Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 12:04

Vous trouverez cette semaine (34ème semaine/2017)

 

Catégorie histoire locale :

  • Gorron en cartes postales : 1905
  • Un siècle d’histoire gorronnaise :  rue de Bretagne : famille Lévêque (suite)…
  • La population gorronnaise : famille Gesteau…
  • Gorron au 18e siècle : Gorron et le royaume de France en 1700 (suite)…
  • Année 1739 : juillet/décembre…

 

Catégorie échanges :

  • Les annotations des registres : enfant illégitime…
  • Le blog a été contacté : les coiffeurs(suite)…

 

Catégorie fictions :

  • La Louve de la Thiercelinais : la nouvelle vie de Charles…           

 

Catégorie Point de vue :

  • Les goûts et les couleurs : « le cochon à lunettes »…

 

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

Actualité de la semaine (34ème/2017)...

Pour clore (provisoirement) le recensement des calvaires dans la ville, deux se situent près de la limite de l’agglomération : le premier, apparemment sans date, se situe près de la Bourdaiserie sur la route de Brecé ; le second, (très récent) route d’Ambrières à l’entrée du chemin menant à la maison du Rocher. On peut y lire : « La Croix du Rocher 14.04.2006 bénie le 14.09.2006 ».

Actualité de la semaine (34ème/2017)...
Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:59
Gorron en cartes postales…

 

Datation

 

Environs de Mayenne (22 kil.) : Gorron, Quartier-des-Grands-Moulins. – V. C.  Poirier frères, éditeurs, Mayenne

La première carte postale a été postée le 23 septembre 05. La photo a donc été prise avant cette date. La légende évoque « les grands moulins ». A notre connaissance, il n’y avait, à l’époque, sur ces lieux, qu’un moulin situé à la jonction des anciennes rue des Palmes et rue d’Ernée. Le pont que l’on voit à droite et le second des Ponts-neufs, actuellement pont du Brigadier Général Weaver.

Sur la seconde carte postale qui n’est pas oblitérée, la prise de vue est décalée sur la droite. On y voit principalement le pont. Le nom des éditeurs est difficilement déchiffrable. On peut cependant deviner Coconnier et peut-être Garnier à Rennes.

17 GORRON (Mayenne) – Le Pont sur la Colmont

Gorron en cartes postales…
Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:55

Rue de Bretagne

 

Familles Lévêque/Lévesque

 

Rappel : nous recherchons les lignées des Levêque, Levesque… (dont l’orthographe varie selon les recensements) rue de Bretagne.

Louis Levêque et Clémence Renard se sont mariés le 09/03/1896 à Brecé. Louis Levêque (né à Brecé), domestique à la Guinardais à Brecé, est le fils d’Armand Levêque et de Jeanne Caillebotte, journaliers à Le Pas. Clémence Renard (née à Gorron), domestique dans la même ferme, est la fille de Victor Renard et Virginie Bèche (disparue ?).

Marie Louise Levêque et Constant Durand se sont mariés le 20/08/1888 à Brecé. Marie Levêque (née à Brecé) est la fille d’Amand Levêque et de Jeanne Caillebotte, cultivateurs à la Haute Bergerie à Brecé. Constant Durand (né à Brecé), domestique à la Guinardais, est le fils naturel de Marie Durand.

Amand Levêque et Marie Collet se sont mariés à Gorron le 05/10/1898. Amand Levêque (né à Passais, Orne), cordonnier à l’Epinay le Comte, est le fils de François Levêque et de Rosalie Leray, cultivateurs à l’Epinay.

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:53

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

 

Famille Gesteau

 

Nous sommes remontés jusqu’à Véronique Françoise Gesteau et Georges Rouillard, mariés le 07/06/1815. Françoise Gesteau marchande (née à Gorron le 10/05/1779) est la fille de Pierre Gesteau (décédé à Gorron le 28/06/1785) et de Françoise Desmoulins.

 

Pierre Gesteau et Suzanne Françoise Desmoulins se sont mariés le 19/02/1778 à Gorron. Pierre Gesteau est le fils de Jean Gesteau et de Julienne Marguentin. Suzanne Desmoulins est la fille de Jean Desmoulins et de Jacquine Quentin.

 

Jean Gesteau et Julienne Marguentin se sont mariés le 26/02/1748 à Gorron.

 

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:49

Gorron en 1700

 

Démographie

L’année 1700 correspond à une augmentation significative de la population gorronnaise : 54 naissances pour 17 décès soit 37 Gorronnais en plus.

Les naissances s’étalent à peu près régulièrement tout au long de l’année.

Les décès (dont 3 enfants de moins d’un an) sont les plus fréquents au cours des mois d’avril/mai.

Familles

Nous nous intéresserons plus particulièrement aux nouvelles familles (mariages en 1700) et les suivrons tout au long du siècle : Jean Manceau/Julienne Landelle ; François Berrier/Renée Lhuissier ; Pierre Perrier/Jeanne Gérault ; Jean Lesage/ Jeanne Danvel ; André Mottier/Anne Lepoidevin ; Guillaume Goussain/Françoise Péan.

Métiers

De la même façon, nous définirons les métiers rencontrés sur les actes et recenserons ceux qui les pratiquent.

 

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:45

1739

 

Nouvelle signature

Courteille

 

Juillet/décembre

 

Juillet : décès : 1 ; mariages : 3 ; décès (- d’1 an) : 1.

Août : naissances : 5 ; décès : 1.

Septembre : naissances : 4 ; décès (- d’un an) : 2.

Octobre : décès : 1 ; décès (- d’un an) : 1 ; naissance : 2.

Novembre : naissances : 5 ; décès : 4 ; décès (- d’1 an) : 1.

Décembre : naissance : 3 ; décès : 1 ; décès (- d’1 an) : 1

 

Familles retenues

Mariage : Jean Rogue (fils de Noël Rogue et Catherine Manceau) et Marie Buin. 16/07/1739.

Décès : René Panard, veuf de Françoise Lecourt. 25/08/1739.

Naissance / décès : anonyme Quentin (fille de François Quentin et Marie Roumagné). 17/10/1739.

Naissance : Thomas Courteille (fils de Joseph Courteille et de Jeanne Ducoin). 03/11/1739.

Naissance : Renée Ruault (fille de François Ruault et d’Ambroise Le saulnier). 08/11/1739.

Décès : Jean Manceau. 12/11/1739.

Décès : Marguerite Dodard, épouse de Laurent Oger (décédé). 26/11/1739.

Naissance : Jeanne Quentin (fille de Julien Quentin et de Jeanne Leray). 29/11/1739.

 

Métiers

Notaire (François Clément Fleury marié à Bertranne Lecourt). 25/09/1739.

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:42

 

Annotations

 

Déclaration d’un enfant illégitime. Nous avons déjà vu des déclarations d’enfants illégitimes dans lesquelles le nom du géniteur était mentionné. Ici il est officiellement enregistré et il est fait état du mari qui reconnaît la conception par un autre homme :

« Le dix-neuvième jour d’avril mille sept cents vingt-trois fut né et par moi prêtre vicaire baptisé un enfant mâle issu des œuvres de Pierre Lemonnier et de Perrine Quentin épouse de Pierre Huard laquelle suivant le rapport de Catherine Le phyzelier sage-femme a déclaré avoir conçu le dit enfant sans le commerce dudit Huard son mari ce que le dit Huard a aussi déclaré en présence de Charles Guerrier, René Quentin et Renée Manceau… »

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:38

Les perruquiers/coiffeurs

 

1911

Henri Lesaint, coiffeur, son épouse, Marthe, et leurs enfants : Marcelle et Marthe. Rue Magenta.

Marcel Hodebert, coiffeur chez Henri Lesaint.

Jean Brimand, perruquier, son épouse Marie, débitante et leur fils Albert, rue du Collège.

 

1921

Henri Lesaint, coiffeur et son épouse Marthe. Rue Magenta.

Jean Brimand est recensé comme débitant avec son épouse, rue du Collège.

Sur l’annuaire de 1931, on enregistre : 5 coiffeurs (Brimand, Lanoë, Briman, Foucoin, Trolet) et 3 coiffeurs pour dames (Lanoë, Brimand, Melle André Hardy).

Apparemment, des années 1920 aux années 1930, les activités autour de la coiffure se multiplient.

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:36

La nouvelle vie de Charles

 

Après avoir abandonné la carrière religieuse, Charles est devenu avocat à la cour seigneuriale de Gorron. Le procureur fiscal de la famille du Bailleul lui demande de défendre le dossier du marquis de Gorron dont on conteste l’achat des terres de la seigneurie depuis de nombreuses années.

Charles gagne le procès et acquiert une certaine renommée dans les paroisses proches. Renée, la fille unique du procureur fiscal, l’a aidé dans la préparation du procès. Célibataire, au physique peu avenant, la jeune femme représente ce qu’on appelle un bon parti compte-tenu de sa dot importante.

Raisonnablement, les jeunes gens se marient. Mais pour vivre ensemble à la Thiercelinais d’importants travaux doivent être entrepris dans le domaine. D’une confortable maison bourgeoise, le domicile des Gilard devient un véritable petit château.

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:34

 

Veaux, vaches, cochons, couvées…

 

Quand la vache en béton est apparue près de l’ancien plan d’eau, j’ai émis quelques réserves sur ce choix tout en admettant que les « goûts et les couleurs » appartenaient à chacun. Puis je me suis habitué à l’animal, les pattes arrière croisées, la fleur à la bouche, très décontracté sur son banc.

Son compère à lunettes, installé de l’autre côté de la promenade Saint-Laurent, m’a paru, du coup, plus sympathique (peut-être son petit côté intellectuel). Même si je continue à m’interroger sur l’intérêt artistique de ce genre d’œuvres dans ce cadre. Quels autres animaux viendront compléter la collection ? Je crains le pire…

Je me demande comment une association de conservation du patrimoine, dans quelques dizaines d’années, par exemple, percevra cet humour animalier. En général on conserve ce qui a un intérêt esthétique ou ce qui représente une époque. La nôtre pourrait alors être associée à l’humour. Ce qui n’est déjà pas si mal.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche