Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2022 5 28 /10 /octobre /2022 11:00

Note de lecture

« Corps et âme » (Franck Conroy)

 

Un beau roman sur la vie d’un enfant prodige. Musicien de génie, fils naturel d’une femme chauffeur de taxi. On le voit évoluer d’un milieu pauvre jusqu’à la haute bourgeoisie grâce à la musique. L’auteur nous donne un panorama de la société américaine, plus précisément à New-York. Des personnages typiques, du professeur de piano, homme remarquable hanté par un drame vécu au cœur de la Seconde Guerre mondiale, au grand bourgeois abuseur d’enfant, en passant par toute une série de portraits finement analysés au niveau psychologique.

Le talent de l’auteur permet au lecteur non spécialiste de la musique de prendre plaisir à la lecture des passages plus techniques. Quant à la place du don, de la passion, dans la structuration de la personnalité du héros, elle est remarquablement analysée.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2022 4 27 /10 /octobre /2022 10:37

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

Clémenceau

 

Décembre 1888

 

Le général Boulanger est élu triomphalement à une élection législative partielle. Beaucoup souhaiteraient le voir prendre le pouvoir et diriger la France comme avaient pu le faire les empereurs Napoléon 1er et Napoléon III. Mon mari souhaite son arrivée à la tête de l’Etat. En ce qui me concerne, même si je ne m’y connais pas beaucoup en politique, je préfèrerais garder la République. Ce régime me semble plus soucieux des droits de l’Homme. Une société des droits de l’homme et du citoyen vient d’être créée, notamment par Clémenceau. Je ne suis donc pas la seule à m’inquiéter.

L’évêque Lemaréchal vient déjà d’être remplacé par Monseigneur Bourgaut. Apparemment, notre curé semble plutôt satisfait même s’il ne s’était jamais permis de faire des remarques sur son supérieur.

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2022 3 26 /10 /octobre /2022 12:23

Les souterrains gorronnais

L’artisanat des monastères

 

La vie des moines était consacrée à la prière mais aussi au travail. Les produits de ce travail permettaient une vie pratiquement en autarcie mais pouvaient aussi être vendus, ce qui améliorait le quotidien de la communauté. Le plus souvent, il s’agissait de nourriture et de boisson. Mais les moines pouvaient aussi pratiquer un petit artisanat. Un des exemples le plus connu est celui de l’invention du champagne par un moine bénédictin, Dom Pierre Pérignon de l’abbaye de Hautvillers près d’Epernay. Même si cette histoire peut être une légende.

Dans le roman, après l’arrestation du baron, le prieuré a perdu une partie de ses ressources. La petite communauté est alors à la recherche de finances. Ce sont les abeilles avec la cire et le miel qui leur permettront de pratiquer un petit commerce. Hyacinthe ira, chaque mercredi, vendre leur production sur la marché place des Halles.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2022 2 25 /10 /octobre /2022 16:32

Depuis de nombreux mois, déjà, je me suis intéressé au cimetière de Gorron : les plus anciennes tombes, les différents modèles, les familles les plus anciennes, les tombes devant être relevées… Pour clore cette séquence, j’ai recensé les éléments personnalisant les défunts en dehors des inscriptions.

 

Une guitare, une moto… Malheureusement, on doit avoir affaire à un défunt relativement jeune, même si on peut aimer la guitare et le vélo à tout âge.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2022 1 24 /10 /octobre /2022 12:37
Les métiers à Gorron…

Les métiers à Gorron…

 

Dans le cadre de la préparation de l’exposition de l’association « Conservation du patrimoine gorronnais », je reprends le document de Joseph Lecomte qui donne les numéros des immeubles dans lesquels se trouvaient des débits de boisson et le compare à ma propre recherche relevant ces mêmes débits de boisson dans les recensements de la population gorronnaise depuis 1846 jusqu’à 1936.

 

Les débits de boisson au 20e siècle (à partir du document « La Belle Epoque… des cafés à Gorron » de Joseph Lecomte)

 

Rue Corbeau-Paris

 

N°1. Café Rossignol.

 

En 1906, on retrouve Aimable Rossignol (né en 1842 à Gorron), débitant, son épouse, Maria Castel, et leur fille Maria (née en 1873 à Gorron),  recensés rue de Normandie, ce qui peut correspondre à cet établissement à l’angle de la rue de Normandie et de la rue Magenta à l’époque (devenue en partie rue Corbeau-Paris par la suite).

En 1921, Maria Rossignol est recensée comme épicière avec sa mère, sans profession, rue Corbeau-Paris.

 

 

 

Les métiers à Gorron…
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2022 6 22 /10 /octobre /2022 10:17

A partir des signataires des documents prérévolutionnaires ( Questionnaire de l’assemblée provinciales du Maine, Cahiers de doléances) j’essaie de retrouver des descendants gorronnais à ces signataires.

 

Familles influentes lors de la Révolution

Descendants famille Grangeré

 

Jean Grangeré, laboureur ( vraisemblablement) marié à Julienne Seigneur, fils de Jean Grangeré et de Julienne Quentin.

 

1846

 

Louis Grangeré, 31 ans, laboureur, à Surgan, marié à Catherine Cruchet le 29/04/1839 à Brecé. Louis Grangeré est originaire de Couesme, fils de Michel Grangeré et Jeanne Godeau. Il n’y a pas de lien  familial direct avec Jean Grangeré er Julienne Quentin.

Jean Grangeré, 37 ans, laboureur au Colombier, marié à Louise Lecrosnier le 13/11/1838 à Gorron.

 

A suivre…

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 12:48

A partir du recensement de la population de 1975, en ne retenant que les adultes natifs de Gorron, j’essaie de retrouver les plus anciennes familles gorronnaises. On s’aperçoit assez vite que la population est sans doute beaucoup plus mobile qu’on ne pourrait le penser dans les siècles passés.

 

1975

 

Ménages collectifs – hospice de Gorron.

Louis Penloup né le 05/07/04.

En 1936, cordier, il est domicilié rue Corbeau-Paris avec sa femme Hélène.

Louis Penloup est le fils de Louis Penloup, originaire Saint-Aubin (né en 1876) et de  Marie Charlot, originaire de Gorron, (née en 1877).

Les parents se sont mariés le 19/10/1902 à Gorron.

1ère génération

Louis Penloup

Cordier

Hélène

 

Rue Corbeau-Paris

1936

2ème  génération

Louis Penloup

Cordier

Marie Charlot

 

Rue Corbeau-Paris

1921

 

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2022 4 20 /10 /octobre /2022 11:33
D’HIER ET D’AUJOURD’HUI...

A partir du recensement de la population gorronnaise de 1962 et une collection de reproduction de cartes postales anciennes j’essaie de retrouver les immeubles sur les cartes postales et leurs occupants en 1962

 

Recensement de 1962

 

Rue et place de la Houssaye

 

N° 5 : Constant Mottier, peintre en bâtiment, son épouse Simone Daboux et leurs enfants : Serge et Jacqueline.

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI...
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2022 3 19 /10 /octobre /2022 10:45

 

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale annuelle…

 

Le journal de Marie Constance Péan (épouse Charles Boullard)

le général Boulanger

Décembre 1887

 

La nomination d’un nouvel évêque est toujours un événement dans nos paroisses. Il s’agit de Monseigneur Lemaréchal. Les prêtres sont un peu inquiets quand arrive ce nouveau supérieur tout puissant. Par contre, en ce qui concerne M. le Marchant, qui est à nouveau conseiller d’arrondissement, il n’y a pas d’inquiétude. Chacun connait ses compétences et son dévouement. Il serait décrit par les autorités officielles comme « connaissant très bien son affaire ».

La République est mise à mal. Le Président Jules Grévy est poussé à la démission. Son gendre, Daniel Wilson, aurait demandé de l’argent pour l’obtention de médailles officielles. On parle de plus en plus du général Boulanger pour diriger la France, ce qui mettrait en danger la République.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2022 2 18 /10 /octobre /2022 11:58

Gilles de Rais

Un des compagnons de guerre de Jeanne d’Arc, maréchal de France. De retour de la guerre, il est accusé de dilapider la fortune familiale. Plus gravement, on l’accuse aussi de meurtres en série. Présenté comme pervers pédophile, qui aurait passé un pacte avec le Diable, il serait responsable d’au moins 140 meurtres d’enfants. Arrêté dans son château, il est jugé et condamné à la pendaison et au bûcher. Il sera pendu le 26 octobre 1440 à Nantes et son cadavre sera brûlé ensuite. Certains historiens mettent en doute les crimes de Gilles de Rais qui aurait pu être une victime politique accusée des pires crimes pour le faire disparaître.

Dans mon roman un des personnages, le baron de Gorron, nommé Gil de Vendôme sera lui aussi impliqué dans une série de meurtres  (sacrifices au cours de messes noires se déroulant dans les souterrains de la ville).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche