Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:55

Des dynasties de maréchaux ferrants (maréchal taillandier)

Famille Pottier

En 1846, François Pottier, 52 ans, maréchal, son épouse Désirée Gesteau, 45 ans et leurs 9 enfants sont recensés Carrefour des Rosiers.

Ils se sont mariés le 26/07/1824 à Gorron. Le père de François Pottier était journalier. En 1906 un de leurs fils est recensé comme mécanicien. Il n’y a plus de Pottier maréchal-ferrant à Gorron au 20e siècle. Il n’y a donc qu’une génération de Pottier maréchal-ferrant.

 

Famille Lefizelier

En 1846, Jean-Baptiste Lefizelier, 43 ans, maréchal est recensée avec sa femme Hortense Ruault, 42 ans et leurs 6 enfants, Carrefour des Rosiers. Ils se sont mariés le 16/05/1825 à Gorron.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:50

1975

 

Rue de Bretagne, p. 35

 

Gérard Chesnel, boucher- marchand de bestiaux né le 20/11/1936. Il est le fils de Arsène Chesnel, boucher, originaire de Saint-Hilaire du Harcouët et de Marie Laurier originaire de Gorron. Nous avons vu Marie Laurier la semaine dernière. Cette nouvelle lignée de deux générations est retenue.

1ère génération

Gérard Chesnel

Boucher – marchand de bestiaux

Annette Maignan

Bouchère

Rue de Bretagne

1975

2ème  génération

Arsène Chesnel

Boucher

Marie Laurier

Bouchère

Rue de Bretagne

1936

 

 

Pierre Monnier, gérant de société, né le 11/02/1924. Il est le fils de Joseph Monnier, originaire de Hercé et d’Augustine Poirier, originaire de Gorron. Augustine est la fille d’Auguste Poirier originaire de Landivy et d’Augustine Daguier originaire de Colombiers. Cette lignée de deux génération est retenue

1ère génération

Pierre Monnier

Gérant de société

Jacqueline Brault

SP

Rue de Bretagne

1975

2ème  génération

Joseph Monnier

Menuisier

Augustine Poirier

SP

Rue de Bretagne

1936

 

 

Récapitulatif partiel

2 générations

Chesnel ; Laurier

Bouchers

 

Manceau ; Trolet

Plombier – charpentier

Couturière

 

Houée ; Hodebert

Marchands de bestiaux

 

Lhuissier ; Fourmond ; Fouqué

Cultivateurs - charcutier

 

Guerrier ; Besnier

Plombier/chauffagiste - maçon

 

Foucoin

Sabotier - tisserand

 

Gayet ; Gayet

Garagistes

 

Monnier ; Poirier

Menuisiers

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:47

Etablissement Bordelet

Un visiteur du blog nous a transmis l’image ci-contre avec le texte suivant

Bonjour,

J’ai découvert votre blog en effectuant des recherches sur l’établissement Bordelet de Gorron.

Faisant de la généalogie, et mon épouse, Martine Joubin, étant originaire de Couesmes, j’ai retrouvé une photo d’un mariage où sont présents son Gd-Père (Germain Joubin) et sa Gd-mère (Maria Barré).

Ce mariage doit être celui du frère de la Gd-Mère, Victor Barré, qui a épousé Marie Louise Betton le 21/07/1921 à Gorron.

Je vous joins une copie de cette photo prise devant la devanture Bordelet qui tenait un café et une charcuterie.

Cordialement.

Nous avons effectivement croisé la famille Bordelet lors de nos recherches sur les charcuteries gorronnaises.

En 1921, Alphonse Bordelet né en 1888 à Oisseau, est charcutier avec son épouse Marie née en 1890 à Oisseau, sans profession, rue Magenta (dans sa partie actuelle, rue Corbeau-Paris).

En 1936, Alphonse Bordelet est recensé comme entrepreneur de transport, son épouse, Marie, couturière, rue Corbeau-Paris.

En 1962, Alphonse Bordelet est recensé comme taxi, son épouse Marie Delaunay, sans profession, 19 rue Corbeau-Paris.

Le couple Bordelet apparaît pour la première fois rue Magenta en 1921. En 1929, Alphonse Bordelet est élu au conseil municipal.

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:43

Bulletin Paroissial  « Entre Nous »

La bibliothèque

Janvier 1954

 

Bibliothèque paroissiale. Il existe une bibliothèque (paroissiale Saint Jean) dans un maison rue de la Croix où les enfants du patronage peuvent assister à la projections de diapositives.

Foyer de jeunes. Il a été ouvert au local de la Cour de Forges (sur les lieux où une maison familiale a été créée).

Décès. M. L’abbé Trouillard, compositeur de la musique du cantique à Notre-Dame du Bignon (« Toi qui portes Jésus »).

Mises en garde. Qu’ils soient prêtres ou simples escrocs, il faut se méfier de ceux qui vous promettent paix et santé grâce à une seule prière, en s’appuyant sur la foi chrétienne.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:39

Le spiritisme

Il repose sur une croyance dans la possibilité de communiquer avec des esprits (ou autres entités) présents dans un autre monde invisible. Il s’est développé, en particulier, dans la communication avec les morts.

Cette croyance est très ancienne. On la retrouve dès l’antiquité. Et, à chaque époque, elle peut prendre des formes spécifiques, plus ou moins officielles. Elle a même pu être considérée comme une science.

En France, une résurgence de cette croyance devient importante vers le milieu du 19e siècle. Un instituteur lyonnais, Léon Rivail, va donner naissance à un courant philosophique en codifiant les pratiques dans un livre : « Le livre des esprits » écrit sous un pseudonyme : Allan Cardec (ci-contre).

Une de ces pratiques est très en vogue en France à l’époque. Il s’agit des tables tournantes. L’esprit répond aux questions en faisant bouger des guéridons sur lesquels se posent les mains des adeptes. Victor Hugo lui-même a, pendant un temps, pratiqué ce genre de séances.

Dans le roman, le héros, va être séduit par ce type de pratique pour résoudre l’enquête dans laquelle il est plongé.

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:36

Le journal de Hyacinthe Boullard (épouse Péan)

Décembre 1848

 

Ce que je craignais l’an passé est arrivé. Une nouvelle révolution a renversé Louis-Philippe, roi des Français. En trois jours d’émeutes de février 1848, la royauté est remplacée par la République. Comme d’habitude, les premières mesures de liberté viennent remplacer les lois autoritaires du régime qui vient de s’effondrer. Il sera remplacé par la Deuxième république.

La durée de la journée de travail est ramenée à 10 h à Paris et à 11 h en province. Ce qui reste, à mes yeux, bien pénible pour les ouvriers. La presse redevient libre. Le suffrage universel est proclamé… Enfin pour les hommes seulement. Des mouvements de femmes protestent mais elles ne seront pas écoutées. On envisage l’abolition effective et définitive de l’esclavage.

Mais ces mesures paraissent insuffisantes pour les tenants d’une République démocratique et sociale. L’Assemblée élue pour une nouvelle constitution confirme cette évolution modérée plutôt bourgeoise. En juin 1848, les ouvriers et artisans parisiens se révoltent. Ils seront écrasés par le nouveau pouvoir.

On est bien éloigné de ces combats à Gorron. On ne comprend pas toujours pourquoi, après avoir ensemble renversé la royauté, les révolutionnaires s’entretuent.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 10:22

Note de lecture 

« Un jour sera vide » ( Hugo Linderberg )

 

Un premier roman qui obtient le prix Inter. Ce n’est pas si fréquent. Et, en plus, un livre qui sort des modes actuelles. Certes, on y parle de famille. Un orphelin qui vit avec sa grand-mère et avec sa tante. Mais, pas de scandale, pas d’agression sexuelle ou autres haines familiales. Un enfant en vacances en bord de mer. Il croise un garçon qui deviendra un ami et sa famille (notamment la mère).

Une série de tableaux dans une langue magnifique par sa simplicité et, en même temps, sa force. Très vite, le lecteur peut devenir cet enfant. Et ses sensations, ses ambivalences, sa recherche de quelque chose qu’il ne connaît pas mais dont il sent avoir besoin, peut très fort résonner en chacun. Tout cela sans lourdeur, sans prétention, par petites touches. Un véritable petit bijou.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2021 7 05 /12 /décembre /2021 12:13

Vous trouverez cette semaine (46ème/2021)

 

Catégorie histoire locale :

  • Cimetière :  Famille Ducoin…
  • La population gorronnaise : démographie, 1835 (2)…
  • Les métiers à Gorron :  maréchaux-ferrants (Baillif)…
  • Population synthèse : 1975 – rue de Bretagne, (Letemplier, Lesault ,Laurier)…

 

Catégorie échanges :

  • Délibérations, conseil municipal (1922) : la pompe place des Halles…

 

Mes publications :

  • Roman historique : « Le Carrefour des Quatre Piliers »…

 

Catégorie : journal de bord :     

  • Nouveau roman : la photographie instantanée…

 

Catégorie fictions :

  • Le journal de Hyacinthe Boullard (épouse Péan) : décembre 1847…

 

Point de vue :

  • Note de lecture :  « Le rocher de Sustën »…

 

 

Nouvelle publication

Actualité de la semaine (46ème/2021)...

Comme chaque année, désormais, je publie un roman historique se déroulant en partie sur le territoire gorronnais. Il s’agit, cette fois, de l’époque révolutionnaire. Le centre de l’action se situe sur le Carrefour des Quatre Piliers (actuellement place du Général Barrabé). Vous pouvez retrouver plus de détails dans la rubrique « Mes publications » sur le blog.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2021 7 05 /12 /décembre /2021 12:10
Cimetière…

Famille DUCOIN

Charles DUCOIN

1909 – 1972

Pascaline DUCOIN

1910 - 2000

 

Il s’agit de Charles Ducoin né en 1909 à Gorron, ouvrier d’usine et son épouse Pascaline Fournier, née à Colombiers en 1910, recensés rue des Sarrazins en 1962.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2021 7 05 /12 /décembre /2021 12:05

Note de lecture

« Le rocher de Süsten – Mémoires, 1942 – 1982 » (Jean-Noël Jeannenay)

 

Je connaissais l’auteur grâce à son émission historique hebdomadaire sur France Culture. Il m’apparaissait comme érudit, au langage châtié, mais, en même temps, capable d’humour et d’auto-dérision. Insistant souvent sur le rôle de l’environnement, social notamment, dans la réussite personnelle. Je n’ai pas retrouvé ces qualités (importantes pour moi) dans son ouvrage.

Son écriture m’a paru maniérée, comme s’il suçotait constamment un délicieux bonbon. Son ambition littéraire prend souvent le pas sur ses témoignages. Les portraits, pas toujours bienveillants, oublient souvent son sens de l’humour. Et, naturellement, il joue dans ses souvenirs le plus beau rôle. Quant au milieu qu’il a fréquenté, universitaire, médiatique, souvent mondain, avec des dîners réunissant les gens qui comptent, il m’a plutôt irrité.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche