
Repost 0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 09:34

 

Rue de Bretagne

 

Famille Liger

1866

François Liger, cultivateur et sa sœur, Françoise Liger, rue de Bretagne.

Vital Liger, charron, son épouse Désirée Léon et leurs enfants : Vital et Eugène.

François Péan, marchand de bestiaux, son épouse, Marie Liger et leur petite-fille Louise Péan.

1872

Vital Liger, charron, son épouse Adélaïde (Désirée ?) Léon et leurs enfants Vital et Victor (Eugène ?).

Apparemment, les deux autres lignées ne résident plus rue de Bretagne.

1876

Vital Liger, carrossier, son épouse Désirée (Adélaïde ?) Léon et leurs enfants Vital et Victor (Eugène ?). Rue de Bretagne.

1881 / 1886

Joséphine (Désirée, Adélaïde ?), veuve Liger (carrossier) et son fils Victor (Eugène ?). Rue de Bretagne.

1891

Victor Liger (Eugène ?), carrossier et son épouse Eugénie Simon. Rue de Bretagne.

1896

Victor (Eugène ?), carrossier, son épouse Eugénie Simon et leur fils Eugène. Rue de Bretagne

A suivre, la famille au 20eme siècle.

Repost 0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 09:30

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

 

Famille Béchet/Quentin (Quentin).

 

En partant de Victoire Béchet, nous sommes remontés jusqu’à François Quentin (Quantin) et Jeanne Fontaine qui se sont mariés à Gorron le 15/07/1728.

 

François Quentin (Quantin) est le fils de René Quentin et de Guillemine Hossand. Ainsi s’arrête, pour l’instant,  la lignée Quentin/Béchet à Gorron.

 

Famille Bichet
 

Rappel : partant du mariage de François Chantepie et de Théotiste Fauvel, nous avons retenu la mère de Théotiste, Joséphine Bichet, fille de René Bichet et Jeanne Daligaut.

 

René Bichet (garçon filassier), né à Gorron le 07/01/1785, et Jeanne Daligault, originaire de Mantilly, se sont mariés le 16/05/1820 à Gorron.

 

René Bichet est le fils de René Bichet et de René Fourré. Ici s’arrête, pour l’instant, la recherche sur la famille Bichet à Gorron

 

Repost 0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 09:27

 

Saint-Aubin-Fosse-Louvain

 

Conclusions

 

L’implantation d’un regroupement de population dans ce lieu semble moins ancienne que celle d’une majorité des villages du canton. Il n’y a pas de vestige préhistorique.

L’apparition du nom du lieu correspond à celle des autres villages dans les documents généralement cités dans les sources consultées. Il est fait état, classiquement, d’un château et d’une église au 15e siècle.

Mise à part les familles d’Avaugour et de Craon, le propriétaire de l’essentiel des terres est l’abbaye de Savigny.

L’évolution de la population est classique : progression globalement régulière jusqu’à la moitié du 19e siècle puis baisse significative.

La présence d’un enseignement semble dater du début du 19e siècle avec la répartition classique : religieuses pour les filles et instituteurs laïcs pour les garçons.

La vie économique, essentiellement agricole, n’évolue pas significativement au cours du 19e siècle, mise à part la disparition classique des fileuses à domicile.

 

Repost 0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 09:24

 

1743

Janvier/juin

Janvier : décès (- d’un an) : 2 ; décès : 4 ; naissances : 4 ; mariages : 3.

Février : décès (- d’un an) : 2 ; naissances : 7 ; décès : 3 ; mariages : 5.

Mars : décès : 4 ; décès (- d’un an : 1).

Avril : naissances : 7 ; décès : 5 ; décès (- d’un an) : 2.

Mai : décès : 3 ; décès (- d’un an) : 4 ; naissances : 4.

Juin : décès : 2 ; décès (- d’un mois) : 2 ; naissance : 3

 

Familles retenues

Naissance : Pierre Courteille (parents : Joseph Courteille et Jeanne Ducoin). 15/01/1743. Décédé le 23/01/1743.

Mariage : Mathurin Le Monnier, tailleur d’habits, et Julienne Manceau (fille de Jean Manceau et Julienne Landelle). 09/02/1743.

Naissance : Marie Mellin (fille de Guillaume Mellin et de Marie Richard). 17/02/1743.

Mariage : André Auger (fils de Jean Auger et Ambroise Le Saulnier) et Louise Courteille (fille de François Courteille et Louise Dodard). 21/02/1743.

Naissance : François Rousseau (parents : Joseph Rousseau, hoste, et Jeanne Le Court). 03/05/1743

 

Métiers

Menuisier ; meunier ; potier d’étain ; tailleur

Louis François Gobard licencié ès lois

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 09:49

Rue de Bretagne

 

Famille Liger

Patronyme présent en 1846. Le Pont d’Hercé.

François Liger (45 ans), laboureur, et sa sœur, Françoise (48 ans). On les retrouve en 1856, rue de Bretagne.

En 1861 :

François Liger, laboureur, et sa sœur Françoise.

Marie Liger (55 ans), épicière, épouse de François Péan (59 ans), marchand de veaux et leur fille, Laurentine (29 ans).

Vital Liger (32 ans), charron, Adélaïde Léon (26 ans) et leurs enfants, Vital (3 ans) et Victor (2 ans).

Des liens familiaux possibles entre ces trois familles ?

Marie Liger et François Péan se sont mariés le 04/05/1829 à Gorron. Marie est la fille de René Liger, décédé le 29/12/1809 et de Perrine Quentin, décédée le 31/12/1828.

Vital Liger et Adélaïde Léon se sont mariés le 11/08/1756 à Gorron. Vital est le fils de Michel Liger et de et de Marie Girard originaires de Fougerolles.

Apparemment, pas de liens directs.

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 09:42

 

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

 

Familles Béchet et Bichet

 

Nous sommes partis du mariage de François Chantepie et de Théotiste Fauvel, tous les deux nés à Gorron.

La mère de François Chantepie est Victoire Béchet, elle-même fille de René Béchet et Marie Quentin.

La mère de Théotiste Fauvel est Joséphine Bichet, elle-même fille de René Bichet et Jeanne Daligault.

 

Nous suivrons, dans un premier temps la famille Béchet/Quentin.

 

René Béchet est originaire de Brecé, par contre Marie Quantin (Quentin) est originaire de Gorron. Ils se sont mariés le 02/10/1800 à Gorron. Marie Quantin (Quentin) est la fille de François Quantin et de Marie Langlois (Langlais).

François Quentin (Quantin), cordonnier, et Marie Langlais (Langlois) se sont mariés à Gorron le 05/03/1764. François est le fils de François Quentin (Quantin) et de Jeanne Fontaine. Marie est la fille de François Langlais (Langlois), tisserand, et de Marie Boulay.

 

François Quentin (Quantin) et Jeanne Fontaine se sont mariés à Gorron le 15/07/1728.

François Langlais (Langlois) et Marie Boulay se sont mariés à Gorron le 01/05/1736

Repost 0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 09:39

 

Saint-Aubin-Fosse-Louvain

 

Métiers en 1846

Curé : 1 ; sacristain : 1 ; propriétaires : 38 ; maréchal : 1 ; ouvriers : 7 ; débitant de tabac : 1 ; institutrice : 1 : domestiques : 28 ; menuisiers : 2 ; fileuses : 34 ; journaliers : 37 ; meuniers : 2 ; blanchisseuses : 1 ; sabotiers : 11 ; couturières : 5 ; charpentiers : 2 ; charron : 1 ; tricoteuses : 2 ; tailleurs de pierre : 7 ; tisserands : 2 ; tourneur : 1.

Métiers en 1906

Instituteurs publics : 3 ; sabotiers : 2 ; domestiques : 9 ; marchand de biens : 1 ; charrons : 10 ; sacristain : 1 ; curé : 1 ; couturières : 4 ; maréchal : 1 ; modiste : 1 ; couturières : 7 ; journaliers : 20 ; débitante : 1 ; charpentiers : 4 ; propriétaires : 9 ; cantonnier : 1 ; bûcherons : 4 ; meuniers : 2 ; tisserands : 3 ; épicière : 1 ; menuisiers : 2 ; tailleur de pierre : 1.

Evolution 

Classiquement, les fileuses ont disparu.  La qualification de journalier a baissé.  Les sabotiers et les tailleurs de pierre ont presque disparu. Il n’y a plus de maréchal mais les charrons sont beaucoup plus nombreux.

En ce qui concerne les propriétaires, nous retrouvons la même difficulté dans l’évaluation (La caractéristique « agricoles » peut n’être pas précisée), même chose pour les domestiques.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche