Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 11:59

Le docteur Gabriel…

Quand j’ai été mobilisé, en août 1914, j’avais décidé de tenir un journal quotidien. Je n’imaginais pas alors ce qui nous attendait. Mais j’espérais bien tirer des enseignements professionnels de cet événement somme toute exceptionnel. La guerre signifiait des blessures nouvelles, l’expérimentation de techniques justifiées par l’urgence et la nature des dégradations du corps. Chose qu’il était plus difficile à faire en temps ordinaire sans risquer des critiques nuisibles à la réputation et, dans le même temps, à l’argent tiré de la clientèle. Je compris très vite que le temps me manquerait. Dès les premiers jours, la tâche fut tellement lourde que je m’endormis le soir comme si j’avais abusé d’un puissant somnifère. Les temps de repos qui suivirent furent entièrement consacrés à oublier cette guerre. Il n’était pas question alors de m’y replonger en rédigeant des faits que je ne souhaitais qu’oublier. Et pourtant il y aurait beaucoup à dire sur les soins dispensés. Car, au-delà des blessures provoquées par les balles perforantes et les morceaux de métal brûlant déchirant les chairs, la concentration humaine, les conditions de vie par endroits effroyables, permettaient à des affections inhabituelles de proliférer.

Il n’y eut donc point de journal. Et c’est maintenant, alors que je suis au lit, affaibli par une grippe que l’on nomme espagnole mais qui par son ampleur et sa morbidité inquiétante me fait plutôt penser à la peste, que je commence ces quelques pages. Je ne sais si ma faiblesse due à la fièvre en est la cause, mais j’ai plutôt envie, puisqu’il s’agit de témoignage, de parler de l’âme humaine plutôt que des affections des corps. Je ne suis pas bien sûr que l’expérience acquise pendant ces années de guerre, en matière de soins, justifierait une communication à caractère scientifique. D’autres, plus compétents que moi, s’en chargeront sans doute. Par contre ce que j’ai vécu, à ce poste bien particulier, l’envers du décor mais aussi souvent l’avant-scène, j’ai envie de le faire partager. J’ai l’impression qu’en quatre années, et même un peu plus, j’ai appris beaucoup de choses sur les autres et sur moi-même qu’une vie normale n’aurait sans doute pu m’enseigner. Le moment, de plus, me paraît favorable pour ce genre d’exercice. J’ai tout mon temps, tout du moins s’il s’agit du programme de mes journées. Je ne dirais sans doute pas la même chose s’il fallait évoquer celui qui me reste si mon corps ne trouve les ressources nécessaires pour lutter contre cette peste. C’est donc dans mon lit, à l’hôpital de Mayenne, que j’entreprends ce travail curieusement placé sous le signe d’une vacance et d’une urgence mêlées.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche