Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 12:09

 

Famille Goussin

 

En 1921, Le magasin de nouveautés est tenu par Gaston Lesault, marchand de tissu. Il est recensé avec son épouse Germaine et leur fils Pierre.

Nous ne retrouvons pas la famille d’Eugène Goussin sur les listes de recensement (erreur possible dans la transcription).

Par contre, en 1936, Eugène Goussin (commercçant), alors maire de la ville, habite rue du Bignon, avec son épouse, Denise Lefranc (seconde épouse, donc, vraisemblablement).

« Notre grand-mère Madeleine Goussin, fille d'Eugène, était très attachée à Gorron et nous a maintes fois fait le récit des activités familiales et de son enfance et adolescence à Gorron. Décédée en 2006 à 103 ans, elle ne manquait jamais l'occasion de nous montrer sur Gorron les lieux de son enfance, rue de Bretagne, la Brimandière ou plus tard rue du Bignon où son père Eugène fit construire une maison au n°44 »

 

Les informations fournies par la famille nous ont permis de retrouver Denise Goussin et sa belle-fille Jeanne, recensées à la Brimandière en 1921. Alors que Denise est bien recensée comme épouse, Eugène Goussin n’apparaît pas à la Brimandière mais il est ajouté en bas de liste, sans référence de lieu : Eugène Goussin, industriel.      

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 12:05
Le blog a été contacté…

Le Suisse

 

« Le Suisse était un employé d’église chargé d’ouvrir les processions et de faire régner l’ordre dans les assemblées. Ce personnage a pratiquement disparu. Il était vêtu d’un costume très particulier, avec bicorne et armement ! Il pouvait être simple, grande tenue, ou enterrements... » (Site :  Commission Diocésaine d’Art Sacré).

A Gorron, c’est Vital Barbé, scieur de bois qui assurait cette fonction. Nous le voyons sur la photo ci-jointe. Il est recensé, rue de la Mairie comme scieur de bois avec sa femme Angèle Barbé, débitante, et leur fils Roger. Vital et Angèle sont originaires de Brecé. Roger est né à Saint-Siméon. La famille Barbé s’est donc installée à Gorron fin des années 20, début des années 30. Leur habitation se situait dans la ruelle située derrière la mairie que l’on peut voir sur la carte postale ancienne entre les deux cafés : à l’époque Penloup et Perroin.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 16:15

 

Famille Goussin

 

Rappel : des informations fournies par des descendants de la famille Goussin nous permettent de suivre cette famille lors de son passage à Gorron.

« Concernant le magasin de nouveautés, il semble qu'en 1911, il était connu son le nom de Maison Aubreyrie Chardin, nous avons retrouvé cette mention dans des papiers familiaux. »

 

Le magasin en question est celui qui est présent sur la carte postale de la rue de Bretagne. En 1906, on enregistre la présence de Marie Goussin, commerçante marchande de tissus ainsi que de Marie Fleury, sa mère, rue de Bretagne. Une employée de commerce (Pauline Goussin), une domestique (Marie-Louise Rousset), une apprentie (Marie Chemin) sont aussi recensées dans l’immeuble. Dans la même rue, sont aussi recensés le fils, Eugène Goussin, marchand tailleur ainsi que Blanche Bel son épouse et leurs enfants : Madeleine (née 1903) et Jeanne (née en 1904). 

En ce qui concerne le patronyme Aubreyrie, nous ne le retrouvons pas, ni en 1906, ni en 1911, sur les listes de recensement. Peut-être s’agit-il des propriétaires de l’immeuble dans lequel sera créé le magasin de nouveautés.

En 1911, Eugène Goussin est recensé comme marchand tailleur avec ses filles, Madeleine, Jeanne et sa belle-mère Augustine Bel. Il a deux employés de commerce ainsi qu’un employé tailleur. A noter qu’un autre marchand de nouveautés est recensé alors que Marie Goussin n’est plus présente rue de Bretagne. Il s’agit de Michel Baillif et sa femme Joséphine qui pourraient avoir remplacé Marie Goussin.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 16:11
Curiosité gorronnaise...

Un chat sur le toit…

 

La déambulation dans Gorron peut parfois réserver quelques surprises. On m’avait signalé une maison sur laquelle se trouvait une sculpture de chat. Ce chat devait se situer sur un toit. En passant un peu vite devant la dite maison, je n’avais rien vu. Et c’est par hasard, en voiture en tant que passager, que j’ai effectivement aperçu le chat.

Cette maison se situe à l’angle formé par la rue de la mairie (prolongée par la rue des Juifs) quand elle se dirige vers la place de la Mairie. Si mes souvenirs sont exacts, elle a été occupée dans les années 1950 par une famille Foucoin dépositaire de colis du Bon Marché. On pouvait, à l’époque passer commande auprès de ce magasin. Il s’agissait, je pense, d’Alphonse (clerc de notaire) et Augustine Foucoin, habitant 10 rue de la Mairie.

Curiosité gorronnaise...
Partager cet article
Repost0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:48

 

Famille Goussin

 

Jean-Baptiste Constant Goussin, cultivateur à Brécé, se marie avec Marie Félicité Fleury, cultivatrice, à Vaucé le 20 mai 1862.

Ils s’installent vraisemblablement à Gorron entre 1866 et 1872. On les retrouve sur le recensement de 1872 rue de Bretagne avec leur fils Adolphe comme marchands de lin et de nouveautés.

En 1876, Constant Goussin est décédé, sa veuve, Marie Fleury, vit avec ses enfants : Eugène et Marie, rue de Bretagne.

Au cours des recensements suivants, on retrouve la famille, toujours rue de Bretagne, comme marchand de nouveautés avec des enfants : Adolphe, Marie, Eugène et Paul qui ne sont pas tous présents sur les différents recensements.

En 1891, Eugène est recensé comme marchand forain, Paul comme commis aux Ponts et Chaussées. En 1901, il vit avec sa mère et sa sœur Marie et est tailleur.

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:42

Avant de clore cette rubrique avec les dernières précisions envoyées par Claude, je me permettrais, une nouvelle fois, de le remercier et de rendre hommage au travail considérable qu’il peut faire sur l’histoire de Gorron.

LEBLANC Joseph

Né le 13 avril 1885 à Colombiers. Mort le 28 octobre 1918 ; il avait 33 ans (marié à Joséphine Fortin). Incorporé au 130ème Régiment d’Infanterie, il meurt « des suites de maladie » à Bonnedorf au lazaret (hôpital), prisonnier de guerre. Il est absent des listes de recensement de 1906 à Gorron. Domicilié en dernier lieu à Gorron.

« Sur la liste des morts de 14-18, Joseph Leblanc est présent en 1906 à la Grille sous le prénom de Julien. Il est né à Colombiers le 13/04/1885 sous les prénoms de Julien François Joseph. Marié à Joséphine Fortin en 1911 avec un fils Léandre (1914). Joséphine Fortin se remariera avec Louis Hercent. Ils habiteront la Haie, c'était nos voisins. »

Illustration : la tombe de l'infirmière Chemin, morte pendant la guerre.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 09:54


Des descendants de la famille Goussin ont été intéressés par les articles du blog, nous ont transmis des informations et posé quelques questions. Nous allons, tout d’abord resituer cette famille dans l’histoire de Gorron en partant d’Eugène Goussin, maire de la ville de 1936 à 1937.

Voilà la petite note parue dans le document sur les maires de la ville qui a servi de support à une de nos expositions annuelles.

GOUSSIN Eugène

(1936 / 1937)

Né le 29 juin 1873 à Gorron de Jean-Baptiste Goussin (marchand de nouveautés) et de Marie Fleury.

Marié le 29 juin 1901 (Vaucé) à Blanche Bel. En 1906, il habite rue de Bretagne avec sa femme et leurs deux filles : Madeleine et Jeanne. Il est recensé comme marchand de tissus. Il deviendra industriel en chaussures en s’associant à Mme Fauchard et M. Bonnant.

Il succède à Joseph Pottier. Il est classé comme gauche républicain. Fondateur de l’Union Sportive Gorronnaise, bienfaiteur des écoles laïques et du bureau de bienfaisance.

Mort en 1937 à Gorron.

Avant son arrivée à Gorron, la famille Goussin (cultivateurs) est originaire de Brecé du côté paternel (Jean-Baptiste Goussin (propriétaire cultivateur) et Marie Magdelaine Lhuissier) et originaire de Vaucé du côté maternel (Marin Siméon Fleury et Marie Félicité Barré, cultivateurs).

Illustration : le tombeau de la famille Goussin.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 12:00

D’après quelques notes manuscrites non signées.

 

En juin 1940, les institutrices de l’école du Sacré-Cœur et de l’asile durent quitter les lieux réquisitionnés par l’armée allemande.

« Toutes les institutrices, obligées de quitter l’Ecole dans les 24 heures, doivent beaucoup de reconnaissance au généreux bienfaiteurs qui les ont accueillies gracieusement. Il faut citer : Mr le Curé-Doyen, Mr le Docteur Daniel, Mme Bouessée, Melle Dutertre, Melle Leloup, Melle Zacharie Fouqué. »

Joseph Chaudet : curé-doyen, presbytère, boulevard Faverie.

Charles Daniel : médecin, boulevard Faverie.

Marie Bouessée : épouse du docteur Bouessée, Grande Rue.

Marie Dutertre : propriétaire, rue de la Cour de Forges (qui lèguera un bâtiment pour la fondation de la maison familiale).

Clarisse Leloup : marchande de chaussures, Grande Rue.

Pour Melle Zacharie Fouqué, nous n’avons pas d’éléments probants.

Illustration : la maison de M. et Mme Bouessée.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 11:56

Les précisions de Claude…

 

Né à Gorron le 07 juillet 1880. Mort le 15 octobre 1914 ; il avait 34 ans (marié à Rosalie Guesdon). Incorporé au 330ème Régiment d’Infanterie, il est mort de « suite de maladie » à l’hôpital de Verdun dans la Meuse. Inhumation : Nécropole nationale « Faubourg Pavé », Verdun (Meuse). Il n’y a pas de famille BARBE présente sur le recensement de 1906 à Gorron.

Les documents posent problème : ceux présents sur internet ont été utilisés dans cette biographie ; ceux de l’état civil transmis font état de deux Alexandre Barbé dont l’un a la même date de naissance mais serait né à Couesmes et serait mort le 04/10/1914, l’autre, lui aussi né à Couesmes à la même date, serait mort le 15/10/1915.

 

« Barbé Alexandre est bien né à Couesmes en Froulay le 7/01/1880 et décédé à Verdun le 15/10/1914, il y a une erreur sur « mémoires des hommes ». On le retrouve à la Fiaudière (Gorron) avec Rosalie en 1911 ».

Partager cet article
Repost0
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 15:43

D’après quelques notes manuscrites non signées.

 

Le document évoque aussi trois activités liées à l’école privée confessionnelle :

  • L’organisation d’un arbre de Noël par Mme Daniel déjà citée et par la Duchesse d’Abrantès. Famille dont nous avons largement parlé sur le blog, propriétaire du château du Bailleul à Hercé.
  • La fondation de l’œuvre de Sainte Elisabeth par Mr Jacob qui confectionne des vêtements pour les pauvres de la paroisse (certaines années un trousseau offert à une centaine d’enfants).
  • La cantine gratuite pour les « élèves nécessiteux » de l’Asile, de 1902 à 1918 puis, pour ceux de l’école du SacréCœur jusqu’à 14 ans, jusqu’en juin 1940 où l’école fut réquisitionnée par l’armée d’occupation.

Illustration : année 1937/38.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche