Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 12:17

 

 

Catégorie histoire locale :

  • Gorron en cartes postales : 1913
  • Un siècle d’histoire gorronnaise :  rue de Bretagne : famille Lévêque (suite)…
  • La population gorronnaise : famille Gesteau (suite)…
  • Gorron au 18e siècle : Gorron en 1700, démographie…
  • Année 1738 : janvier/juin…

 

Catégorie échanges :

  • Les annotations des registres : fiançailles…
  • Le blog a été contacté : les coiffeurs (suite)…

 

Catégorie fictions :

  • La Louve de la Thiercelinais : Les trois enfants…   

 

Catégorie Point de vue :

  • Les Temps d’Activité Périscolaires : Gorron jette l’éponge…

 

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

Vous trouverez cette semaine (35ème semaine/2017)…

Sur le cadastre ancien, ci-dessus, entre les deux croix rouges, se trouvait la rue des Poiriers. Elle correspondait à la rue de Bretagne actuelle, entre le carrefour rue de la Montée, rue de la Houssaie, rue de Bretagne actuel et le Pont de Hercé. La voie a été élargie et retracée. La croix bleue indique le croisement avec la rue Montoise actuelle. A noter que la rue Magenta n’était pas ouverte à l’époque.

 

Vous trouverez cette semaine (35ème semaine/2017)…
Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 12:12
Gorron en cartes postales…

 

Datation

 

GORRON (Mayenne) – Le Pont Neuf                     phot. Chantepie, Gorron

Le cachet de la poste pourrait correspondre à l’année 1913 ou 1915. La photo a donc été prise dans le début des années 1910. Une scène de pêche sur la Colmont, après le pont actuel (Brigadier général Weaver) côté ancienne gare. Le père, la mère et leurs deux enfants. A noter le fort courant à la sortie du pont, sur les rocher, dans le cours de la rivière.

La même scène de pêche, du même photographe, en 1910. A noter : la canne à pêche rudimentaire du pêcheur, la fourche sur l’épaule d’un spectateur et la présence de la femme sur le pont.

Chantepie, relieur-éditeur, à Gorron.

Gorron en cartes postales…
Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 12:08

Rue de Bretagne

 

Familles Lévêque/Lévesque

En admettant que les couples soient venus s’installer à Gorron juste après leur mariage, nous devrions les retrouver sur les listes de recensement à partir de 1891.

1891

Constant Durand, tanneur, son épouse Marie Lévêque et leur fils d’un an, Constant, sont bien recensés rue de Bretagne.

1896

Nous retrouvons la famille Durand avec un autre enfant, Maria et deux pensionnaires : Noël Lévêque, tanneur, le frère de Marie, et Jean Raymond, journalier.

Une autre Marie Lévêque, épouse de Jean Houtin, journalier, avec leurs enfants : Marie, Constant, Almire, Jean, Henri, sont recensés rue de Bretagne.

Joséphine Marié, vraisemblablement veuve, est aussi recensée avec ses enfants : Marie Lévêque, tonnelier et Louis Lévêque, menuisier,  rue de Bretagne.

Amand Lévêque, domestique chez Belloir (hôtel), est aussi présent sur les listes.

 

Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 11:57

 

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

 

Famille Gesteau

 

La semaine dernière, nous sommes arrivés au mariage de Jean Gesteau et Julienne Marguentin le 26 février 1748 à Gorron.

 

Jean Gesteau, veuf de Jeanne Ducin (Ducoin ?), fils de Pierre Gesteau, journalier, épouse Julienne Margantin, fille de Pierre Margantin, charpentier et d’Anne Quinton.

 

Pour l’instant, la recherche sur la famille Gesteau s’arrête à Pierre Gesteau, journalier.

 

Nous avons donc la lignée suivante : Pierre Gesteau, Jean Gesteau/Julienne Margantin, Pierre Gesteau/Suzanne Desmoulins/Françoise Gesteau/Georges Rouillard.

 

Françoise Gesteau, quand elle se marie avec Georges Rouillard a déjà un fils, Basile Gesteau, de son futur mari.

Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 11:55

 

Gorron en 1700

 

Démographie

L’année 1700 correspond à une augmentation significative de la population gorronnaise : 54 naissances pour 17 décès soit 37 Gorronnais en plus.

Les naissances s’étalent à peu près régulièrement tout au long de l’année.

Les décès (dont 3 enfants de moins d’un an) sont le plus fréquents au cours des mois d’avril/mai.

Familles

Nous nous intéresserons plus particulièrement aux nouvelles familles (mariages en 1700) et les suivront tout au long du siècle : Jean Manceau/Julienne Landelle ; François Berrier/Renée Lhuissier ; Pierre Perrier/Jeanne Gérault ; André Mottier/Anne Lepoidevin ; Guillaume Goussain/Françoise Péan.

Métiers

De la même façon, nous définirons les métiers rencontrés sur les actes et recenserons ceux qui les pratiquent.

Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 11:49

 

1738

 

Nouvelle signature

Chévrier

 

Janvier/juin

Janvier : décès : 2 ; naissances : 3.

Février : naissances : 7 ; décès (- d’1 an) : 3 ; mariages : 2 ; décès : 2.

Mars : Décès : 5 ; naissance : 1.

Avril : décès (- d’1 an) : 1 ; naissances : 5 ; décès : 3.

Mai : naissances : 4 ; décès : 4 ; mariage : 1.

Juin : décès : 2 ; naissances : 9 ; décès (- d’1 an) : 3 ; mariage : 1.

 

Familles retenues

Décès : Marie Lecourt, fille de Jean Lecourt et Perrine Courteille. 24/01/1738.

Naissance : Marie Jeanne Lambert, fille de Pierre Lambert et de Julienne Rimbault. 05/02/1738. Décédée le 20/02/1738

Naissance : Renée Quentin, fille de Pierre Quentin et Julienne Buchard. 11/02/1738. Décédée le 01/04/1738.

Naissance : Jacques Buin, fils de Jacques Buin et Marie Béchet. 13/02/1738.

Naissance : Guillaume Lebaron, fils de Guillaume Lebaron et de Perrine Manceau. 21/02/1738. Décédé le 10/06/1738.

Décès : Pierre Quinton, fils de Pierre Quinton et Marie Courteille. 02/03/1738.

Décès : Françoise Courteille, femme de François Courteille. 25.04.1738.

Naissance : Jean Boulard, fils de Etienne Boulard et de Jacqueline Lecourt. 08/06/1738. Décédé le 21/06/1738.

Naissance : Marie Julienne Rousseau, fille de Joseph Rousseau et de Jeanne Lecourt. 10/06/1738.

Naissance : François Fleury, fils de François Clément Fleury et Bertranne Lecourt. 13/06/1738.

Naissance : Françoise Courteille, fille de Joseph Courteille et Jeanne Ducoin. 19/06/1738.

 

Métiers

René Lepéculier, sieur se Surgan (laboureur).

Jean Grangeré, sieur de la Bertrais (laboureur).

Julien Gobbé (notaire royal).

Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 11:46

Annotations

 

Des fiançailles peuvent être notées dans les registres paroissiaux, vraisemblablement quand un contrat de mariage est réalisé devant notaire. L’acte est précédé de la mention « Nota ».

« Nota. Le dixième jour d’août 1723 ont été fiancés Jean Moriceau âgé de 23 ans et Renée Leray, du consentement de Jean Boisnard Me chapelier à Mayenne curateur du sieur Moriceau, attesté le 4 août 1723 par Julien Gobbé notaire royal … à Gorron et Joseph Gourdier notaire du Duché de Mayenne, et après les contrats de mariage passés par …. Gobbé le 1er jour d’août 1723. »

Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 11:43

 

Les perruquiers/coiffeurs

 

1936

Fernand Brimand, coiffeur, et son épouse Maria, rue Magenta.

Emile Taillebois et son épouse Andrée, coiffeurs, Grande Rue.

Gabriel Ether, coiffeur, employé Taillebois, rue de la Mairie.

Réné Gascon, coiffeur, employé Brimand, rue Magenta.

André Collard, coiffeur, employé Taillebois, rue Jean-Jacques Garnier.

Eugène Trolet, coiffeur, rue de la Houssaye.

Marcel Genest et son épouse Mireille, coiffeurs, Boulevard Faverie.

René Guesdon, coiffeur, la Grange.

Denise Lemeunier, coiffeuse, rue de la Houssaye.

Madeleine Poussier, rue de la Houssaye.

 

1939

Sur l’almanach de 1939, on retrouve les coiffeurs : Brimand, Trolet, Taillebois, Genest, avec un nouveau : Foucoin. Les coiffeuses pour dames sont précisées : Mmes Genest, Taillebois et Mlles Denise Lemeunier et Madeleine Poussier.

 

Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 11:39

 

Les trois enfants de Charles et de Julienne

 

La Thiercelinais était devenue une résidence importante où vivaient Charles, sa femme et leurs trois enfants. Charles signe ses papiers : Charles Gilard, sieur de la Thiercelinais. Anne habitait toujours une des tourelles, les parents de Charles l’autre. Les grands-parents, très âgés, s’éteignirent presqu’en même temps.

Dans le cimetière, on creusa deux autres tombes près de l’ancienne pierre gravée. Les ancêtres des Gilard reposaient, ensemble, et toute la famille se réunit pour inaugurer l’événement. Devant les sépultures, les trois enfants montraient déjà leur future personnalité.

L’aîné, Gilles, garçon sérieux et sage, semblait déjà avoir quelques dispositions pour les études. Sa sœur cadette, Françoise, une rousse délurée, montrait une certaine indépendance. Quant au dernier, Laurent, à l’instar de sa grand-mère, il paraissait très intéressé par tout ce qui touchait à la religion.

Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 11:30

 

Temps d’Activité Périscolaire (TAP)

 

« La commune a décidé de supprimer les TAP (…) faute d’animateurs. » Le retour à la semaine de quatre jours demandé par « la grande majorité des parents » a été refusé par les conseils d’école de l’enseignement public. « En revanche, l’école privée Saint-Michel revient à la semaine de quatre jours ». Extraits du Gorron Infos de septembre 2017.

Quel que soit l’intérêt du réaménagement du temps scolaire et de la création des TAP, le fait de s’être précipité, acceptant des bricolages (sur le moment des séquences, sur leur nature, sur leur caractère gratuit ou non…) en fonction du bon vouloir des municipalités était une erreur majeure qu’on paye aujourd’hui.

Je ne sais pas comment les élus gorronnais ont pu mesurer « la grande majorité des parents ». Je ne sais pas quelle a été l’attitude des représentants des parents aux conseils d’école. Par contre, ce que je sais, c’est, qu’une nouvelle fois, le manque de rigueur et de cohérence de l’Education Nationale (donc des ministres qui s’y succèdent) ainsi que la concurrence scolaire vont engendrer une situation absurde (des horaires de classe différents pour les enfants de Gorron).

Le moins qu’on puisse dire c’est que l’intérêt de l’élève passe au second plan. Ou la semaine de quatre jours est une bonne chose pour lui ou elle ne l’est pas mais elle ne peut pas être les deux « en même temps » !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche