Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 10:12

Vous trouverez cette semaine (20ème semaine/2017)…

 

Catégorie histoire locale :

  • Gorron en cartes postales : avant 1932
  • Un siècle d’histoire gorronnaise : famille Blanchetière (fin)…
  • La population gorronnaise : famille Milard (suite)…
  • Histoire du canton : Saint-Mars-sur-Colmont (conclusion)…
  • Année 1746 : juin/décembre…

 

Catégorie échanges :

  • Le blog a été contacté : famille Goussin (suite)…
  • Les précisions de Claude : Leblanc …

 

Catégorie fictions :

  • La Louve de la Thiercelinais : les nouvelles constructions…          

 

Catégorie Point de vue :

  • Elections présidentielles : le FN à Gorron…

 

 

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

Actualité de la semaine...

L’hôtel du Champ de Foire. L’immeuble actuel n’a pratiquement pas changé une centaine d’années plus tard. L’emplacement des ouvertures (trois fenêtres à l’étage, deux fenêtres et une porte au rez-de-chaussée en façade ; une fenêtre avec balcon à l’étage et une porte au rez-de-chaussée en pignon) est toujours présent. Seules différences : le bâtiment attenant, à gauche, a disparu ; une lucarne, à gauche, sur le toit, a été ouverte et les protections classiques aux fenêtres à l’étage ont été installées.

Actualité de la semaine...
Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 10:08
Gorron en cartes postales…

 

Datation

 

Rue de Bretagne

 

Deux cartes postales datant d’avant 1932, photos prises vraisemblablement au début des années trente.

L’une est signée « photo Bouquet » : GORRON (Mayenne) – Rue de Bretagne

L’autre n’a pas de signature. : Gorron (Mayenne) – rue de Bretagne N°1

L’époque se caractérise par la présence plus fréquente d’automobiles. Sur la première, on voit, notamment, une pompe à essence qui correspond à un garage dont nous avons plusieurs fois parlé sur le blog : le garage Gayet. Sur la seconde, plusieurs voitures, de modèles différents, plus ou moins modernes, sont garées, le long du trottoir, à gauche de la rue.

La présence d’une distribution électrique apparemment importante, si l’on tient compte de l’installation fixée à la façade de la boutique Gesbert, est aussi un indice correspondant à l’époque. Sur la maison en face du garage, par contre, il n’y a qu’une ampoule extérieure mais il semble bien y avoir l’ombre d’une installation identique à celle de la boutique Gesbert. A noter la présence du drapeau tricolore au-dessus du portail ouvert dans le même immeuble.

Gorron en cartes postales…
Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 10:04

 

Rue de Bretagne

 

Famille Blanchetière

Conclusion

Si une famille Blanchetière est présente rue de Bretagne de 1846 à 1921, il ne s’agit pas d’une même lignée. Nous avons pu suivre celle du couple Pascal Blanchetière / Aimée (Florence) Grandais originaire de Hercé, mariés en 1881, apparaissant rue de Bretagne sur le recensement de 1896. Une famille de tisserand dont une des filles, Albertine (piqueuse en chaussures), habitera rue de Bretagne jusqu’au moins en 1921.

  1. information de Claude : Dans le dernier blog, tu cites Pascal Blanchetière tisserand puis
    journalier, il a été tué par la foudre sur une charrette de foin à la Haie dans un champ près de la Colmont, le 30 Juin 1914, il était employé par mon grand- père.
    Cordialement. Claude

 

Famille Cerisier

Patronyme présent en 1846 : François Cerisier (36 ans), cabaretier, Jeanne Rondeau (25 ans), son épouse, François (5 ans) et Florence (1 an), leurs enfants, rue du Pont d’Hercé.

Patronyme présent en 1906 : Augustine Cerisier (64 ans), originaire du Pas, journalière, rue de Bretagne.

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 10:00

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

Famille Milard

 

Jean Milard et Marie Leboulanger se sont mariés à Carelles le 27/02/1783. Jean Milard est originaire de Hercé (fils de Guillaume Milard et de Marguerite Pottier). Marie Leboulanger est originaire de Colombiers, fille de Jacques Leboulanger et de Renée Garnier.

 

La famille Milard n’est donc arrivée à Gorron qu’au 18e siècle.

 

Présence au 20e siècle

 

En 1906 :

 

François Milard, sabotier, et Vitaline Lepoureau sont recensés rue des Sarrasins avec leurs enfants : Eugène (né en 1888), Louis en 1891 et Julia en 1893.

 

Vital Milard, menuisier, fils de François Milard et de Vitaline Lepoureau, se marie avec Marie Charles, originaire de Carelles, le 01/12/1900. En 1906, ils habitent rue Magenta à Gorron avec leurs enfants : Clement, Marie-Louise, nés en 1902 et Germaine, née en 1905.

 

Illustration : rue Magenta.

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:55

 

Saint-Mars-sur-Colmont

 

Evolution économique

Comparaison 1846/1900

L’originalité concernant le nombre de tisserands se vérifie puisqu’en 1900 il y en avait encore 45 alors qu’ils avaient pratiquement disparu dans les autres agglomérations du canton. L’apparition de débitants de boisson, d’épiciers, et la disparition des fileuses sont classiques. Le regroupement des lingères, couturières sous la rubrique « ouvrières » correspond à l’évolution des activités à domicile de 1846 telles que calicotières, tricoteuses…

Conclusions

Il n’y a rien de remarquable en matière historique (en ce qui concerne nos sources tout du moins). Sur le site officiel du village, on ne trouve pas de rubrique historique. Il y aurait peut-être des recherches à faire sur les activités de tissage au 19e siècle qui paraissent sortir de l’ordinaire.

 

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:51

Gorron année : 1746 (fin)

Juillet : décès : 2 ; naissances : 3 : décès (- d’un an) : 2.

Août : décès : 2 ; décès (- d’un an) : 1 ; naissances : 3.

Septembre : naissances : 3 ; décès : 2; décès (- d’un an) : 1.

Octobre : naissance : 4 ; décès (- d’un an) : 2.

Novembre : naissances : 5 ; décès (- d’un an) : 1 ; Décès : 3.

Décembre : décès : 1 ; décès (- d’un an) : 3 ; naissances : 3.

 

Familles faisant partie de la recherche.

Décès : Julienne Lambert, femme de Guillaume Meslin marchand à la Renardière. 01/07/1746.

Naissance : Marie Anne Heuveline (parents : Pierre Heuveline et Marie Portier). 14/08/1746.

Anne Fleury morte en couche, son fils est né par césarienne et mort immédiatement. 19/09/1746.

Naissance : Marie Meslin (parents Guillaume Meslin et Marie Richard). 01/10/1746.

Naissance : Marie Oger (parents : André Oger, marchand à la Pierre Pichard et Louise Courteille). 09/10/1746.

Naissance : Jean Manceau (parents : Jean Manceau, cordier et Marie Gaultier). 06/11/1746. Décédé le 26/12/1746

Décès : Pierre Douiller au Saudray. 02/12/1746.

Naissance : François Bricher (parents : François Bricher, laboureur, La Burlière, et Marguerite Desaut). 08/12/1746.

Naissance : Jean Gallienne (parents : Pierre Gallienne, journalier, et Marguerite Durand). 30/12/1746.

 

Métiers remarquables.

Jean Boullard, huissier, et Françoise Gaubert (?).

 

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:48

 

Famille Goussin

 

Jean-Baptiste Constant Goussin, cultivateur à Brécé, se marie avec Marie Félicité Fleury, cultivatrice, à Vaucé le 20 mai 1862.

Ils s’installent vraisemblablement à Gorron entre 1866 et 1872. On les retrouve sur le recensement de 1872 rue de Bretagne avec leur fils Adolphe comme marchands de lin et de nouveautés.

En 1876, Constant Goussin est décédé, sa veuve, Marie Fleury, vit avec ses enfants : Eugène et Marie, rue de Bretagne.

Au cours des recensements suivants, on retrouve la famille, toujours rue de Bretagne, comme marchand de nouveautés avec des enfants : Adolphe, Marie, Eugène et Paul qui ne sont pas tous présents sur les différents recensements.

En 1891, Eugène est recensé comme marchand forain, Paul comme commis aux Ponts et Chaussées. En 1901, il vit avec sa mère et sa sœur Marie et est tailleur.

 

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:42

Avant de clore cette rubrique avec les dernières précisions envoyées par Claude, je me permettrais, une nouvelle fois, de le remercier et de rendre hommage au travail considérable qu’il peut faire sur l’histoire de Gorron.

LEBLANC Joseph

Né le 13 avril 1885 à Colombiers. Mort le 28 octobre 1918 ; il avait 33 ans (marié à Joséphine Fortin). Incorporé au 130ème Régiment d’Infanterie, il meurt « des suites de maladie » à Bonnedorf au lazaret (hôpital), prisonnier de guerre. Il est absent des listes de recensement de 1906 à Gorron. Domicilié en dernier lieu à Gorron.

« Sur la liste des morts de 14-18, Joseph Leblanc est présent en 1906 à la Grille sous le prénom de Julien. Il est né à Colombiers le 13/04/1885 sous les prénoms de Julien François Joseph. Marié à Joséphine Fortin en 1911 avec un fils Léandre (1914). Joséphine Fortin se remariera avec Louis Hercent. Ils habiteront la Haie, c'était nos voisins. »

Illustration : la tombe de l'infirmière Chemin, morte pendant la guerre.

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:39

 

Les nouvelles constructions

 

Les nouvelles constructions entreprises à la Thiercelinais occupèrent la famille pendant de nombreux mois. Il fallut faire appel à un maître maçon de la ville qui se chargea avec ses compagnons de surélever la maison d’habitation, de prolonger les murailles de deux tourelles qui arrivaient jusqu’à l’allée de châtaigniers.

La présence des tailleurs de pierre bouleversa la vie du domaine. Zénaïde faillit succomber à la tentation. Mais son attachement au petit Edmond, malheureusement handicapé, fut le plus fort. Elle renonça à tout projet personnel et s’installa définitivement dans la famille Gilard.

Alors que l’aînée des enfants, Hortense, se tournait de plus en plus vers la religion au point d’envisager de prendre le voile de religieuse, François s’affirmait comme le futur maître du domaine. Son père, Basile, s’arrangeait de cette affirmation, préférant ses écrits, ses dessins, et l’histoire de la famille.

La vie était plutôt tranquille à la ferme, chacun ayant trouvé sa place dans une réelle harmonie. Jusqu’au jour où la petit- fille de Perrine, petite-cousine donc de François, lui fit comprendre qu’elle avait des sentiments pour lui.

 

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:32

 

Le Front National à Gorron.

 

Au niveau national, on constate une montée constante du FN, même si celle-ci a été sensiblement contenue lors du second tour des élections présidentielles.

Présidentielles : 2007 : 142 voix (7, 86 %) ; 2012 : 239 voix (11,30 %) ; 2017 : 237 (15,70 %) voix puis 377 voix (28,41 %).

Européennes : 2009 : 29 voix (3, 78 %) ; 2014 : 140 voix (17, 39 %).

Régionales : 2010 : 63 voix (6, 8 %) ; 2015 : 144 voix (16, 35 %) puis 196 (19,66%).

Donc, comme au niveau national, le FN ne cesse de progresser, en voix et en pourcentage, quelles que soient les élections. Même dans une région où il n’est guère implanté par rapport au Nord/Est et au Sud/Est de la France, ce parti qui, à mon sens, représenterait un danger pour la France (sur le plan sociétal et sur le plan économique) s’il arrivait au pouvoir, séduit un nombre non négligeable d’électeurs. Nul ne sait ce que sera le quinquennat de Macron mais il vaudrait mieux qu’il améliore la situation sinon le pire (pour moi tout du moins) est à venir. Maintenant chacun est libre de son vote. Mais, si mes prévisions pessimistes s’avèrent exactes, il ne faudra pas que les électeurs du FN viennent se plaindre quand la catastrophe sera arrivée.

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche