Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 11:50

Illustration : Plan de Paris en 1775, par Jaillot.

 

L’abbé Fleury, à peine installé dans sa cure de Vieuvy, doit se rendre, nous l’avons dit, à Paris pour régler des affaires familiales dont il résume ainsi l’objet : « Mon père avait un procès avec une voisine pour un droit de passage dans une allée commune et pour l’écoulement des eaux qui remplissaient souvent la cave de notre maison ». Le procès est interminable et l’action en justice dure depuis l’enfance de Fleury (elle a commencé aux alentours de 1765), oppose le père de l’abbé à « une femme qui connaissait tous les détours et toutes les ruses de la chicane ». Parvenu à l’âge adulte, Fleury tente de venir en aide à son père et s’adresse « aux plus habiles avocats de Paris » qui, l’assurant du résultat, l’invitent à porter l’affaire devant le Parlement de Paris. « Ce procès devait être jugé la première semaine de Carême » 1789. Nous reviendrons sur ce procès dans un article ultérieur, et nous verrons qu’il sera aussi au cœur des discussions entre les abbés Fleury, Georget et Garnier.

Le curé de Vieuvy part le 16 février 1789, « avec deux cents livres dans [sa] bourse ». Il passe la soirée à Mayenne, où il dort, puis prend « la diligence dans la nuit ». Lors du trajet, la conversation avec les autres passagers (le Prieur des Bénédictins de Saint-Mélaine de Rennes, le valet de chambre de l’évêque de Rennes, deux domestiques de l’évêque de Tréguier et deux dames pour lesquelles nous n’avons aucun complément sur leur identité) s’étend sur les troubles en Bretagne, « suscités par le Parlement de cette province en pleine révolte contre l’autorité du Roi ». Les voyageurs, constate Fleury, prévoient, déjà, « de grands malheurs ».

Fleury arrive à Paris « le jeudy gras, sur les deux heures après midi », probablement le 21 février, dans cette « grande Babylone », qu’il ne connaît pas puisqu’il n’a jamais encore quitté le Maine, « chargé de lettres de recommandation pour l’abbé Garnier, historiographe de France, et M. Georget, ancien professeur de Sorbonne et chanoine de Saint-Honoré, tous deux originaires des environs de [sa] paroisse ».

  

 

Corentin Poirier

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche