Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 12:31

Article XVII

Titre :

Illustration : Le presbytère de Gorron.

 

            Nous nous arrêtons pour cet article sur la première rencontre entre Urbain Gonnet, sieur de Bois-Roger, curé de Gorron, et l’abbé Fleury, curé de Vieuvy. Celui-ci se souvient : « Nous arrivâmes, sur les cinq heures, dans la paroisse de mon doyen rural ; je voulus me procurer sa connaissance en passant, et le prier de se trouver à ma prise de possession».

Gonnet, né en 1740 à Ambrières et mort à Gorron en 1790, a largement été évoqué sur le blog. Après avoir fait ses études à l’Université d’Angers, il est d’abord vicaire de Gorron, puis est installé curé de cette paroisse en 1768, et devient doyen de Passais dix ans plus tard.  Il vit dans le presbytère, nouvellement construit (1763) par l’architecte Louis Jamot, dit Picard, auteur également du presbytère de la paroisse voisine de Désertines et de la nef de l’église de Saint-Pierre-des-Landes : « Nous entrâmes au presbytère, maison magnifique ; nous y trouvâmes une salle remplie de convives, tous, dans la plus grande gayeté ».

L’abbé Angot note au sujet de l’abbé Gonnet : « possesseur d'une assez grande fortune qu'il dépensait en aumônes, le curé de Gorron avait ‘‘de l'esprit et grand soin de sa paroisse’’ », ce que Fleury confirme dans ses Mémoires : « Le doyen nous reçut dans son salon, m’embrassa tendrement, me combla de toutes sortes d’honnêtetés ; il était très riche en patrimoine ; sa cure valait dix mille francs ». Il poursuit, soulignant la bonté et la convivialité de son hôte : « Sa maison était ouverte à tout le monde ; ses confrères étaient aussi libres chez lui que chez eux. Il voulut m’arrêter à coucher. Je le refusai, lui alléguant le besoin de repos, l’arrivée du notaire apostolique pour me mettre en possession de ma cure, à laquelle je le priai d’assister. Il me promit de faire ce qu’il pourrait pour se rendre à mon invitation ».

L’abbé Fleury termine, laissant présager la triste fin de l’abbé Gonnet : « Ah ! Qui aurait pu s’imaginer que ce respectable confrère me causerait, trois ans après, tant de gémissements et de larmes ? » (je vous renvoie pour plus d’informations au récit de la mort du curé de Gorron par Fleury dans les précédents articles).

 

Corentin Poirier

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche