Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 17:02

Vous trouverez cette semaine (26ème semaine/2017) 

 

Catégorie histoire locale :

  • Gorron en cartes postales : 1911
  • Un siècle d’histoire gorronnaise :  rue de Bretagne : famille Liger (suite)…
  • La population gorronnaise : familles Béchet et Bichet…
  • Histoire du canton : Vieuvy…
  • Année 1743 : juillet/décembre…

 

Catégorie échanges :

  • Le blog a été contacté : famille Goussin (fin)…
  • Le blog a été contacté : famille Garnier (suite)…

 

Catégorie fictions :

  • La Louve de la Thiercelinais : l’aventure de Pierre…        

 

Catégorie Point de vue :

  • Conseil municipal (18 mai 2017) : Aménagement de la place de la Houssaie…

 

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

 

Actualité de la semaine (26ème 2017)...

Nous poursuivons la recherche de l’emplacement des puits sur le cadastre napoléonien. Celui, entouré de rouge, ci-dessus, se situait entre le haut de la rue des Palmes (actuelle rue Jean-Jacques-Garnier) et la rue de Mayenne (actuel bas de la rue de la Mairie). Par la suite, entre les deux rues, a été ouverte la rue Magenta qui a pu passer sur ce puits.

Illustrations : extrait du cadastre napoléonien (1832) ; plan actuel de Gorron avec la rue Magenta en rose ; carte postale où l’on voit le croisement entre la rue Magenta et la rue Jean-Jacques Garnier là où devait se trouver le puits.

 

Actualité de la semaine (26ème 2017)...
Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:52
Gorron en cartes postales…

 

Datation

 

Avant 1918

 

18 – Gorron (Mayenne)                              Les Bords de la Colmont et l’Eglise        

Le cachet de la poste est très net. La carte postale a été postée le 7 mars 1918 à Gorron à 20 h 15. On distingue à peine l’église sur la droite de la photo.

Il n’y a pas d’éditeur mentionné pour la première. Etant donné l’intitulé des cartes on peut cependant penser qu’elles ont été prises par le même photographe et qu’elles datent de la même époque.

Il est difficile de situer les deux prises de vue. Les parties de la Colmont figurant sur les cartes postales pourraient se trouver au niveau de l’ancien plan d’eau.

14 – GORRON (Mayenne)           Les Bords de la Colmont              J. Sorel, éditeur, Rennes

Gorron en cartes postales…
Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:50

 

Rue de Bretagne

 

Famille Liger

Rappel : nous suivons la famille Liger, carrossiers rue de Bretagne, dont on voit la boutique sur les cartes postales anciennes.

1906

Victor Liger, carrossier, sa femme Eugénie Simon et leur fils Eugène (une quinzaine d’années). Rue de Bretagne.

1921

Le fils, Eugène, n’est plus recensé à Gorron. Ses parents sont toujours rue de Bretagne.

En 1936, la famille Liger, carrossiers, a disparu des listes de recensement de Gorron. Une autre famille Liger est présente dont le chef est Marie Liger, veuve, originaire de Colombiers. Elle est recensée avec ses filles Marie-Louise (née à Ernée) et Marguerite, son fils, Roger et sa petite-fille, Georgette.

Il n’y a vraisemblablement pas de lien direct entre cette famille et la lignée des carrossiers.

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:47

 

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

 

Les familles Béchet, Bichet au 20e siècle.

 

Rappel : en 1906, François Chantepie (lignée des Béchet), charpentier, et Théotiste Fauvel, cafetière (lignée des Bichet), habitent rue du Pré avec leurs enfants : Maria, blanchisseuse, Angèle, modiste, Constance, lingère.

 

Les listes de recensement de 1921 et 1936 à notre disposition ne donnent pas les noms de jeunes filles des épouses. Aucun prénom (Maria, Angèle, Constance) avec l’année de naissance correspondante n’a pu être retrouvé.

 

Nous avons donc, en conclusion, deux lignées qui s’arrêtent au 20e siècle :

  1. François Quentin/Jeanne Fontaine (1728) ; François Quentin, cordonnier/ Marie Langlais (1764) ; Marie Quentin/René Béchet (1800) ; Victoire Béchet, /François Chantepie, charpentier (1835) ; François Chantepie, charpentier/ Théotiste Fauvel, cafetière, rue du Pré (1883).
  2. René Bichet, garçon filassier/ Jeanne Daligault (1820) ; Joséphine Bichet/Etienne Fauvel (1858) ; Théotiste Fauvel, cafetière/François Chantepie, rue du Pré (1883).

 

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:44

 

Vieuvy

 

Il n’y a pas de vestige préhistorique sur le territoire de la commune.

Dans les archives écrites, il est fait était du lieu en 834. En 840, Saint-Aldric y fonda un établissement agricole.

On peut noter la présence d’un vieux chemin (voie romaine ?) qui devient un chemin montais (montois – vers le Mont Saint-Michel) signalé au 12e siècle.

Vieuvy aurait été une agglomération beaucoup plus importante détruite en grande partie au cours de la guerre de cent ans (14e / 15e siècles). On retrouverait dans l’église actuelle certains éléments ayant appartenu à l’ancienne église.

Le premier curé notifié dans le dictionnaire de l’Abbé Angot est Elardin de la Coupelle en 1560.

Parmi les premiers seigneurs possédant les terres de la paroisse, on peut noter Louis de la Vairie, seigneur de la Serrerie et Antoine des Vaux, seigneur de Vaudemusson en 1598. La famille des Vaux, bien connue dans le futur canton, est citée à plusieurs époques. Il est fait aussi état d’un Jacques de Vieuvy en 1243.

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:42

1743

Juillet/décembre

Juillet : naissances : 2 ; décès : 1 ; mariage : 1.

Août : naissances : 7 ; décès (- d’un an) : 1 ; décès : 8.

Septembre : décès (- d’un an) : 2 ; décès : 3.

Octobre : naissance : 1 ; décès : 2.

Novembre : naissances : 11 ; mariages : 2 ; décès : 2 : décès (- d’un an) : 1.

Décembre : naissances : 3 ; décès : 4 ; naissances : 2 : décès (- d’un an) : 1

 

Métiers

Jean-François Fleury, notaire royal, époux de Jeanne Galesne.

Julienne Derenne : sage-femme.

Tixier (tisserand ?), maréchal, meunier, tailleur.

 

Familles retenues

Décès : Julien Boittin, laboureur. 04/08/1743.

Décès : Jeanne Quentin (parents : Julien Quentin et Marie Leray). 15/08/1743

Décès : Marie Ruault (parents : François Ruault, meunier, et Ambroise Oger). 26/08/1743.

Décès : Renée Ruault (parents : idem). 19/09/1743.

Naissance : Marie Anna Le Court (parents : François Le Court, marchand de draps et Perrine Colenge (Coulange ?). 29/11/1743.

Décès : Anne Garnier (parents : Guillaume Garnier, sieur de Grappé et  Marie Magdelene Galesne). 14/12/1743.

Décès : François Ernault, laboureur à la Pommeray. 20/12/1743.

Naissance : René Ernault (parents : François Ernault et Jeanne Gérault). 23/12/1743.

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:34

Famille Garnier

 

La rubrique « contacts » du blog réserve parfois de bonnes surprises. Nous avions déjà été contactés par une descendante de la famille Garnier qui nous a écrit :

« Je consulte depuis peu votre blog et j'ai été particulièrement intéressée par l'étude que vous avez faite sur les familles de maçons de la rue Jean-Jacques Garnier aux 19e et 20e siècles.

Mon arrière-grand père Louis Garnier qui a d'abord habité la Butte St Laurent avec son père Pierre Garnier, maçon, sa mère Marthe Caillère, fileuse, et ses sœurs, s'installe rue JJ Garnier après son mariage en 1865 avec Marie Morisset, originaire de Colombiers.

Vers 1890 il est conseiller municipal de Gorron, le maire étant Pierre Gendron, tanneur.

Il a 3 enfants : Louis Isidore, Marie et Constant (mon grand-père).

Louis Isidore est lui aussi "maître maçon" et il habite d'abord rue JJ Garnier (recensements de 1906 et 1911) mais en 1917 il demeure rue du Pré (acte de décès de sa fille Ernestine). En 1921 il est meunier à Gorron, en 1926 il s'installe avec sa famille au moulin de la Courbe à Oisseau.

Eugénie Garnier, une des sœurs de Louis, a épousé Jean Landais, maçon. Veuve en 1879, elle habite rue JJ Garnier avec son fils Louis, ouvrier maçon chez Garnier. Son fils aîné Victor, maçon, habite la même rue avec sa famille. »

Non seulement ces informations nous permettent de compléter les articles précédents mais, en plus elles nous fournissent la photo de Louis Garnier (1837/1903) et de Marie Morisset (1846/1918), les arrière-grands-parents de Monique Garnier.

Un problème technique nous empêche de poster la photo.

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:15
Le Blog a été contacté…

Famille Goussin

 

« Notre grand-mère Madeleine Goussin, fille d'Eugène, était très attachée à Gorron et nous a maintes fois fait le récit des activités familiales et de son enfance et adolescence à Gorron. »

 

« Nous possédons la même photo et au dernier rang, 3ème en partant de la gauche, il s'agit de Madeleine Goussin, notre grand-mère. »

 

Pour clore cette série d’articles, nous allons résumer le passage de la famille Goussin à Gorron jusqu’à Madeleine évoquée par les membres de la famille.

Jean Baptiste Goussin/Marie Félicité Fleury se marient le 20 mai 1862 à Vaucé. Ils s’installent à Gorron et on les retrouve, marchands de lin et de nouveautés, au recensement de 1872, rue de Bretagne.

Leur fils, Eugène Goussin se marie avec Blanche Bel. En 1906, ils sont recensés comme marchands tailleurs, rue de Bretagne.

Remarié avec Denise Goussin, nous retrouvons Eugène Goussin (industriel) et sa fille Madeleine, à la Brimandière en 1921 puis ils habiteront rue du Bignon.

 

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:13

 

L’aventure de Pierre.

 

Après l’épisode de la chasse au loup dans le taillis, un conflit éclate entre François et son fils Pierre. Celui-ci décide alors de quitter la Thiercelinais et de s’embarquer vers les Antilles. Il découvre la traite négrière, le travail dans les plantations, notamment dans celles de cacaoyers.

Après trois années passées dans les îles, Pierre revient à la Thiercelianis avec une compagne amérindienne. Les différentes activités se sont développées dans le domaine, en particulier dans la fabrication et le commerce des toiles.

Pierre y ajoutera la fabrication du chocolat, une denrée nouvelle réservée aux familles les plus aisées mais que le couple, Pierre et Kalina, vendra à bon marché sur la paroisse. La jeune amérindienne développera aussi la vente de plantes médicinales.

Jusqu’au jour où une épidémie restreinte d’une forme de peste frappera la ville et ses environs. Les pouvoirs supposés de Kalina entraînèrent un nouveau drame qui frappera durement les Gilard.

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 16:08

Conseil municipal : 18 mai 2017.

 

Aménagement place de la Houssaie.

Quand il s’agit d’établir des priorités, il est difficile de contenter tout le monde. Soit. La place de la Houssaie (Houssaye), très ancienne place gorronnaise, a vu, dernièrement, l’implantation de containeurs enterrés, la coupe des arbres. Il s’agit maintenant de déplacer le kiosque. Pourquoi pas ? Ce qui me dérange c’est la priorité approuvée par le conseil, à l’unanimité, comme souvent : « un maximum de places de stationnement sur le site ». Qu’il manque de places de stationnement sur la ville, c’est possible. Mais qu’aucune voix n’ait pu évoquer la beauté du lieu comme autre principe à discuter me désole.

 

Temps d’Activités Périscolaire.

Harmoniser le dispositif entre les deux écoles publiques est une bonne chose. Je déplore cependant, ce qui n’a rien à voir avec la municipalité, le choix laissé aux communes par le pouvoir actuel. Sans aucune évaluation sérieuse, on revient sur un dispositif à peine installé. Le principe d’égalité est à nouveau bafoué entre les communes (il l’était déjà un peu car les TAP dépendaient des possibilités, ou de la bonne volonté, des municipalités). Sans compter l’originalité française qui entretient deux services d’enseignement concurrentiels. Que fera l’enseignement privé confessionnel à Gorron ?

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche