Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 12:38

Vous trouverez cette semaine (36ème semaine/2017)

 

Catégorie histoire locale :

  • Gorron en cartes postales : 1916
  • Un siècle d’histoire gorronnaise :  rue de Bretagne : famille Lévêque (suite)…
  • La population gorronnaise : famille Gesteau (suite)…
  • Gorron au 18e siècle : Gorron en 1700, mariages…
  • Année 1738 : juillet/décembre…

 

Catégorie échanges :

  • Paul Lecoq : une carrière remarquable…
  • Le blog a été contacté : les coiffeurs (fin)…

 

Catégorie fictions :

  • La Louve de la Thiercelinais : La bête…     

 

Catégorie Point de vue :

  • Note de lecture : « Qu’attendent les singes ? »…

 

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

Actualité de la semaine (36ème/2017)...

La rue de Mayenne, sur le cadastre ancien, entre les deux points rouges, correspond à la rue du Pré actuelle (de la ruelle du Pissot jusqu’à la place du Général Barrabé) et à la rue de la Mairie actuelle (jusqu’au croisement entre la place de la Houssaye et la Grande rue (autrefois carrefour des Rosiers).

La place du Général Barrabé n’existait pas, pas plus que la rue Magenta ni la rue Corbeau-Paris. Il n’y avait qu’un carrefour (carrefour des quatre Piliers : point bleu) entre la rue des Palmes (Jean-Jacques Garnier actuelle) et la rue des sarrazins.

A noter, près du point bleu, le rectangle gris correspondant au porche à quatre piliers d’une auberge. D’où le nom du carrefour.

Actualité de la semaine (36ème/2017)...
Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 12:30
Gorron en cartes postales…

 

Datation

 

268. – GORRON (Mayenne). – Place du général Baradé.                              Le Guillochet.

 

Le cachet de la poste indique l’année 1916. La photo a donc été prise avant cette année. Sur les deux cartes postales, on constate que le nom du général n’est pas bien orthographié (Baradé, Barabé, au lieu de Barrabé). Les deux photos ont été prises sensiblement à la même époque (au cours de la Première Guerre mondiale). A noter la présence de la bascule avec ses quatre petits piliers, à gauche, derrière laquelle se trouve une petite cabane sur laquelle sont placardées de nombreuses affiches. Sur la seconde, le cachet indique 1917.

 

44. – GORRON (Mayenne). – Place du Général Barabé

Gorron en cartes postales…
Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 12:25

 

Rue de Bretagne

 

Familles Lévêque/Lévesque

 

Rappel : en 1896, nous avons retrouvé trois Lévêque rue de Bretagne : Marie Lévêque (épouse Durand), Marie lévêque (épouse Houtin), enfants Lévêque (de Joséphine Mariet, veuve Lévêque).

Il n’y a pas de lien familiaux directs entre ces trois familles :

Marie Lévêque, épouse Houtin est originaire de Colombiers (parents : Joseph Lévêque et jeanne Montembault).

Joséphine Mariet épouse de Charles Lévêque originaire de Colombiers (parents : François lévêque et Marguerite Meslin).

 

En 1901

Constant Durand (tanneur chez Gendron), son épouse, Marie Lévêque et leurs enfants : Constant, Maria, Clémentine et quatre pensionnaires (Pierre Fleury et son fils Pierre, Joseph Ruault, Noël Lévêque, tous tanneurs chez Gendron).

Louis Lévêque (tanneur chez Gendron), son épouse, Clémence Renard et leurs enfants : Louis et Amand.

Joséphine Mariet (journalière) et ses enfants : Louis Lévêque (menuisier chez Poirier), Constant Lévêque (tonnelier chez Gendron).

Amand Lévêque (cordonnier), son épouse Marie Collet et leurs enfants : Maria et Aurélie Lecourt (belles-filles), Marthe.

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 12:12

 

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

 

Famille Gesteau

 

 

Rappel : En suivant la lignée des Gesteau, nous rencontrons la famille Rouillard : Françoise Gesteau se marie avec Georges Rouillard. Elle a déjà un fils : Basile Gesteau.

 

Basile Gesteau, teinturier, se marie avec Marie-Louise Ruault, propriétaire, le 19/07/1831 à Gorron.

 

On retrouve cette famille, rue des Palmes, en 1846. Elle a trois enfants : Constant, Virginie, Paul.

 

A partir de cette date, nous pouvons reprendre les éléments déjà recensés dans le blog (rubrique :

un siècle d’histoire).

 

Constant Gesteau succèdera comme teinturier à son père. Son frère Paul meurt en 1870 (vraisemblablement pendant la guerre). Constant se marie avec Perrine Jeanne Lezan (Nezan), à Ernée, le 24/07/1869.En 1876, ils sont recensés avec leurs enfants : Constant et Jules, rue de la Mairie. En 1886, un troisième enfant, Gabriel, est recensé.

 

Jules deviendra pharmacien. Constant succèdera à son père en 1901.

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 12:07

 

Gorron en 1700

 

Suivi des familles (mariages en 1700)

 

Famille Jean Manceau/Julienne Landelle

Leur mariage a eu lieu à Gorron le jeudi 7 janvier 1700 en présence des parents de Jean Manceau (Pierre manceau / Marie Charlot) et de ceux de Julienne Landelle (Julien Landelle / Gillette Trouillet). Nous n’avons pas d’élément concernant le mariage des parents Manceau et Landelle.

Jean Manceau est né à Gorron le 11 janvier 1676. Son père était marchand. Ses parrain et marraine Pierre Galesne et Claude Gobbé appartiennent à des familles apparemment aisées de la paroisse de Gorron. Nous n’avons pas retrouvé l’acte de naissance de Julienne Landelle à Gorron.

 

Famille Jean Feuillet / Renée Largerie

Le mariage a eu lieu le 23 (?) juin 1700 à Gorron. Il n’y a pas d’indication sur la présence des parents. Nous n’avons pas d’information sur la naissance des époux.

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 12:01

1738

 

Juillet/décembre

Juillet : naissances : 5 ; décès (- d’1 an) : 1 ; mariage : 1 ; décès : 1.

Août : naissances : 11 ; mariage : 1 ; décès : 1.

Septembre : naissances : 5 ; décès (- d’1 an) : 1 ; décès : 2.

Octobre : décès (- d’1 an) : 3 ; décès : 2.

Novembre : naissances : 3 ; décès : 5 ; décès (- d’1 an) : 1.

Décembre : décès : 2 ; naissances : 5 ; décès (- d’1 an) : 1.

 

Familles retenues

Naissance : Marie Ruault, fille de François Ruault et d’Ambroise Oger. 04/08/1738.

Mariage : René Seigneur et Françoise Gesteau. 24/07/1738.

Naissance : François Letissier, fils de Gilles Letissier et de Jeanne Quentin. 11/09/1738. Décédé le 26/10/1738.

Naissance Marie Filliatre, fille de François Fillatre et de Renée Quentin. 21/09/1728.

Naissance : Guillaume Ernault, fils de Guillaume Ernault et de Marie Péan. 11/11/1738.

Naissance de Jeanne Rousseau, fille de Jean Rousseau et de Françoise Meslin. 26/12/1738.

 

Métiers

Hôte : Jean Dutertre.

Greffier : François Péan

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 11:56

 

Paul Lecoq, agrégé de lettres classiques, inspecteur général de l’Education Nationale

 

Nous reprenons ici un article consacré à un Gorronnais dont la carrière fut remarquable. Préfacier du livre de Michel Béchet « L’ATTENTE – Overlord », ce dernier tenait à lui rendre un hommage bien justifié. La carrière de Paul Lecoq a été retracée dans cet article paru dans le Courrier de la Mayenne qui annonçait son inhumation à Gorron le 04 août 2016.

Paul Lecoq est né à Gorron le 24/01/1926. Nous le retrouvons sur les listes de recensement de 1936, avec sa mère Marie, ferblantier (veuve, son père est mort en 1931) et sa sœur Jeanne, rue de Bretagne.

La famille n’est pas présente sur les listes de 1921. Elle s’est donc vraisemblablement installée à Gorron entre 1921 et 1925. Dans l’article, il est précisé : « Fils d’un chaudronnier-quincailler qui commençait à monter sa petite entreprise à Gorron (8 ouvriers) ».

Cette famille est peut-être originaire d’Ambrières ou la « grand-mère maternelle avait tenu l’épicerie ».

Illustration : la tombe de Paul Lecoq au cimetière de Gorron.

A suivre...

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 11:47

 

Les perruquiers/coiffeurs

 

Conclusions

 

Nous avons recensé les activités autour des cheveux à Gorron pendant un siècle. Ces activités correspondent à différents métiers même si, au cours des années, les dénominations peuvent être conservées alors que l’activité elle-même a changé :

Perruquier : un artisan fabricant de perruque qui est aussi coiffeur et barbier.

Coupeur de cheveux : un artisan, souvent ambulant, qui achetait et revendait les cheveux des femmes pour la fabrication de perruques (*).

Coiffeur : un artisan assurant la coupe des cheveux et de la barbe.

Les artisans Gorronnais par ordre d’apparition chronologique : Marie Rondeau (Grande Rue) ; Anatole Richet (Marché au Chanvre – place de la Houssaye) ; Joseph Leretrif (rue de Mayenne – rue du Pré) ; Abel Richet (rue des Rosiers – rue de la Mairie) ; Pierre Maillet (rue Magenta) ; Emmanuel Pouteau (*) (rue Magenta) ; Louis Thiboult (Grande Rue) ; Eugène Lesaint (Rue Magenta) ; Jean Brimand (rue du Collège – rue Brochard-Brault) ; Henri Lesaint (rue Magenta).

A partir des années 1930, les coiffeurs se différencient (pour dames et pour messieurs) et se multiplient : Fernand Brimand (rue Magenta) ; Emile Taillebois (Grande Rue) ; Eugène Trolet (rue de la Houssaye) ; Marcel Genest (boulevard Faverie) ; René Guesdon (la Grange) ; Denise Lemeunier (rue de la Houssaye) ; Madeleine Poussier (rue de la Houssaye).

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 11:42

 

La « bête » …

 

Depuis plusieurs mois, alors que les attaques de loups contre des humains avaient pratiquement disparu, on enregistre un nombre impressionnant de victimes, enfants comme adultes. Des battues sont organisées. Quelques loups sont tués. Mais ils ne ressemblent pas à celui qui est décrit par les rescapés de ces attaques.

Des descriptions, toutes plus fantaisistes les unes que les autres, sont faites d’un animal d’une taille nettement supérieure à celle d’un loup, avec une gueule gigantesque, et des yeux jaunes, lançant des flammes.

La traque amène les chasseurs dans les environs de la Thiercelinais. Tous les pièges, jusqu’au poison, sont utilisés. Françoise, qui s’était familiarisée avec la louve aux yeux jaunes, tente de la sauver…

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 11:34

Note de lecture

 

« Qu’attendent les singes ? » (Yasmina Khadra)

 

Un auteur « classique » qui, en même temps, écrit des romans policiers. Cela permet de donner une consistance à ce genre, notamment quand il est question de l’Algérie avec ses dysfonctionnements politiques, sa corruption, sa misère aussi parfois.

L’histoire elle-même, avec sa série de meurtres est, par moments, un peu invraisemblable. Les personnages, parfois, caricaturaux. Mais c’est le genre qui veut peut-être cela.

Je voulais voir ce que cet auteur que je connaissais par ailleurs pouvait produire dans ce genre de littérature. Je n’ai pas été déçu. Pas non plus très enthousiasmé. L’expérience ne se reproduira pas.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche