Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:56

Vous trouverez cette semaine (27ème semaine/2017)

 

Catégorie histoire locale :

  • Gorron en cartes postales : 1923
  • Un siècle d’histoire gorronnaise :  rue de Bretagne : famille Landais…
  • La population gorronnaise : familles Baillif…
  • Histoire du canton : Vieuvy…
  • Année 1742 : janvier/juin…

 

Catégorie échanges :

  • Le blog a été contacté : famille Garnier…
  • Le blog a été contacté : les coiffeurs…

 

Catégorie fictions :

  • La Louve de la Thiercelinais : la renaissance d’Aloïse …  

 

Catégorie Point de vue :

  • Note de lecture : « Alain. Le premier intellectuel »…

 

D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

Actualité  de la semaine (27ème/2017)...

Le puits (entouré en rouge), avec, semble-t-il, un escalier permettant son accès, sur la parcelle du château, proche de la tour actuelle. Sur le cadastre napoléonien, on voit, à droite, la rue du château, à gauche, la rue des Poiriers, élargie et retracée, rue de Bretagne sur le plan actuel. Sur la photo, la tour du château actuelle.

 

Actualité  de la semaine (27ème/2017)...
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:50
Gorron en cartes postales…

Gorron en cartes postales…

Datation

1 – Gorron (Mayenne) – Les bords de la Colmont            J. Sorel, éditeur, Rennes

Le cachet de la poste nous indique que la photo a été prise avant 1923. La Colmont, au niveau du lavoir du Pont de Hercé, déborde. La légende de la carte postale (Les bords de la Colmont), l’éditeur, correspondent aux cartes de la semaine dernière. Ce qui signifierait que la photo a été prise avant 1918.

Le lavoir est bien celui du Pont d’Hercé que l’on retrouve sur la carte postale ci-dessous.

Gorron (Mayenne). – Le Lavoir au Pont d’Hercé

Gorron en cartes postales…
Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:46

 

Rue de Bretagne

 

Famille Liger

Conclusions

Un des trois patronymes « Liger » présents en 1861 permet de suivre une lignée jusqu’en 1921 : Vital Liger/Adélaïde Léon, charrons ; Victor Liger/Eugénie Simon, carrossiers, 1921.

Famille Landais

Le patronyme est présent en 1846 et 1906, rue de Bretagne.

1846

Jean Landais, journalier, son épouse, Marie Carré et leurs enfants : Marie Landais (11 ans), Jean Landais (8 ans), le Pont d’Hercé.

Louise Landais, fileuse, le Pont d’Hercé.

1906

Henri Landais, serrurier, son épouse, Clémentine Divay et leurs enfants : Henri (né en 1878), Louis (né en 1885), Clément (né en 1892), tous les trois serruriers chez leur père, rue de Bretagne.

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:42

 

 

Les familles d’origine gorronnaise au 19e siècle.

 

 

Famille Baillif

 

Nous partons du mariage entre Michel Baillif (maréchal ferrant) et Aurélie Coutard (propriétaire) le 28/10/1871.

 

Michel Baillif est le fils de Michel Baillif (maréchal ferrant) et d’Hortense Liger mariés le 07/06/1841.

 

Michel Baillif est le fils de Michel Baillif (maréchal ferrant, né le 17/06/1785) et de Marie Lambert, mariés le 31/12/1812.

 

Michel Baillif est le fils de Michel Baillif (maréchal ferrant, originaire d’Ernée) et de Perrine Béchet (originaire de Gorron), mariés le 03/02/1785 à Gorron.

 

Les recherches sur le patronyme Baillif à Gorron s’arrêtent ici. Nous reprendrons les patronymes Béchet et Lambert.

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:39

 

Vieuvy

 

Evolution de la population

64 feux en 1696 : environ 300 habitants. 380 habitants en 1788. 477 habitants en 1861. 366 habitants en 1902. Evolution classique que l’on retrouve sur tout le territoire du canton.

Enseignement

Avant la Révolution, le vicaire de la paroisse « faisait les écoles tous les jours ». « Un maître d’écriture, de mœurs réglées, parcourait les villages pour donner des leçons sous les yeux de la mère ». Depuis 1858, il existe une école mixte dirigée par une sœur de la congrégation de Briouze.

L’agriculture domine la vie économique

Les cultures par ordre décroissant.

Prairies naturelles, trèfle, prairies temporaires.

Pommes de terre, betteraves fourragères, carottes.

Chanvre, lin.

L’élevage par ordre décroissant.

Bovins, chevaux, ovins, porcs.

 

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:33

Population gorronnaise…

 

1742

Nouvelle signature : Lefranc, prêtre vicaire

 

Janvier/juin

Janvier : naissances : 5 ; mariages : 4 ; décès : 7 ; décès (- d’un an) : 1.

Février : mariages : 2 ; Décès : 14 ; naissances : 5.

Mars : décès : 6 ; naissances : 9.

Avril : mariages : 2 ; décès : 6 ; naissances : 3 ; décès (- d’un an) : 2.

Mai : décès : 7 ; naissances : 3 ; décès (- d’un an) : 2.

Juin : décès (- d’un an) : 1 ; décès : 4 ; mariage : 1

 

Familles retenues

Mariage : René Douillet (fils de Pierre Douillet et ? Daligault) et Marie Hellot (fille de Joseph Hellot et Julienne Bannier). 09/01/1742.

Décès : françois Ernault, 18 mois, fils de François Ernault et de Jeanne Géraut. 16/01/1742.

Naissance : Marie Ernault, fille de Guillaume Ernault et Marguerite Péan. 22/01/1742.

Décès : Perrine Manceau , fille de Jean Manceau et Marie Juandet ( ?). 17/02/1742.

Décès : Renée Courteille, fille de Joseph Courteille et Jeanne Ducoin. 18/02/1742.

Décès : Marie Rousseau, fille de Joseph Rousseau et Jeanne Le Court. 23/02/1742.

Naissance : Marie Quantin, fille de Pierre Quentin et Julienne Buchard. 28/02/1742.

Naissance : René François Garnier, fils de Guillaume Garnier, marchand et Marie Madelaine Galesne.  03/03/1742.

Décès : Jean Manceau, fils de Guillaume Manceau, tisserand et de Françoise Guerrier. 12/03/1742.

Naissance : François Garnier, fils de Jean Garnier, marchand et de Julienne Bourgoin. 14/03/1742.

Décès : Jean Bouillon. 14/03/1742.

Naissance : Perrine Bouillon, fille de Pierre Bouillon, charpentier et de Jeanne Geslin. 20/03/1742.

Décès : François Courteille, boucher. 25/03/1742.

Décès : Claude Quentin, fille de François Quentin, fileur de laine, et de Jeanne Fontaine. 20/04/1742.

Décès : Renée Garnier, fille de Siméon Garnier et de Marie Pillet. 24/04/1742.

Décès : François Rousseau, fils de Joseph Rousseau et Jeanne Le Court. 16/05/1742.

Décès : Jean Manceau. 28/06/1742.

 

Métiers

Hôte ; charpentier ; fileur de laine.

Me Mathieu le Boullenger, licencié en lois, avocat à ce siège. Décès le 16 ? /01/1742.

Julien Rimbault, sergent de la baronnie de Gorron. Décès le 31/01/1742.

Julien Champein, sergent. Décès le 21/02/1742

 

Voir les commentaires

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:21
Le Blog a été contacté…

 

Famille Garnier

 

Pour clore cette série d’article, une des personnes ayant contacté le blog a transmis une photo du collège municipal d’Ernée de 1930.

« J'ai vu aussi que vous vous intéressiez au collège d'Ernée. Je possède une photo de groupe, prise dans la cour du collège et qui doit dater de 1930 (si je me fie à l'âge de mon père !). Je peux vous la scanner... »

« Je joins la photo prise dans la cour du collège d'Ernée en 1928. Mon père (Bernard Garnier, né en 1916 à Gorron) est debout à l'extrémité du 2e rang, à droite, l'air content d'être là ! Je suppose qu'il y a d'autres Gorronnais ... »

Je m’intéresse effectivement au collège municipal d’Ernée. Une série d’articles y est consacrés sur le blog en 2013. Je suis preneur de tous documents concernant ce collège (notamment sur les anciens élèves). En ce qui concerne la photo des collégiens, elle a été prise devant l’annexe (voir la carte postale), à droite : on y distingue les trois marches sur le seuil de la porte d’accès au bâtiment.

Impossibilité pour l'instant de poster la photo de classe.

 

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:18

 

Une personne nous a contacté pour avoir des informations sur un coiffeur à Gorron. A partir de cette demande, nous allons rechercher les coiffeurs présents à partir de 1846.

 

Les perruquiers

 

1846

En 1846, il n’existe pas de coiffeur dans la ville. Par contre, un perruquier est recensé. Le perruquier est un fabricant de perruque qui est aussi coiffeur et barbier. Il s’agit de Marie Rondeau (41 ans), célibataire, recensée quartier des halles.

1851

Marie Rondeau, célibataire, exerce toujours, Grande Rue (qui correspond au quartier des halles de 1846).

Anatole Richet, 27 ans, perruquier, est recensé marché au chanvre (actuelle place de la Houssaye) avec sa mère Rose Valette, veuve Richet, marchande, et son frère Abel Richet, 35 ans, teinturier.

Il n’y a toujours pas de coiffeur à proprement parlé.

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:13

La renaissance d’Aloïse

 

La mort de Pierre et de Kalina, l’incendie de la tour et de l’atelier, réduisirent à néant la prospérité de la Thiercelinais. Le domaine redevint une simple ferme que Paul essayait d’entretenir du mieux qu’il pouvait. Sa femme, Perrine, l’aidait se son mieux pendant que sa mère, Aloïse, vivait, recluse dans sa chambre.

Heureusement, Perrine eut rapidement des enfants qui égayèrent le domaine. Henri, un garçon plein de vie plutôt espiègle. Mathurin et Anne, des jumeaux, ensuite. La petite fille n’aurait pas dû vivre si la compétence de la nouvelle sage-femme et les soins de sa grand-mère, Aloïse, sortie enfin de sa réclusion, ne lui avaient permis.

La famille Gilard, retrouvée, renoua avec son histoire grâce aux archives laissées par les ancêtres. Elle se lança dans une activité nouvelle, l’apiculture, qui, doucement, lui permit à nouveau d’installer un étal sur le marché hebdomadaire.

Repost 0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 09:05

 

Note de lecture

 

« Alain. Le premier intellectuel » (Thierry Leterre)

 

Dans ses remerciements, l’auteur évoque un « gros livre ». J’oserais dire un peu lourd, touffu. Ça se ressent jusque dans le style. Cela vient peut-être aussi de l’ampleur, de l’ambivalence du « grand homme ».

Alain peut paraître antipathique, imbu de sa personne, de son savoir. Ce qui l’amène, parfois, à faire jouer ses relations pour obtenir des postes d’enseignement prestigieux. Mais, en même temps, il peut prendre des positions politiques peu académiques et exercer une liberté plutôt nouvelle pour un homme de lettres. Pacifiste convaincu, il s’engage pourtant pendant la Première Guerre mondiale pour combattre « contre les autres ». Dénonçant l’antisémitisme, cela ne l’empêche pas, dans ses écrits privés, de se laisser aller à des propos plutôt nauséeux dans ce domaine.

L’auteur ne cache rien de ces ambivalences et c’est à mettre à son crédit. Mais on aurait aimé une analyse plus claire, plus synthétique de cette pensée complexe. Ce n’est pas fait ou, tout du moins, je ne l’ai pas perçue. Les positions prises par Alain, son refus du dogmatisme, la défense de la liberté pour chacun, sont noyées dans un ensemble parfois indigeste. Il en est de même pour ses positions philosophiques qui échappent souvent à un non spécialiste.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jouvinjc
  • : Principalement axé sur l'histoire locale (ville de Gorron), ce blog permettra de suivre régulièrement l'avancée des travaux réalisés autour de ce thème.
  • Contact

Texte Libre

Vous trouverez dans ce blog trois thèmes liés à l'histoire de la ville de Gorron. Les différents articles seront renouvelés régulièrement. Ceux qui auront été retirés sont disponibles par courriel à l'adresse suivante : jouvinjc@wanadoo.fr

Recherche