Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 11:59

Désabusé…

Un gros rhume. De la fièvre sans doute. Et cette toux sèche qui rend la gorge, le torse et même le ventre douloureux. Fatigue, manque de sommeil. Mais repensant à la sortie d’hier, je me suis imposé une nouvelle promenade. J’ai choisi l’emplacement de l’ancienne église et son cimetière. Puis j’ai contourné le nouvel édifice et ai traversé le nouveau cimetière. Ma tête était lourde et mes idées peu claires mais j’ai imposé à mon corps cet exercice, convaincu que j’allais retrouver l’humeur plutôt belle du jour précédent. Tout aurait dû s’y prêter. Je repensais à toutes ces sépultures bouleversées par des bâtisseurs peu soucieux du respect des morts. Il paraît que les ossements furent entassés pêle-mêle dans une fosse commune dont on a perdu la trace. Au milieu du 19ème siècle, on était apparemment peu intéressé par le passé proche. Les tombes les plus anciennes, dans le nouvel emplacement, dataient de la fin du 18ème siècle. Je retrouvais certains patronymes devenus pour moi familiers depuis ma plongée dans les écrits ramenés de la mairie. Par moments, je sentais en moi une certaine fierté de renouer avec les ancêtres en passant par-dessus le manque de reconnaissance de mes prédécesseurs. Persuadé que cette déambulation allait faire disparaître le peu d’entrain, les douleurs même, je forçais un peu mon corps. Or rien ne se passait comme je le prévoyais. Je n’avais qu’une envie, retourner chez moi pour me reposer. Et l’ingratitude des fossoyeurs interrogeait le réel intérêt de mes recherches historiques. Nos ancêtres méritaient-ils cet effort de mémoire ? Pas tous, certainement.

J’ai résisté à l’envie de me recoucher en arrivant à la maison. L’idée même de me renseigner sur les événements internationaux m’a paru plutôt vaine. A quoi bon ? Tout paraissait malheureusement écrit : nous allions connaître à nouveau les horreurs de la guerre. Et, après tout, si les hommes pouvaient être aussi bêtes, ils méritaient peut-être ce qui se préparait. Les sous-marins allemands coulent les bateaux de commerce anglais et français. L’URSS a envahi la Finlande. Et pourtant, tout le monde semble dans l’attente. A la chambre des députés, les partisans d’une paix avec l’Allemagne affrontent les bellicistes. On retrouve les vieux clivages entre l’extrême droite, les modérés et la gauche anticléricale. Et j’ai l’impression que la ligne de front traverse plus nos propres élus que les frontières entre la France et l’Allemagne. Ce constat plutôt pessimiste m’a redonné une certaine vigueur intellectuelle. J’étais prêt à sombrer dans un scepticisme m’éloignant de toute prise de position. L’évidence qu’il y avait plus de différence entre un anticlérical de gauche et un antisémite de droite qu’entre un démocrate français et un nazi allemand m’a fait froid dans le dos. Il y avait peut-être lieu de tenter de prendre part au débat, de me préparer à lutter à mon modeste niveau. Quand, comment ? Aucune idée. Et l’incertitude m’a fait retomber brusquement dans l’apathie désabusée qu’engendrait la poussée de fièvre évidente qui me faisait frissonner.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche