Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 11:59
Echanges…

Théâtre

A la suite de notre article « Point de vue » du 5 janvier 2020, sur le théâtre de la salle d’honneur de la mairie, nous avions évoqué les représentations théâtrales  de l’Amicale Laïque. Un des metteurs en scène, Alain, a précisé que la photo illustrant l’article ne correspondait pas à la pièce les Dix petits nègres. Pièce dont -il était le metteur en scène. Cela nous permet d’apporter les informations suivantes qui sont paru dans le livret « Amicale Laïque Gorronnaise – Cent ans d’histoire ».

En 1966 :

« Le bon père malgré lui » (pièce en un acte de J. Variot) avec : D. Drouet ; A. Launay ; J-M Guaggia ; Ch. Manceau : A. Manceau ; A. Bohuon ; F. Fourmond

« La comédie du masque » (pièce en un acte de J ; Variot) avec : G. Trois ; A. Bohuon ; D. Drouet ; A. Manceau ; Y. Bohuon ; A. Launay ; J-J Ithurriague ; A. Guerrier ; P. Pottier.

En 1968 :

« Une demande en mariage » (Tchekov) ; « Vieille rancune » (Bernanos) ; « La peur des coups » (Courteline) avec : Mmes : Manceau, Mousseau et Seigneur ; Mrs : Chapeau, Manceau  et Poisson.

Et plus tard : « Georges et Margaret » et « Franches lippées » avec :  P. Bodin ; M. Mousseau ; Ch. Manceau ; M. Guaggia, M. Delsart ; R. Huvé et M. Tondeux.

 

Nous avons gardé pour la fin la pièce : « Les dix petits nègres » jouée en 1967, mise en scène par Alain Bohuon, dont on peut voir les acteurs sur la photo ci-dessus et l’affiche appelant au spectacle ci-dessous.

 

De gauche à droite : A. Munard , Ch. Manceau, M.C. Leray, D. Poisson, A. Bohuon, R. Huvé, M. Mousseau, P. Bodin, M Morisset, A. Bohuon.

 

Echanges…
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 11:56

Ouest-Eclair – 1942

19 août 1942

 

Kermesse au profit de la colonie de vacances

Les jeunes filles de la colonie de vacances organisent une kermesse qui se tiendra sur le terrain du patronage.

La colonie de vacances fixe à Saint Pair sur Mer a été créée en 1955 par la Jeanne d’Arc. Il s’agit vraisemblablement ici de séjour en bord de mer dont les lieux pouvaient varier chaque année.

La terrain du patronage devait se situer derrière l’église près de la salle Saint Thérèse (partie de l’annexe de la salle Jeanne d’Arc actuelle).

Si vous avez des informations sur ces hypothèses, n’hésitez pas à nous les envoyer.

 

Adjudication des boues et ordures

Elle aura lieu à la mairie le mercredi 26 août prochain à 11h 1/2.

Les ordures quotidiennes (boues) ramassées par les employés de la ville étaient entreposées sur le champ de foire puis vendues comme engrais (voir l’article sur le blog du 15 juin 2013).

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 10:52

Ouest-Eclair – 1942

Le docteur Delécluse. Le 18 avril 1942, on apprend qu’il reprend complètement ses visites et ses consultations. Le 25 avril 1942, qu’il assure les vaccinations anti varioliques sur tout le canton. Et le 17 mai qu’il va se fiancer avec  Melle Hélène Dufresnes, elle-même docteur en médecine. 

 

Marché noir, trafic en tout genre, caractérise la vie difficile sous l’occupation : Razzia d’œufs. Une famille parisienne de passage à Gorron achète 800 œufs envoyés en colis pour un soi-disant ravitaillement familial…

 

Le 20 mai 1942, M. le maire (M. Dollé) et M. Fouqué (adjoint) assurent la direction des pompiers, avec la gendarmerie, pour circonscrire un feu de cheminée. La population a été alertée au son du clairon.

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2019 7 29 /12 /décembre /2019 11:58

Ouest-Eclair – 1941

 

11 décembre 1941 : Au palmarès de la bienfaisance.

Une vente de bons de solidarité par les jeunes gens de nos sociétés sportives a permis de récolter 10 000 francs pour les pauvres de notre commune. Un industriel aurait fait un don de 5 000 francs. La charité était encore à l’œuvre en cette période de guerre.

 

Ouest-Eclair - 1942

13 avril 1942

Un encart qui rappelle la guerre : Dans la Mayenne, camouflez vos lumières cette nuit de 21 h 19 à 6 h  47. Pourquoi ces précisions ?

16 avril 1942

Les noces sacerdotales du M. le chanoine Herpin, curé archiprêtre de  la basilique Notre-Dame de Mayenne. Il s’agit du 50ème anniversaire de la prêtrise de cet homme d’église issue de la famille Herpin de Gorron dont nous avons souvent parlé dans le blog (voir article sur le chanoine le 07 septembre 2014).

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 10:38

Ouest-Eclair – 1941

Le comice agricole (suite)

 

Le journal publie une illustration qui nous permet de connaître monsieur Bouillon du Pré. L’article qui l’accompagne donne des informations sur la création du Comice :

Il est fondé le 22 octobre 1851. Le premier bureau est composé de la manière suivante :

  • Président : M. Tripier de Laubrière (maire de SaintMars-sur-Colmont).
  • Viceprésident : M. Le Dauphin-Blinière (maire de Gorron).
  • Secrétaire trésorier : M. Testard Maurice (maire de SaintAubin-Fosse-Louvain).

Nous apprenons aussi que le secrétaire actuel du comice, M. Chemin, a occupé ce poste pendant 55 ans (depuis le 22 juin 1887). Il a, en 1841, 83 ans, étant né le 12 février 1858. Il s’agit de Pierre Chemin, fils de Pierre Chemin et d’Agathe Garnier, laboureurs à la ferme du Bignon dont nous avons déjà parlé sur le blog.

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 11:50

Ouest-Eclair – 1941

Toujours des faits divers…

Une hécatombe de lapins : 77 lapins ont été étranglés au village de l’Englechère à Colombiers du Plessis (…) On présume que c’est un chien qui a étranglé les lapins…

Un vol de 100 kg de pommes de terre a été commis à l’hospice de Gorron. (14 août 1941).

Et le souci des prisonniers

Le comité d’entraide aux prisonniers de guerre (présidé par le maire (Lucien Dollé) et le curé (l’abbé Chaudet) est très actif. Grâce à des quêtes, des séances récréatives etc., des conserves, des cigarettes, des lainages, des douceurs… sont envoyés aux prisonniers. (13 mai 1941).

Le comice agricole

Interrompu en 1938, le comice reprend le dimanche 21 septembre 1941. Une innovation due à la guerre : création d’une récompense spéciale accordée à toutes les femmes qui assurent seules le dur travail de la terre en l’absence de leur mari. (13 août 1941)

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 12:22

Ouest-Eclair – 1941

 

24 janvier 1941

La vie était difficile pendant la guerre : « Les deux lapins disparus pesaient chacun 5 livres ». Un larcin évalué à 100 francs.

 

06 mai 1941

En pleine Seconde Guerre mondiale, un ouvrier en chaussures, débitant de boisson place de la Mairie, conteste le titre d’ancien combattant de la Première Guerre mondiale d’un menuisier, rue des Sarrazins. Ils en viennent aux mains…

 

8 avril 1941

« Arrêt des autobus : La Compagnie des Chemins de Fer Départementaux informe le public que l’arrêt des autobus à Gorron est fixé à l’hôtel du Pigeon Blanc. »

On apprend que, parallèlement à la ligne de chemin de fer de Mayenne à Landivy (qui sera fermée en 1947), un service d’autocars était organisé par la Compagnie des Chemins de Fer. L’hôtel du Pigeon Blanc se situe rue de Bretagne.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 11:54

Suite et fin du récit d’Alain aux prises au péché mortel

L'abbé Boué

Monsieur l’abbé, lui dis-je la voix chevrotante et le regard détaillant la pointe de mes pieds, il faut que je me confesse maintenant. Mais, voyons Alain, tu t’es confessé hier et tu as communié ce matin, tu pourras revenir à confesse samedi prochain si tu veux…Il me disait cela d’une voix calme et douce, un brin amusée peut-être. Il faudrait avoir commis un péché mortel pour être dans l’obligation de se confesser de façon aussi urgente or tu n’as sûrement pas commis de péché mortel, ajoutait-il dans l’ignorance de ce qui m’amenait vers lui de façon si impérieuse. Mais c’est, monsieur l’abbé, que je pense vraiment être en état de péché mortel, lui avouais-je du bout des lèvres en relevant, vers lui, des yeux emplis de terreur et de remords. En une seconde je vis l’abbé pâlir. Il me dit de le suivre à l’intérieur de l’église et j’emboîtais immédiatement son pas pressé. Il me fit asseoir auprès de lui sur le premier banc venu. Je le sentais grave, anxieux, à la hauteur de l’horrible révélation que je devais lui faire. Sans prendre la seconde du temps qu’il lui fallait pour observer le rituel de la confession, l’abbé me demanda de lui dire ce qui s’était passé de si grave durant ces dernières heures. Monsieur l’abbé, ce matin vous m’avez donné la communion à midi moins dix…Le souffle commençait à me manquer pour lui dire la suite et, fermant les yeux comme pour se préparer à entendre la plus ignoble chose, l’abbé Boué me rappela le Dieu infiniment bon pour lequel à tout péché il y a miséricorde. C’est ainsi qu’encouragé par l’espérance de la Rédemption, je faisais l’aveu solennel du crime dont je m’étais rendu coupable ce matin. Eh bien voilà, monsieur l’abbé, en sortant de l’église je me suis soudain rappelé que…on se doute que cela était bien difficile à dire…que j’avais mangé un croissant moins d’une heure avant de communier…Voilà, j’avais avoué mais serais-je, ne serait-ce qu’à moitié, pardonné ? Je n’eus pas longtemps à entendre la sentence. Mon bon abbé Boué poussa alors un immense soupir de soulagement. Ce n’est que ça ? me demanda-t-il, et en plus tu ne l’as pas fait exprès ? Alors, tu peux aller en paix, c’est juste une petite faute vénielle pour laquelle tu réciteras trois Notre-Père et trois Je vous salue Marie. Peut-être plus pour me faire pardonner de l’avoir mis en retard à la prière de l’angélus que pour avoir englouti un croissant sans avoir regardé ma montre…

 

Trois ans plus tard, au mois de juin 1960 dans la chapelle du lycée de Laval, lors de la première messe célébrée après la Communion Solennelle, je me suis abstenu d’aller prendre l’Ostie car je pensais bien avoir avalé un croissant moins d’une heure auparavant. J’en ai éprouvé bien du regret car ce jour-là, alors que je ne l’avais plus revu depuis son office à la paroisse de Gorron, la communion était distribuée par l’abbé Boué, récemment nommé aumônier diocésain et cela aurait été mon ultime rencontre avec lui. Comme beaucoup de gorronnais de mon âge, et quelques-uns plus anciens, je n’ai jamais oublié ce prêtre généreux et enjoué qui a autant animé son catéchisme du jeudi matin que nos courses folles, pendant les heures de patronage au Taillis de la Mort ou les séances de diapos bandes dessinées les après-midi où il pleuvait.

 

Le Père Louis Boué est décédé le 15 septembre 2017, à l’âge de 89 ans. Peut-être que là où il est maintenant on vient encore lui confesser, bien tardivement, avoir parfois mangé un croissant ou une brioche moins d’une heure avant de recevoir la Communion…

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 11:22

Suite du récit d’Alain aux prises au péché mortel

« Je restais ainsi, une partie de l’après-midi, allongé sur mon lit tandis que dehors le soleil continuait de rayonner et que j’aurais bien pu prendre ma canne à pêche pour attraper une friture de gardons au pont de la Tiercelinais. Mais, voilà, c’était impossible, mon âme était bien trop torturée pour que je la laisse vagabonder en paix le long de la rivière. Sitôt que je fermais les yeux, il me fallait les rouvrir pour chasser les affres qui s’apprêtaient à m’engloutir au fond des enfers…- L’œil était dans la tombe et regardait Alain – Puis, il me vint une lueur d’espoir. Ce n’était qu’auprès de lui que je trouverai le recours qui pouvait me sauver, je devais tout de suite aller trouver l’abbé Boué. D’ailleurs, c’est lui qui m’avait donné la communion ce matin, il était le mieux placé pour m’entendre et intercéder auprès du Bon Dieu pour que j’échappe à la damnation éternelle. L’abbé Boué a toujours une solution pour tout et il est toujours de bonne humeur,  cela rend l’existence moins compliquée quand on passe du temps avec lui. Bien sûr, il ne fallait tout de même pas avoir oublié d’apprendre ses leçons pour le catéchisme du jeudi matin, mais il était quand même moins sévère que Monsieur ou Madame Lallart si on n’avait pas appris la récitation qui était inscrite sur le cahier du jour.

 

Enfin, on approchait de l’Angelus du soir et je savais que l’abbé sortirait du presbytère pour se rendre à l’église et y prier une fois encore, comme il avait l’habitude de le faire au moins trois fois par jour. Je m’étais bien mis en tête de l’intercepter à ce moment-là dans l’espoir d’y trouver le Salut qui ne pouvait venir que de lui. Tentant vainement de tromper mon impatience et mon angoisse, je remontais de la maison, vers le haut du boulevard, sous les marronniers encore bien nombreux à cette époque. Mais, les hannetons qui virevoltaient d’une feuille à l’autre ne m’amusaient pas ce soir-là. C’est tout juste si je donnais encore quelques coups de pieds aux marrons rabougris qui étaient tombés durant l’hiver, et je crois même que l’étais encore plus qu’eux tant je me sentais comme un supplicié à l’heure de son trépas. Dans sa soutane noire et bien repassée, son bréviaire tenu à deux mains et ramené sur la poitrine, l’abbé Boué sortait de la cour du presbytère à l’instant même où j’arrivais au niveau de l’église. Je me précipitais vers lui, avant qu’il ne franchisse la petite porte sur le côté de l’édifice. Il fut bien surpris de me trouver là, mais voyant tout de suite l’air d‘épouvante que je trainais depuis des heures, il n'allait certes pas s’en aller dans un de ses rires retentissant de cascades aiguës qui entrainaient les nôtres quand on l’attrapait, au jeu de vie, dans les après-midi de patronage au Taillis de la Mort. »

 

A suivre…

 

Illustration : le jeu de vie au Taillis de la Mort.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2019 7 17 /11 /novembre /2019 11:47

Ce récit, plein d’humour, d’un Gorronnais, fait revivre le temps de l’enfance de ceux qui ont dépassé (déjà) les soixante-dix ans…

Un péché mortel

 

Mon Dieu ! qu’il faisait beau ce dimanche un peu avant midi ! c’est tout juste si une brise, légère et caressante, faisait frissonner le feuillage des marronniers le long du boulevard Faverie entre la rue Brochard-Brault et l’église. Les cloches sonnaient la fin de la messe, le timbre en était léger et gai, ses notes s’en allaient par-dessus le presbytère, les unes vers la Colmont, d’autres du côté de la Brimandière, il en était encore qui couraient vers la Butte Saint-Laurent. Je me sentais empli de grâce et de sérénité, je peux même dire qu’à cet instant je devais être « aux anges »… Cette fois, c’était pour toujours ; je ne mentirai plus, je ne dirai plus de gros mots, je n’obligerai plus mon frère à m’enlever mes chaussettes le soir, je ne volerai plus de pièces dans le porte-monnaie de maman pour m’acheter des carambars, je n’aurai même plus envie de tuer celui qui m’avait chipé des bons points à l’école. Et puis, il ne me sera pas difficile de tenir mes promesses, je peux même affirmer qu’il me sera bien doux de le faire maintenant que j’avais Jésus en moi. C’est tout-à-l ’heure qu’Il est venu m’habiter. Je l’ai reçu les yeux fermés, les mains jointes sous ma bouche entrouverte, quand le prêtre l’a déposé sur ma langue avide de l’accueillir…Corpus Christi…amen.

 Avant de rentrer à la maison, que j’ai maintenant tout en face de moi, il me faut passer à la boulangerie Betton, je ne dois pas oublier les deux baguettes que maman a fait mettre de côté, pour que je les prenne toute chaudes encore, tandis qu’elle surveille la fin de cuisson du rosbif dominical. J’ai une fâcheuse tendance à l’étourderie mais, aujourd’hui que je suis devenu un exemple de perfection, il ne me sera fait aucun reproche de la moindre petite erreur de conduite. Je lève encore un instant les yeux au-dessus de moi, droit vers la mairie dont les aiguilles de l’horloge disent qu’il est exactement 11 heures 57…11 heures 57 ? ...11 heures 57 ?!...Mais, alors ? Oh ! non ! ce n’est pas possible ! c’est affreux ! que vais-je devenir ? que faire ? oui, je sais , aller chercher le pain, mais après ? Je me suis mis à trembler sur mes jambes qui n’avaient pas encore beaucoup bronzé cette année-là malgré les culottes courtes. Il ne fallait surtout pas que j’aggrave mon cas en me détournant de la boulangerie. J’étais de retour à la maison, les deux baguettes sous les bras que j’avais croisés dans une muette prière. Je ne dis rien et pour une fois, pendant le repas, je ne me répandais pas en bavardage à tel point que l’on me crût malade. Je devais prétexter d’un imaginaire mal de tête pour m’enfermer dans ma chambre après le dessert que j’avais à peine touché et ce n’était pas seulement parce que j’avais juré de ne plus être gourmand.

A suivre…

Illustration : la boulangerie (point rouge).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche