Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2024 6 24 /02 /février /2024 11:22

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

La bataille de Mortain

L’avancée des Alliés sur le territoire français n’est pas toujours facile. Les Allemands tentent même une contre-offensive aux alentours de Mortain. Les combats sont violents. Gorron est alors retenue comme ville hôpital. Des croix rouges sont peintes sur la mairie et le groupe scolaire rue de Normandie.

Morts et blessés se multiplient. Les Allemands installent un cimetière près de la ville sur la route de Couesmes. Si les avions passent souvent au-dessus de la ville, il n’y a pas de bombardements massifs. Quelques tanks circulent dans les rues. Quelques camions ont pu être mitraillés. Quatre bombes sont tombées dans un champ tuant un taureau. Mais, globalement, la ville est épargnée.

Des réfugiés normands qui fuient les combats s’arrêtent à Gorron. On installe un centre d’accueil qui, bientôt, hébergera plus de 1000 personnes.

Partager cet article
Repost0
23 février 2024 5 23 /02 /février /2024 11:55
Point de vue…

Protection des arbres

Je ne suis pas un inconditionnel de la protection des arbres mais je pense qu’il faudrait y réfléchir à deux fois avant de couper des arbres vieux de plusieurs dizaines d’années. Pour des raisons environnementales mais aussi patrimoniales.

On vient de couper la rangée de marronniers entre le terrain d’évolution et la rivière sur le stade Lucien Dollé. J’ai souvent parlé sur le blog de ce complexe sportif inauguré le 22mai 1949 et réalisé en partie pendant l’Occupation. Outre le côté esthétique discutable (voir illustrations), il aurait été intéressant de conserver ces arbres qui s’inscrivait dans une réalisation exceptionnelle pour l’époque (avec, notamment, la piscine).

J’espère qu’il y a des raisons crédibles à cette coupe et j’aimerais bien les connaître. Si un visiteur du blog pouvait me renseigner, ça m’intéresserait.

Partager cet article
Repost0
22 février 2024 4 22 /02 /février /2024 12:43

Témoignages d’un poilu

 

Un visiteur du blog nous a transmis une lettre d’un soldat, habitant alors à Gorron, qui écrivait régulièrement à sa femme. Ce soldat, malheureusement, ne reviendra pas de la guerre…

Le rédacteur des lettres…

 

Originaire de Meslay, né le 21 avril 1880. On apprend sur son livret militaire qu’il avait les yeux bleus et mesurait 1,62 mètre. Sa formation professionnelle de départ était clerc de notaire.

Il est appelé au 130ème Régiment d’infanterie par le décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Il arrive au corps le 1er décembre 1914. Il est passé au 4ème Régiment d’infanterie le 20 août 1915.

Il est tué à l’ennemi en forêt d’Argonne le 26 avril 1916.

Circonstance de la mort : le 25 avril 1916, à la suite d’une explosion de mine ennemie, a fait l’admiration de tous en se portant résolument en avant pour occuper l’entonnoir, a été tué.

Mort pour la France, Il a été décoré de la croix de guerre étoile de bronze.

A noter que son épouse, originaire de Brecé, ne s’est pas remariée (en rapport avec notre rubrique sur les veuves de guerre de 1914/1918).

Partager cet article
Repost0
21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 11:39

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

 

1949

Stade Lucien Dollé

Beaucoup de monde a assisté à l’inauguration du complexe sportif (terrains de football, d’évolution, piscine…) à qui on a donné le nom de Lucien Dollé, notre ancien maire décédé. Commencé pendant l’Occupation, il a été terminé par les prisonniers Allemands, ce qui en a fait sourire plus d’un. Un maître-nageur a été recruté pour la piscine. Malheureusement, une épidémie de poliomyélite gâche un peu les joies de notre piscine creusée sur le cours de la Colmont.

Après les années difficiles de l’Occupation, nous aimerions retrouver les plaisirs de la paix. Mais il faut du temps pour que la vie redevienne normale (pouvoir manger du pain blanc et non gris par exemple). Surtout quand la nature s’en mêle. Nous nous réjouissions de fêter le comice agricole comme autrefois. Mais une épidémie de fièvre aphteuse, très dangereuse pour nos bovins, nous a obligé à le reporter. Nous connaissons des problèmes au niveau du lait et le chômage guette.

Les nombreux bals eux-mêmes, organisés après la libération, deviennent plus rares.

Partager cet article
Repost0
20 février 2024 2 20 /02 /février /2024 12:41

Au temps d’Aliénor d’Aquitaine

Henri II

Henri II plantagenet : comte d’Anjou et du Maine, duc de Normandie et d’Aquitaine, roi d’Angleterre, par héritage ou mariage, est né au Mans. Ses vastes propriétés, du Nord de l’Ecosse aux Pyrénées constituaient ce qu’on a appelé l’Empire des Plantagenets. Pour gouverner cette immense territoire, il se déplaçait en permanence avec sa cour, s’arrêtant dans les différentes forteresses dans lesquelles ils rencontraient d’autres seigneurs dont il était le suzerain et signait différents actes concernant l’administration de son empire.

Quand il s’arrêtait dans ses forteresses, la cour stationnait sous des tentes près des châteaux. C’est ainsi que le passage d’Henri II est attesté à Gorron le 17 mai 1171. Il y rencontra les légats du Pape (ambassadeurs qui le représentaient auprès des grands seigneurs). Ils se rendirent à l’abbaye de Savigny (dont nous avons souvent parlé sur le blog), établissement religieux important, proche de Gorron.

La forteresse est, à l’époque, sous la responsabilité de capitaines/gouverneurs chargés de l’entretien et de l’administration de la ville et de son château.

Partager cet article
Repost0
19 février 2024 1 19 /02 /février /2024 11:23

A partir du recensement de la population de 1975, en ne retenant que les adultes natifs de Gorron, j’essaie de retrouver les plus anciennes familles gorronnaises. On s’aperçoit assez vite que la population est sans doute beaucoup plus mobile qu’on ne pourrait le penser dans les siècles passés.

 

1975

Rue du Maine

Clément Guerrier né le 31/03/1900

Il est le fils de François Guerrier, débitant, rue Magenta et de Marie Leblanc, débitante mariés en 1898. François Guerrier est originaire de Colombiers, Marie Leblanc de Châtillon.

Il ne sera pas retenu dans la recherche.

 

Emilienne Ducoin (épouse Clément Guerrier), née le 14/03/1902.

Elle est la fille de Jean Ducoin, maçon, rue du Pré et de Vitaline Duroi, journalière. Nous avons déjà croisé cette lignée (8 générations).

 

Récapitulatif

Sur 949 personnes retenues, 178 sont originaires de Gorron. Sur ces 178, 65 s’inscrivent dans une lignée de plus d’une génération.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2024 7 18 /02 /février /2024 12:11
D’HIER ET D’AUJOURD’HUI…

A partir du recensement de la population gorronnaise de 1962 et une collection de reproduction de cartes postales anciennes j’essaie de retrouver les immeubles sur les cartes postales et leurs occupants en 1962.

 

Recensement de 1962

 

Rue de Bretagne (côté pairs)

 

N° 34 : Raymond Derenne, négociant en tissus, son épouse Yvette Belliard, ouvrière d’usine, et leur fille : Maryse.

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI…
Partager cet article
Repost0
17 février 2024 6 17 /02 /février /2024 11:27

Note de lecture

 

« Encabanée » (Gabrielle Filteau-Chiba)

Un texte court qui ne pouvait que me séduire. Une femme décide de s’isoler dans une cabane en lisière de forêt. Nous sommes au Canada en hiver. Le froid et la neige. Un retour à la nature, sans électricité, coupée du monde dans lequel la narratrice n’a plus de goût à vivre. Elle veut aussi rompre avec son propre passé pas toujours très sage.

L’adaptation à sa nouvelle vie n’est pas simple. La nature est rude. Le froid notamment. Des désirs du passé sont toujours présents. Quelques événements viendront rappeler l’ancien monde. Mais ils ouvriront un avenir apaisé dans lequel la défense de la nature occupera une place centrale.

Au-delà du thème lui-même, l’écriture est très belle. Les expressions canadiennes rajoutent au texte une dimension poétique très agréable. Elles sont explicitées en fin d’ouvrage mais il n’est pas besoin de consulter ce complément avant la lecture. Il vaut mieux se laisser bercer par le style d’une autrice qui a beaucoup de talent.

Partager cet article
Repost0
16 février 2024 5 16 /02 /février /2024 11:43

Le titre du prochain roman sera vraisemblablement : « Un soldat sans qualités ».

Le personnage principal sera un soldat gorronnais pris dans la débâcle de mai 1940 qui tentera de survivre pendant l’Occupation.

 

Le débarquement (suite)

Après avoir pris pied sur les plages normandes (difficilement, notamment à Omaha Beach), les Alliés avaient pour ambition de s’enfoncer rapidement sur le territoire français. Pour cela, ils ont bombardé intensément les villes et les installations militaires fragilisant ainsi les défenses allemandes.

Malheureusement, ces bombardements, pas toujours bien ciblés, ont occasionné des destructions et des morts civils importants. Ce fut le cas, notamment, de la ville de Mayenne. Dans la nuit du 8 au 9 juin 1944, vers 1h 30 du matin la ville fut pratiquement rasée et 350 personnes y ont perdu la vie. Tout cela en douze minutes.

Parmi ces victimes, on releva deux jeunes gorronnais : Lucien Mauduit et Albert Leblanc. Ces bombardements ont parfois entaché la réputation des Alliés. « Sauveurs de la France » mais aussi bourreaux de certains Français. 

Dans le roman, le bombardement de Mayenne servira d’excuse à certaines délations de résistants par des pétainistes radicaux.

Partager cet article
Repost0
15 février 2024 4 15 /02 /février /2024 11:36

Un journal (purement fictif) tenu par un membre d’une vieille famille gorronnaise, me permet de revenir sur des éléments marquants de l’histoire de la ville dans le cadre de l’actualité nationale…

 

Le journal de Gabrielle Boullard (épouse Daniel)

 

1948

 

Le décès de notre maire Lucien Dollé a bouleversé une partie de la population. Plutôt bien apprécié, notamment pendant la période difficile de l’occupation, sa disparition précoce a affecté la plupart des Gorronnais. Même si, à la sortie de la guerre, les élus ont pu être critiqués dans leurs rapports avec les occupants. Un nouveau maire, M. Fernand Maret, directeur d’assurances, a été élu. La succession de Lucien Dollé ne sera pas simple.

Un événement d’une autre nature a marqué la vie Gorronnaise. Notre champion de boxe Marcel Cerdan est devenu champion du monde. Beaucoup de Gorronnais ont écouté la transmission radiophonique en pleine nuit. Certains sont sortis dans la rue pour fêter cette victoire. Malheureusement, il meurt dans un accident d’avion à la fin de l’année. Une grande émotion ressentie jusque dans notre ville.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche