Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 10:00

Vous trouverez cette semaine (33ème semaine/2017)

 

Catégorie histoire locale :

  • Gorron en cartes postales : 1910
  • Un siècle d’histoire gorronnaise :  rue de Bretagne : famille Lévêque…
  • La population gorronnaise : familles Garnier/Chemin (fin)…
  • Gorron au 18e siècle : Gorron et le royaume de France en 1700 (suite)…
  • Année 1739 : janvier/juin…

 

Catégorie échanges :

  • Les annotations des registres : enfant anonyme…
  • Le blog a été contacté : les coiffeurs(suite)…

 

Catégorie fictions :

  • La Louve de la Thiercelinais : Charles…    

 

Catégorie Point de vue :

  • Note de lecture : « Festins secrets »…

 

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

Actualité de la semaine (33ème/2017)...

On peut recenser d’autres calvaires non représentés sur le cadastre ancien, par exemple ceux présents actuellement : sur la place du Champ de Foire au croisement avec la rue du Douanier Rousseau ; au croisement des rues d’Ernée, de la Chennerie et de la Libération.

Sur le premier, on peut relever les dates : 1870 et 1918 qui correspondent aux deux guerres contre la Prusse puis l’Allemagne. Sur le second il ne semble pas y avoir de date.

 

Actualité de la semaine (33ème/2017)...
Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:55
Gorron en cartes postales…

Datation

 

GORRON (Mayenne). – Route de Normandie et Vue du Collège                              Chantepie, Relieur-Editeur à Gorron.

Le cachet de la poste indique le 28/08/1910. La photo a donc été prise avant cette date. A noter le matériel agricole entreposé le long de la petite haie qui borde le groupe scolaire construit en 1886. L’entreprise Dollé était située à ce niveau avant de s’installer près du Champ de Foire en 1906.

Même prise de vue, même photographe, même timbre. Bien qu’il n’y ait pas de cachet de la poste, on peut penser que la photo date à peu près de la même époque. A noter que le matériel agricole a disparu.

La présence ou non du matériel agricole peut nous aider à préciser la date des prises de vue : avant 1906 pour la première carte postale, après pour l’autre.

109 – GORRON (Mayenne) – Collège et route de Normandie                    Chantepie, relieur-éditeur à Gorron.

Gorron en cartes postales…
Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:52

Rue de Bretagne

 

Familles Lévêque/Lévesque

 

1906

Louis Levesque, corroyeur, employé Gendron, son épouse Clémence Renard, ouvrière, et leurs enfants : Louis (né en 1896), Amand (né en 1898), Victor né en 1904.

Marie Levesque, journalière, épouse de Constant Durand, corroyeur, et leurs enfants : Clémentine (née en 1897), Marie (née en 1893).

Levêque Amand, cordonnier, son épouse Marie Collet, ouvrière, et leurs enfants : Maria Lecourt, belle-fille (née en 1891), Aurélie Lecourt, belle-fille (née en 1893), Marcel Lévêque (né en 1899), Marthe Lévêque (née en 1897).

Trois lignées possibles avec des différences d’orthographe. Dans un premier temp, nous rechercherons la date d’arrivée rue de Bretagne de ces différentes lignées et leur lien familial éventuel.

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:48

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

 

Famille Garnier/Chemin

 

 

Résumé

 

En partant du mariage de Pierre Félix Chemin et Marie Louise Fouilleul (le 01/07/1883 à Gorron), nous avons pu reconstituer la lignée suivante :

Jean Garnier et Julienne Bourgoin ; Pierre Garnier (laboureur) et Mathurine Vasse, mariés le 29 avril 1762 à Gorron ; Jean Garnier (cultivateur) et Marie Madeleine Poirier (propriétaire à Grappey), mariés à Gorron le 09 mars 1814 ; Agathe Henriette Garnier (cultivatrice à Grappey) et Pierre Joseph Chemin (laboureur originaire de Brecé), mariés le 30/04/1849 à Gorron ; Pierre Félix Chemin, horloger, rue de la Mairie et Marie Louise Fouilleul, mariés le 01/07/1883 ; Félix Chemin, horloger, rue de la Mairie, et Léa Chemin ; Félix Chemin, horloger, rue de la Mairie, et Joséphine Gayet.

 

La famille Garnier est originaire de Grappay. Elle a vraisemblablement une origine commune avec la famille de Jean-Jacques Garnier. Quant à la famille Chemin, le fils, Antoine, est toujours horloger-bijoutier rue de la Mairie. 

 

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:44

 

Gorron en 1700

 

L’administration de la ville est étroitement liée à la seigneurie et à l’église.

Pierre IV du Bailleul, en 1700, est encore en procès pour valider définitivement la possession de la terre de Gorron achetée à Odet de Ryantz. Il a reçu cette terre en héritage de son père en 1688. Il habite le château du Bailleul à Hercé et est marié avec Catherine Barin de la Galissionnière.

Le curé de Gorron est Jacques Le Picard, originaire de Normandie. Il a obtenu la cure le 14 mai 1692. « …pendant son long exercice, Me Le picard présida aux réparations et restaurations de l’église (…) organisa l’école des filles… »

Ses vicaires : Noël Jourdain et Jean Hérou.

Il y avait aussi un prêtre habitué (vivant sur la paroisse, n’ayant pas de fonction religieuse précise mais pouvant aider les prêtres dans leur exercice) : Pierre Berrier. Il habitait au Saudrais « où il tenait et montrait les écoles publiques ». Il avait donc une activité d’enseignant. Mort en 1704, il a été inhumé avec trois autres prêtres sous la croix (déplacée du cimetière vers l’église puis hors de l’église près du mur nord). Illustration ci-contre.

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:40

 

1739

 

Nouvelle signature : Mathurin Courteille

 

Janvier/juin

Janvier : décès : 2 ; naissances : 3 ; mariage : 1.

Février : naissances : 8 ; mariage : 1 ; décès : 4 ; décès (- d’1 an) : 1.

Mars : naissances : 9 ; décès : 2.

Avril : naissances : 7 ; décès (- d’1 an) : 1 ; mariage : 2.

Mai : naissances : 5 ; décès : 5 ; décès (- d’1 an) : 2.

Juin : décès : 1 ; décès (- d’1 an) : 4 ; naissances : 5 ; mariage : 1

 

Familles retenues

Décès : Renée Fleury, fille de François Fleury et de Bertranne Lecourt. 10/02/1739.

Décès : Renée Ernault. 17/02/1739.

Naissance : Gilles Bouillon, fils de Jean Bouillon et Jeanne Geslin. 14/03/1739.

Naissance : Jean Manceau, fils de Guillaume Manceau et Françoise Guérin. 16/03/1739.

Naissance : François Derard, fils de Pierre Derard et Marie Ruault. 31/03/1739.

Naissance : Louis Ernault, fils de François Ernault et de ? Girault). 31/03/1739. Décédé le 07/05/1739.

Naissance : Richard Rimbault, fils de Julien Rimbault et de ? Ruault. 14/04/1739.

Naissance : Jeanne Quentin, fille de Pierre Quentin et de Julienne Buchard. 25/05/1739. Décédée le 05/06/1739.

Naissance : François Le Baron, fils de Guillaume Le Baron et de Perrine Manceau. 26/05/1739. Décédé le 13/06/1739.

Décès : Anne Lecourt (femme de Odet Beaugé). 28/05/1739.

Naissance : Louis Landelle, fils de ? Landelle et Marie Quentin. 29/05/1739.

Naissance/Décès : enfant baptisé à la maison, fils de François Quentin et de Jeanne Fontaine. 27/06/1739

 

Métiers

Cordier

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:36

Annotations

 

En complément des informations fournies par les archives départementales, les actes particuliers des registres paroissiaux trouvés dans nos propres explorations (rubrique « population gorronnaise ») sont repris dans cette rubrique.

« Le vingt deuxième de février mille sept cent trente-neuf fut inhumé par nous vicaire un pauvre garçon décédé en cette paroisse chez Jean Manceau cordier dont le nom nous est inconnu (…….) dit être de St Mars sur la Colmont présence de François Veneur et Jean Landelle. »

Si nous interprétons correctement l’acte, un enfant vit chez un cordier (travaillant chez lui ?) qui ne connaîtrait pas son nom mais seulement son lieu de naissance…

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:33

Les perruquiers/coiffeurs

 

1896

Eugène Lesaint, coiffeur, époux de Marie Grangjean habitant chez son beau-père Pierre Grandjean, receveur buraliste, rue Magenta.

Eugène Lesaint, coiffeur, époux de Valérie Pottier, son fils Henri, coiffeur, ainsi que son neveu, Victor Pottier, coiffeur, rue Magenta.

La famille Lesaint devient la seule représentante de la profession à Gorron.

1901

Henri Lesaint, coiffeur, son épouse Marthe Lhuissier et un ouvrier, Marie Ramard, rue Magenta.

Eugène Le saint, coiffeur, apparemment veuf, chez son beau-père Pierre Grandjean, libraire, rue Magenta.

Jean Brimand, coiffeur, son épouse, Marie Frétigné, rue du Collège.

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:29

 

Charles

 

Après le décès d’Ernestine, toutes les espérances de Julienne se reportèrent sur son fils. Brillant élève au collège de Mayenne, sa vocation ne faisait aucun doute. Il serait prêtre, ce qui comblait la mère dont la piété était connue de tous.

Julienne pensa lui faire le plus beau cadeau qui soit : une petite chapelle sera construite dans la cour de la Thiercelinais. Consacrée par le curé ravi de l’initiative de sa meilleure paroissienne, la première messe est réservée à Charles qui doit rentrer au séminaire.

Mais pendant les vacances précédant cette rentrée, Charles rencontra, par une journée torride, la jeune femme du métayer de la ferme. La prêtrise devint alors difficile à envisager. Charles s’orientera vers le diplôme ès lois. Un nouveau tournant dans l’histoire de la famille.

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 09:23

 

« Festins secrets » (Pierre Jourde)

 

Pierre Jourde peut être un critique très sévère (notamment avec son compère Naulleau) pour ses collègues écrivains. En réponse, certains parlent d’écriture « indigeste ». Si l’on reste dans la métaphore digestive, on peut dire que le repas qu’il nous sert dans ce livre est copieux, parfois sophistiqué, agréable à consommer mais qui peut effectivement déclencher quelques signes avant-coureurs de l’indigestion.

Jourde est professeur de faculté, spécialiste de littérature. On le sent. Son écriture est travaillée, avec cette technique de dédoublement entre le narrateur qui s’adresse directement au héros, deux facettes d’un même personnage. Le roman s’inscrit parfois dans le genre fantastique, voire burlesque mais on y retrouve cependant certaines « obsessions » de Jourde. Une critique des « pédagogistes », par exemple, et de leur poids (néfaste bien sûr) dans le système éducatif. Et, dans une moindre mesure, quelques petits coups de griffes en direction des auteurs à la mode, plus ou moins imposteurs.

C’est là que l’indigestion guette. Un mélange des genres qui finit par fatiguer. Surtout quand les réflexions arrivent après avoir dégusté, avec plaisir et envie, tel ou tel passages remarquablement écrits.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche