Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 11:44

Note de lecture

« Les raisins de la colère » (John Steinbeck)

 

Relire ce monument de la littérature remet à sa place la littérature actuelle. Le journal de Steinbeck (voir semaine dernière) tenu lors de l’écriture de ce roman parle d’une discipline rigoureuse pour un travail journalier. On imagine la place qu’a pu occuper la famille Joad dans le vie réelle de l’auteur.

Très vite, il nous plonge dans cette Amérique miséreuse jetée sur les routes à la recherche de travail. On accompagne cette famille et ses membres nous deviennent familiers. Chaque personnage sonne juste. De nombreux dialogues, écrits dans la langue populaire de l’époque, font la force de cet ouvrage. Les chapitres intercalaires, au regard plus large, plus général, resituent bien l’époque.

Toute la littérature n’est pas contenue dans ce livre mais cette forme est trop souvent oubliée aujourd’hui. Cela ne remet pas en cause les modes actuelles qui ont aussi leur intérêt. Mais encore faudrait-il que chaque auteur s’impose une rigueur et un travail comme a pu le faire Steinbeick.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 12:11

Vous trouverez cette semaine (41ème semaine/2019)

 

 

Catégorie histoire locale :

  • Promenade gorronnaise : le cimetière, les plus anciennes tombes : famille Julien/Lalande/Daniel…
  • Un siècle d’histoire gorronnaise : rue Magenta, lignée Cornu…
  • La population gorronnaise : démographie : 1783 (2)…
  • Les métiers à Gorron : épiciers (1926)…
  • Population synthèse : Récapitulatif…
  • Recensement métiers : Pierre Berrier hoste…

 

Catégorie échanges :

  • Vente de la tannerie Gendron : le corroyage……

 

Catégorie fictions :

  • Le journal de Renée Largerie :

               

Point de vue :

  • Note de lecture : « jours de travail »

 

 

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

Actualité de la semaine (41ème/2019)...

Epiceries

 

Un grand nombre d’épiciers, épicières, sont recensés dans l’almanach de 1939. Nous essaierons de retrouver certaines de ces boutiques sur les cartes postales anciennes en lien avec l’étude sur les épiceries (voir rubrique sur le blog : « les métiers à Gorron ».

 

Marie Labbé/Lepéculier, épicière, son époux Joseph Labbé, secrétaire de mairie, rue du Bignon en 1936.

Actualité de la semaine (41ème/2019)...
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 12:09
Le cimetière… 

Les plus anciennes tombes

Famille : Julien/Lalande/Daniel

 

Mme Daniel née Louise julien     1858 – 1916

Il s’agit de Louise Julien, née à Gorron le 30 juillet 1858, fille de Charles Julien et d’Elisa Lalande.

 

Mr Charles Daniel            1856 - 1919

Il s’agit de Charles Daniel, docteur médecin, habitant Saint-Denis-de-Gastines, originaire d’Alexain, né le 26 novembre 1854.

 

Ils se sont mariés le 06 octobre 1884 à Gorron.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 12:07

Rue Magenta, rue Corbeau-Paris

Lignée Cornu

 

1906

Constance Cornu, couturière, née à Colombiers en 1841, épouse de Basile Boulay, journalier.

Marie Cornu, domestique, née en 1884 à Brecé.

Monique Cornu, débitante, née à Couesmes en 1856, épouse de Victor Poirier, journalier, et Eugène, Cornu beau-père né à Couesme en 1821.

 

Constance Cornu se marie avec Basile Boulay à Brecé le 20 avril 1879. Elle est née à Colombiers et est la fille de Marin Cornu et Jeanne Fauveau.

Monique Cornu se marie avec Victor Poirier à Gorron le 15 avril 1901. Elle est la fille d’Eugène Cornu et de Monique Flippot.

Marie Cornu est la fille de Jean-Baptiste Cornu et de Victorine Galopin.

 

A notre connaissance, les Cornu recensés en 1906 n’ont pas de lien familiaux directs, pas plus qu’ils n’en aient avec les Cornu de 1861.

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 12:05

Démographie

1783

 

Juillet : naissances : 3 ; décès (- d’1 an) : 2 ; décès : 2 ; mariage : 1.

Août : décès : 6 ; naissances : 4 ; décès (- d’1 an) : 3.

Septembre : décès : 9 ; décès (- d’1 an) : 1 ; naissances : 5.

Octobre : naissances : 5 ; décès (- d’1 an) : 3 ; mariage : 1 ; décès : 16.

Novembre : décès (- d’1 an) : 2 ; décès : 21 ; naissances : 5.

Décembre : décès : 11 ; naissances : 6.

 

A noter : au cours du mois de novembre, les décès sont précisés par contagion.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 12:03

Les épiciers, épicières

1926

 

Marie Lefeuvre, épicière, son époux Albert Oger, commerçant, Grande Rue.

Louis Moreau, épicier, son épouse Eugénie Barbier, rue de la Mairie.

Maria Fouilleul, épicerie faïence, son époux Albert Chevalier, représentant, rue de la Mairie.

Joséphine Vaugeois née Bourgault, rue Corbeau-Paris.

Eusèbe Gautier, épicier, son épouse Julienne Leroy, route de Brecé.

Constance Hamon, son époux Jean-Baptiste Pellouin, ouvrier chaussures, rue Jean-Jacques Garnier.

Alice Delangle, son époux Marcel Paturel, charron, rue Jean-Jacques Garnier.

Marie Belliard (née Goussin), rue Jean-Jacques Garnier.

Léonie Péan, rue de Bretagne.

Jean-Marie Quinton, épicier, son épouse Louise Leroy (Leray ?), rue de la Houssaye.

Marie Labbé (née Lepéculier), épicière, son époux Joseph Labbé, garde champêtre, rue du Bignon.

 

Non présents en 1921

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 11:59

 

Famille Rouillard/Milard

 

Conclusion

La lignée Rouillard/Milard est présente à Gorron au moins depuis 1724 jusqu’au moins 1936, soit au moins 212 ans. Sa situation sociale est restée stable pendant plus de deux siècles : une classe moyenne d’artisans (charpentier, menuisier, cordonnier…). Avec une fonction originale : tambour de ville. Le tambour de ville criait les informations municipales aux villageois appelés grâce au tambour.

 

Synthèse : récapitulatif

Nom

1er acte

Patronymes

Nom

Dernier acte

Blog

François COURTEILLE

1697

Courteille ; Auger ; Gendron ; Robert

Louis Robert

1899

11/11/2018

Louis ERNAULT

1707

Ernault ; Le Guillochet

Benoni Le Guillochet

1894

10/12/2018

Julien BECHET

1719

Béchet ; Baillif

Michel Baillif

1871

13/01/2019

Jean GESLIN

1688

Geslin ; Bouillon ; Lepage ; Douillet/

Basile Douillet

1882

10/02/2019

François COLLIN

1691

Collin ; Boittin ; Delangle

Auguste Delangle

1898

17/03/2019

Julien ROUILLARD

1729

Rouillard ; Duchenay ; Crouillebois ; Dibout

Constant Dibout

1902

05/04/2019

Jean GESTEAU

1748

Gesteau

Georges Gesteau

1900

21/04/2019

Pierre LAMBERT

1747

Lambert ; Normandière

Constant Normandière

1889

27/05/2019

Claude GODEAU

1744

Godeau ; Meslin

Constant Meslin

1895

25/06/2019

Julien ROUILLARD

1724

Rouillard ; Milard

François Milard

1875

06/09/2019

Population synthèse...
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 11:57

La population gorronnaise…

Aubergistes/Hostes/Maîtres d’hôtel, hôteliers

 

Au 20e siècle, les aubergistes sont souvent classés avec les cafetiers, débitants…

Dans les différentes listes, on ne repère pas de patronyme commun aux différentes époques.

 

Pierre Berrier tient l’auberge des Quatre Piliers vers le milieu du 18e siècle. Nous avons déjà retrouvé les propriétaires ou les locataires de cette auberge (voir les différents articles sur le blog – taper auberge des Quatre Piliers dans la fenêtre « recherche » du blog).

Nous allons essayer de retrouver ce Pierre Berrier.

Pierre Berrier marié le 11/02/1754 à Marie Heuveline.

Pierre Berrier marié le 17/11/1777 à Françoise Legros (fille d’un boulanger).

 

Le premier est effectivement hoste, veuf de Marie Boullard.

Le second est son fils, marchand de fil.

 

Nous avons suivi cette lignée depuis 1700, date du mariage de Pierre Berrier et Jeanne Gérault et nous avons perdu leur trace au début du 19e siècle (voir sur le blog). 

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 11:52
Le travail de la rivière (état actuel)

Le travail de la rivière (état actuel)

 

La vente de la tannerie Gendron

Le ruisseau

Deuxième lot

Un bâtiment en bordure de la route de Gorron à Fougères (…) il est construit en pierres et bois, couvert en ardoises et comprend : un rez-de-chaussée servant d’habitation et deux étages pour séchoirs dans lesquels on trouve des marbres pour corroierie.

Le  corroyage consiste à assouplir les peaux (devenue du cuir) et plus globalement préparées pour les divers usages auxquelles elles sont destinées.

Les bâtiments de la tannerie couvraient donc un large espace entre la rue de Bretagne, la rue d’Ernée et la rue de Fougères actuelles.

Une cuve

Une cuve

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 11:49

Le journal de Renée Boullard

Dimanche 1er janvier 1736

 

Maman est morte la veille de Noël 1735. Lors de mon mariage avec Jean Berrier, en avril, elle était déjà très faible. Mais je n’imaginais pas une issue aussi rapide. C’est mon père qui m’a transmis son journal. Il l’a à peine regardé. Pour lui, ces confidences étaient réservées aux femmes. J’en suis ravie. J’ai passé la fin de l’année à lire ce document.

Une écriture de qualité, une intelligence et une culture que je n’imaginais pas. Maman a toujours été très discrète. Je la découvre dans ces lignes et je suis admirative. Une lucidité, un intérêt pour tout ce qui se passait autour d’elle, de notre ville jusqu’à Paris. Je ne sais pas si je serai à la hauteur mais je vais essayer de continuer son œuvre. Mon frère, qui fait ses études à l’université parisienne, pourra me donner des informations sur l’actualité de notre pays.

Je n’ai rien dit de mon projet à mon mari. Jean est très gentil et très prévenant mais sa préoccupation principale est son commerce. Il vend des toiles. Notre boutique est située Grand Rue à Gorron. Nous habitons au premier étage. A l’arrière de la maison il y a un grand entrepôt qui donne sur l’église. Jean a plusieurs employés. Je n’aurai pas à m’occuper de ce commerce. J’ai moi-même une domestique pour tenir la maison. Je devrais trouver le temps d’écrire, ce qui n’est pas une activité familière chez moi.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche